culture

Le Cheek Point

“Éternel féminin” et “manucure”: Les confidences gênantes de Marlène Schiappa dans son dernier livre

On a lu pour vous cette critique de L’Obs du dernier livre de Marlène Schiappa et on vous la conseille fortement.
Photo de couverture de “Si souvent éloignée de vous”, DR
Photo de couverture de “Si souvent éloignée de vous”, DR

Photo de couverture de “Si souvent éloignée de vous”, DR


Les courbettes s’enchaînent tout au long du livre. La plus maladroite est celle adressée à Brigitte Macron: la ‘bienveillance, la gentillesse, l’engagement et la classe naturelle, ses allusions artistiques, son humour ravageur et son sourire irrésistible del’éternel féminin’’. ‘Éternel féminin’? Une expression éculée qui définit la femme uniquement à travers le désir qu’elle suscite chez l’homme. Pas de quoi se féliciter d’avoir lu Simone de Beauvoir quelques paragraphes plus tard.

Pour l’éducation féministe et ‘non genrée’ de ses filles, on repassera aussi.

Moi, j’ai pris la forme de manucure de ma tante Martine […], le parfum de ma grand-mère Andrée, les gestes tendres de mon arrière-grand-mère Mina […], la brosse pour se laver le visage de ma première belle-mère, la façon de ma mère de préparer le dîner […], et sans doute beaucoup trop de choses de mon père pour une femme.’

Qu’il est pénible de lire cette tirade en 2018. Pourquoi ne pas plutôt évoquer le goût de la lecture d’une tante, la passion des voyages d’une grand-mère ou encore le don du bricolage d’une belle-mère.” 

Dans un article publié sur le site de L’Obs le 27 mai, la journaliste Barbara Krief propose une critique cinglante du dernier livre de Marlène Schiappa: Si souvent éloignée de vous. Pensé comme un recueil de lettres envoyées à ses filles lors des déplacements de la secrétaire d’État en charge de l’égalité entre les femmes et les hommes, il semblerait que le texte soit un vrai condensé de maladresses. On y lit par exemple une description de son aînée axée sur sa minceur et sa blondeur, et quelques tirades qui font grincer des dents, comme “Aie des enfants, car c’est la plus belle chose du monde”. Plus qu’étonnant lorsqu’on connaît le poste occupé par la politicienne au sein du gouvernement…

 

À lire le plus rapidement possible sur le site de L’Obs.

 


1. Quand “Downton Abbey” racontait l'émancipation des femmes

Si l’adaptation cinéma de Downton Abbey, qui sort au cinéma ce 25 septembre, est plutôt décevante et passe à côté de tout commentaire sur l’époque, elle donne envie de se replonger dans la série. Laquelle n’est pas un gentil soap sur l’aristocratie anglaise en costumes d’époque, mais le récit de l’émancipation des femmes au début du XXème siècle. Paroles d’historiennes.
Photo de couverture de “Si souvent éloignée de vous”, DR - Cheek Magazine
Photo de couverture de “Si souvent éloignée de vous”, DR

2. Unbelievable, la série criminelle qui s’intéresse enfin aux victimes

Ce nouveau programme Netflix haletant ne ressemble à aucune autre série criminelle, pour une raison simple: il est entièrement centré sur la parole des femmes et des victimes.
Photo de couverture de “Si souvent éloignée de vous”, DR - Cheek Magazine
Photo de couverture de “Si souvent éloignée de vous”, DR

3. Marina Kaye revient avec “Twisted” et parle de santé mentale

Quand la musique s’écoute avec les yeux et se regarde avec les oreilles: Twisted, de Marina Kaye, c’est notre clip du jour. 
Photo de couverture de “Si souvent éloignée de vous”, DR - Cheek Magazine
Photo de couverture de “Si souvent éloignée de vous”, DR

4. Hélène Delmaire, la peintre derrière le “Portrait de la jeune fille en feu”

L’artiste lilloise Hélène Delmaire a créé la plupart des oeuvres qui apparaissent dans le dernier film de Céline Sciamma Portrait de la jeune fille en feu, qui sort ce 18 septembre.
Photo de couverture de “Si souvent éloignée de vous”, DR - Cheek Magazine
Photo de couverture de “Si souvent éloignée de vous”, DR

7. “Filles de Blédards”, le collectif qui met l'immigration au centre de l'art

À l’occasion de sa première exposition à Marseille, Nouveaux Sacrés, le collectif Filles de Blédards est revenu sur la genèse de son projet, tout en réaffirmant sa volonté de questionner “les identités de l’immigration”. Portrait d’un collectif féminin qui se réapproprie le discours colonial.  
Photo de couverture de “Si souvent éloignée de vous”, DR - Cheek Magazine
Photo de couverture de “Si souvent éloignée de vous”, DR