culture

Livre

“Les Corps incorruptibles”: ce projet photographique célèbre la diversité des corps

Cet ouvrage de la photographe Emilie Hallard célèbre le refus des normes de beauté et donne à voir la réalité des corps. 
© Emilie Hallard
© Emilie Hallard

© Emilie Hallard


Jeunes, vieux, lisses, parsemés de tatouages ou de vergetures, velus ou glabres, noirs ou blancs, masculins, féminins ou non-binaires, les corps photographiés par Emilie Hallard sont de ceux, rarement exposés, que l’on croise pourtant souvent dans l’intimité. Avec Les Corps incorruptibles, cette photographe basée à Barcelone a voulu célébrer la diversité des corps humains et refuser la norme. “Ce livre est une invitation à réfléchir à un monde plus inclusif, à nos biais et nos préjugés, à ce que nous imposons à nos corps, aux hégémonies masculine et féminine, aux systèmes d’exploitation hétérosexuel, raciste et capitaliste, et à la notion de performance”, raconte-t-elle dans une interview. 

Le bombardement d’images photoshoppées à l’infini auxquelles nous sommes exposé·e·s aliène aujourd’hui femmes et hommes.

Dans cet ouvrage de 120 pages où quelque 40 portraits nus sont accompagnés de textes d’activistes, écrivain·e·s ou philosophes telles que Judith Butler ou Virginie Despentes, Emilie Hallard veut célébrer “la diversité, l’improbabilité, l’ambiguïté, l’androgynie et la non-binarité” à travers des clichés naturalistes sans aucun superflu, qui interpellent par leur pureté. Et où se niche, partout, la beauté: dans une lumière, une attitude, une courbe, un regard. “Le XXIème siècle traîne toujours les mêmes injonctions de beauté du siècle dernier, celles de cette femme jeune, blanche, mince, éthérée et hétéro. La beauté, le premier capital mercantile de la femme, le passeport pour un mariage heureux, la réussite professionnelle et la reconnaissance sociale. Le bombardement d’images photoshoppées à l’infini auxquelles nous sommes exposé·e·s aliène aujourd’hui femmes et hommes par une recherche constante d’un idéal de beauté claustrophobique, n’amenant que frustration et haine de soi”, écrit la photographe. Un livre qui a le pouvoir de nous reconnecter avec nos corps. 

 

Corps Incorruptibles © Emilie Hallard

© Emilie Hallard

Corps Incorruptibles © Emilie Hallard

© Emilie Hallard

Corps Incorruptibles © Emilie Hallard

© Emilie Hallard

Corps Incorruptibles © Emilie Hallard

© Emilie Hallard

Corps Incorruptibles © Emilie Hallard

© Emilie Hallard

Corps Incorruptibles © Emilie Hallard

© Emilie Hallard

F.K.


1. Avec “Le Dérangeur”, ce collectif veut décoloniser la langue française

Le collectif Piment lâche le micro de son émission sur Radio Nova le temps d’écrire son premier livre Le Dérangeur, petit lexique en voie de décolonisation. Passionné de cultures noires, le quatuor signe un lexique d’un nouveau genre à la fois drôle et impertinent.
© Emilie Hallard - Cheek Magazine
© Emilie Hallard

7. Les femmes noires vont-elles enfin trouver leur place dans l'industrie musicale en France?

Alors que le racisme est redevenu une discussion mondiale, l’industrie musicale, à l’initiative de deux de ses cadres, Brianna Agyemang and Jamila Thomas, a décidé de faire son introspection, notamment sur la place des artistes noir·e·s. Les femmes noires y sont les moins visibles et les plus fragilisées, malgré leurs succès. 
© Emilie Hallard - Cheek Magazine
© Emilie Hallard