culture

Théâtre

Pirates, la compagnie de théâtre en non-mixité trans

Face au manque criant de représentations trans dans la culture, un collectif a décidé de créer sa propre troupe de théâtre en non-mixité trans. Rencontre avec Pomme, Blaise et Sohan, qui composent la Compagnie Pirates.  
© Giovanni Cittadini Cesi
© Giovanni Cittadini Cesi

© Giovanni Cittadini Cesi


Si l’on avait dit à Blaise, quand il était encore étudiant à Versailles, qu’il monterait un jour sur scène pour affirmer sa transidentité, il ne l’aurait probablement pas cru. “C’était inimaginable”, confie le jeune comédien de 22 ans, aujourd’hui au conservatoire du 12ème arrondissement de Paris, tout comme Sohan, 21 ans. “Puis Pomme (NDLR: rien à voir avec la chanteuse) a débarqué dans ma vie…”. C’était en septembre 2018 et le trio est inséparable depuis.

 

Créer nos propres récits

Sous l’impulsion de Pomme, comédienne et autrice de 24 ans, ils et elles ont donné naissance à la Compagnie Pirates, pour “partir à l’abordage de la scène” face au manque criant de représentations trans dans le théâtre et aux fantasmes autour des questions de genre. “J’ai ressenti le besoin de créer une troupe de théâtre en non-mixité trans, raconte l’initiatrice du projet. J’avais envie de pousser un coup de gueule et de montrer qu’on est capables de créer nos propres récits.” Et l’idée a rapidement séduit. “Si on ne me donne pas ma place, je vais me la créer”, a pensé Blaise, alors que le festival d’Avignon mettait à l’honneur le genre en 2018. “Les questions trans semblaient tout d’un coup visibilisées, mais elles l’étaient majoritairement par des hommes cisgenres, blancs et hétéros qui les abordaient uniquement comme un concept, c’était très humiliant”, se souvient Pomme, qui a voulu se révolter contre ces représentations médiatiques et culturelles biaisées. Une révolte qui a pris forme grâce au Manifeste Pirate. Un spectacle de 15 minutes, conçu dans le cadre d’un concours de création et sélectionné pour être présenté au théâtre du Rond-Point.

 

Compagnie Pirates © Giovanni Cittadini Cesi

© Giovanni Cittadini Cesi

 

Donner de la force aux personnes concernées

Dans une sorte de “hold-up théâtral”, qui s’est depuis enrichi pour durer une heure, le trio prend possession d’un espace dont les personnes trans sont en général exclues, pour se moquer tout à tour du festival d’Avignon ou d’émissions de télévision sensationnalistes. On les voit ainsi rejouer quasiment mot pour mot des séquences de C’est mon choix que l’on espérerait parodiques. “J’ai juste masculinisé les répliques, mais sinon on les a reprises telles quelles”, décrit Pomme, citant des questions comme “Allez-vous faire l’opération?”. De quoi, tout de même, déclencher des rires francs dans le public, avant de faire couler quelques larmes, en rendant notamment hommage aux personnes trans décédées, parmi lesquelles la travailleuse du sexe Vanesa Campos, tuée en août 2018. “Nous voulions aborder les enjeux politiques, réfléchir à la manière dont on s’inscrit dans une histoire collective, détaille Pomme. Car il ne faut pas oublier que d’autres ont pris la parole avant nous, mais on ne les a pas écouté·e·s.” Cette alternance des genres permet également aux comédien·ne·s de prendre quelques bouffées d’air face à des récits qui les impactent directement. “C’est aussi une manière de nous distancier d’un texte qui nous concerne et qui nous émeut encore beaucoup”, confie Sohan. A travers cette pièce, qu’ils et elles ont voulu adresser à un large public, il s’agit à la fois de “mettre une claque aux personnes loin du sujet et de donner de la force aux personnes concernées”, met en avant Pomme. C’est cette force qui les habite désormais à l’unanimité. “Travailler ensemble me donne beaucoup d’énergie. C’est une chance de jouer sur scène quelque chose qui me tient autant à cœur”, livre Sohan. Et Pomme d’ajouter: “Ça m’a donné une force incroyable, à la fois sur un plan personnel et artistique. Car on veut aussi montrer que l’on est capables de créer un vrai spectacle, avec des vraies ambitions artistiques derrière”.

Compagnie Pirates 3 © Giovanni Cittadini Cesi

© Giovanni Cittadini Cesi

Le but n’est pas de se recréer un placard

Le défi semble avoir été relevé. La troupe a depuis accueilli six personnes de plus pour préparer une version longue de la pièce, qui sera présentée fin avril lors de la Queer Week à Paris (Mise à jour du 18 mars 2020: en raison du Covid-19, la Queer Week est reportée à octobre 2020). Et s’il n’existe à leur connaissance pas d’autre compagnie en non-mixité trans, ils et elles seraient ravi·e·s d’en rencontrer: “Le but n’est pas de se recréer un placard. On veut susciter des vocations, mettre en avant des personnes trans qui ont du talent et montrer que c’est possible”, espère Pomme. Et d’ajouter: “C’est à ça que sert la non-mixité: nous offrir un espace de réflexion et nous donner suffisamment de force pour aller au-delà.

Rozenn Le Carboulec 

Retrouvez la Compagnie Pirates sur Facebook, Instagram et Twitter

 


1. 7 essais féministes pour agir depuis chez soi

Si vous cherchez de bonnes ressources pour passer à l’action même en étant confinées, suivez le guide!
© Giovanni Cittadini Cesi - Cheek Magazine
© Giovanni Cittadini Cesi

3. Podcast: Lous and the Yakuza nous raconte son adolescence dans Teen Spirit

Dans ce treizième épisode du podcast Teen Spirit, la musicienne Lous and the Yakuzas revient sur ses années d’adolescence. De son enfance au Rwanda à sa passion pour les mangas, en passant par son engagement humaniste et son combat pour que les femmes noires obtiennent plus de visibilité, elle nous a tout raconté. 
© Giovanni Cittadini Cesi - Cheek Magazine
© Giovanni Cittadini Cesi

6. Clara Ysé: du tragique au magique, la naissance d'une voix singulière

Il y a presque un an, Clara Ysé sortait un premier EP en forme de cri du coeur, après la disparition de sa mère, la philosophe Anne Dufourmantelle. La jeune chanteuse marie les influences musicales avec brio, et creuse un sillon bien à elle dans la chanson française. Portrait.
© Giovanni Cittadini Cesi - Cheek Magazine
© Giovanni Cittadini Cesi

7. Théâtre: 3 pièces féministes à voir d’urgence à Paris

Complètement barrés, drôles et instructifs, on a sélectionné pour vous trois seules-en-scène féministes à découvrir en ce moment dans les théâtres parisiens.
© Giovanni Cittadini Cesi - Cheek Magazine
© Giovanni Cittadini Cesi