culture

Interview “On Tour” / Savages

“Pour une bande de filles, on peut être assez irrévérencieuses”

En tournée française en ce moment, les quatre londoniennes de Savages seront de passage à Lyon le 20 février et à Paris le 21. L’occasion de soumettre la chanteuse Jehnny Beth à notre questionnaire “On Tour”. 
© Richard Dumas / DR
© Richard Dumas / DR

© Richard Dumas / DR


L’endroit le plus éloigné de chez toi où tu as joué?

L’Australie et le Japon. On vient juste de revenir d’une tournée de trois semaines là-bas avec King Rule et Warpaint. J’ai vu mes amis de HTRK à Melbourne. Il y a une formidable communauté musicale là-bas. Je meurs d’envie d’y retourner!

Et le plus près?

Londres. Notre dernier concert là-bas a eu lieu en septembre dernier au Forum de Kentish Town. Le show a été filmé par Giorgio Testi -qui a aussi réalisé notre vidéo de Shut Up et nous préparons la sortie d’un enregistrement live avec une vidéo de notre nouvelle chanson Fuckers

L’album idéal à écouter en tournée?

Ces derniers temps, j’ai une obsession pour Coney Island Baby de Lou Reed. J’ai recommencé à écouter Lou Reed intensément après sa mort, pour m’accompagner dans mon deuil. C’est mon album préféré après Transformer

Le livre à lire sur la route?

En ce moment, je lis Necrophilia Variations de Supervert, un recueil de nouvelles sur le sexe et la mort. J’ai découvert ça quand l’actrice porno Stoya en a lu un passage lors de sa performance pour la vidéo Hysterical Literature de l’artiste Clayton Cubitt. C’est une super lecture, assez dérangeante, mais j’aime le fait que ça explore certaines parties de la sexualité et du désir qui ne sont pas conventionnelles, voire taboues. 

Le film ou la série sur mesure pour regarder dans le camion?

Nous sommes de grandes fans des séries d’animation Adventure Time et Archer. Je me rappelle avoir regardé Adventure Time pendant des heures à l’occasion d’un long trajet en bus vers San Francisco, à en devenir complètement cinglée. C’est une série assez psychédélique…

Si tu pouvais tout te permettre, tu demanderais quoi dans ta loge?

Pour être honnête, je ne demanderais rien de fou sauf si c’est complètement indispensable. On essaie d’être vigilantes et de soutenir les promoteurs, notamment en évitant de gâcher bêtement de la nourriture. 

Qu’est-ce que tu demandes en vrai?

Des choses sans gluten et végétaliennes. On a toutes sortes de régimes dans le groupe: végétarien, végétalien, sans produits laitiers, sans gluten, etc. C’est un cauchemar pour les personnes qui s’occupent de notre catering.  

“Ce qui arrive sur la route reste sur la route”: qu’est-ce qui est resté sur la route?

Je ne ferai aucune révélation, désolée. Mais je dirais que pour une bande de filles, on peut être assez irrévérencieuses! 

En avion, qu’est-ce que tu gardes toujours en cabine?

Je garde toujours une bouteille d’eau chaude avec moi quand je voyage. Je ne bois ni thé ni café, mais de l’eau chaude. On appelle ça “le thé du ninja”. C’est ce qu’il y a de meilleur. 

Ton anecdote de tournée la plus improbable?

Il y en a plein. Je pense que le mieux sur la route, c’est quand tu rencontres d’autres musiciens que tu respectes et qui aiment ta musique. C’est très inspirant. 

Quelle est la première chose que tu fais quand tu rentres chez toi?

J’ouvre le courrier et je paie mes factures. Je sais, c’est un peu triste. 

Propos recueillis par Faustine Kopiejwski


2. Blachette, l’illustratrice made in France préférée de Rihanna

L’illustratrice de 29 ans, inconnue il y a encore quelques années, croule sous les projets et demandes de collaborations. Elle a dû quitter son poste de cadre pour enfin vivre de sa passion: le dessin. En plus de son coup de crayon stylé, c’est son regard engagé, son humour et son goût pour dessiner des femmes racisées qui font sa singularité. 
© Richard Dumas / DR  - Cheek Magazine
© Richard Dumas / DR

4. A l'écran, les personnages de femmes queers prennent enfin de l'épaisseur

Avec Douglas, Feel Good, Twenties ou encore Work in progress, des humoristes queers à la féminité hors-norme et aux vies peu conventionnelles racontent leurs expériences et leurs points de vue. Une première. 
© Richard Dumas / DR  - Cheek Magazine
© Richard Dumas / DR

5. Jehnny Beth explore son désir et sa sexualité dans un premier album solo brûlant

Sur scène, avec Savages, Jehnny Beth est explosive, sexuelle. En solo, elle explore le désir sur un premier album brûlant d’intensité, To Love Is To Live, qui devance la sortie d’un recueil de nouvelles érotiques.
© Richard Dumas / DR  - Cheek Magazine
© Richard Dumas / DR

6. Comment l'art menstruel continue de se renouveler

Ces dernières années, une nouvelle génération d’artistes féministes se réapproprie le sang menstruel pour en faire la matière première d’installations, de tableaux et de performances. Un courant qui, même si loin d’être neuf, n’a pas fini de faire couler de l’encre.
© Richard Dumas / DR  - Cheek Magazine
© Richard Dumas / DR