culture

Livre

“Les Corps incorruptibles”: ce projet photographique célèbre la diversité des corps

Cet ouvrage de la photographe Emilie Hallard célèbre le refus des normes de beauté et donne à voir la réalité des corps. 
© Emilie Hallard
© Emilie Hallard

© Emilie Hallard


Jeunes, vieux, lisses, parsemés de tatouages ou de vergetures, velus ou glabres, noirs ou blancs, masculins, féminins ou non-binaires, les corps photographiés par Emilie Hallard sont de ceux, rarement exposés, que l’on croise pourtant souvent dans l’intimité. Avec Les Corps incorruptibles, cette photographe basée à Barcelone a voulu célébrer la diversité des corps humains et refuser la norme. “Ce livre est une invitation à réfléchir à un monde plus inclusif, à nos biais et nos préjugés, à ce que nous imposons à nos corps, aux hégémonies masculine et féminine, aux systèmes d’exploitation hétérosexuel, raciste et capitaliste, et à la notion de performance”, raconte-t-elle dans une interview. 

Le bombardement d’images photoshoppées à l’infini auxquelles nous sommes exposé·e·s aliène aujourd’hui femmes et hommes.

Dans cet ouvrage de 120 pages où quelque 40 portraits nus sont accompagnés de textes d’activistes, écrivain·e·s ou philosophes telles que Judith Butler ou Virginie Despentes, Emilie Hallard veut célébrer “la diversité, l’improbabilité, l’ambiguïté, l’androgynie et la non-binarité” à travers des clichés naturalistes sans aucun superflu, qui interpellent par leur pureté. Et où se niche, partout, la beauté: dans une lumière, une attitude, une courbe, un regard. “Le XXIème siècle traîne toujours les mêmes injonctions de beauté du siècle dernier, celles de cette femme jeune, blanche, mince, éthérée et hétéro. La beauté, le premier capital mercantile de la femme, le passeport pour un mariage heureux, la réussite professionnelle et la reconnaissance sociale. Le bombardement d’images photoshoppées à l’infini auxquelles nous sommes exposé·e·s aliène aujourd’hui femmes et hommes par une recherche constante d’un idéal de beauté claustrophobique, n’amenant que frustration et haine de soi”, écrit la photographe. Un livre qui a le pouvoir de nous reconnecter avec nos corps. 

 

Corps Incorruptibles © Emilie Hallard

© Emilie Hallard

Corps Incorruptibles © Emilie Hallard

© Emilie Hallard

Corps Incorruptibles © Emilie Hallard

© Emilie Hallard

Corps Incorruptibles © Emilie Hallard

© Emilie Hallard

Corps Incorruptibles © Emilie Hallard

© Emilie Hallard

Corps Incorruptibles © Emilie Hallard

© Emilie Hallard

F.K.


2. “Ratched”: la méchante est lesbienne, et cela fait du bien

Dans sa dernière série, Ryan Murphy fait de Miss Ratched, l’infirmière malveillante de Vol au-dessus d’un nid de coucou, une lesbienne et détruit au passage certains clichés.
© Emilie Hallard - Cheek Magazine
© Emilie Hallard

3. Avec l'ASMR, la pop se niche au creux de l'oreille

De Billie Eilish à Ariana Grande, la technique de l’ASMR conquiert petit à petit le monde de la pop music et lui offre une acoustique singulière et puissante. Explications du phénomène.
© Emilie Hallard - Cheek Magazine
© Emilie Hallard

4. Comment Anaïde Rozam est passée d’Instagram aux plateaux de cinéma

Après avoir percé sur Instagram avec ses courtes vidéos, Anaïde Rozam passe à la vitesse supérieure avec un programme court, Clothilde fait un film, diffusé chaque dimanche sur Canal+.
© Emilie Hallard - Cheek Magazine
© Emilie Hallard

5. Mel C n'est plus Sporty Spice mais n'a rien perdu de son girl power

Plus de 20 ans après ses débuts, Mel C alias Sporty Spice des Spice Girls sort un album synth-pop qui célèbre le fait d’être pleinement soi-même. Rencontre par écrans interposés, covid oblige.
© Emilie Hallard - Cheek Magazine
© Emilie Hallard