culture

Séries

6 séries Cheek à regarder pendant le confinement 

Pour vous occuper ces prochaines semaines, nous avons sélectionné nos séries préférées à binger en attendant la fin du confinement.
Feel Good © Netflix
Feel Good © Netflix

Feel Good © Netflix


Alors que le confinement joue les prolongations, une nouvelle fournée de séries ont rejoint les plateformes de streaming, de Netflix à OCS. Pas besoin de lancer un quarantième rewatch de Buffy contre les vampires ou de Friends, la relève est là! (Mais si vous y tenez, on ne vous jugera pas). Que vous ayez envie d’histoires d’amour, de garder la flamme du féminisme intacte, de réfléchir à des enjeux politiques ou de vous perdre dans les manigances d’une bande de cheerleaders… Nous avons ce qu’il vous faut!   

 

Feel Good

Le pitch: Mae Martin est une jeune comédienne de stand up canadienne installée à Londres. Un soir, elle aborde George, une jeune femme hétéro pour qui elle a un véritable coup de foudre. La relation est, dans un premier temps, fusionnelle: elles s’installent ensemble, passent tout leur temps dans leur chambre, skypent avec les parents de Mae… Mais deux éléments vont mettre en péril leur amour: le passé de Mae et le fait que George n’arrive pas à assumer leur relation auprès de ses proches.

Pourquoi on la regarde: Le rythme de Feel Good est déroutant. Le premier épisode se présente comme une mini-romcom passionnée et attachante qui raconte un coup de foudre réciproque. On a presque l’impression que la série va s’arrêter là. Sauf qu’elle continue pendant cinq épisodes aussi drôles que déchirants, où Mae Martin décortique ce qui se passe entre deux personnes après les premiers moments d’euphorie. Elle réfléchit en profondeur au rapport compliqué que son héroïne entretient avec ses parents (sa mère est interprétée par la formidable Lisa Kudrow), à ses insécurités, à ses questionnements sur son identité de genre, aux manières d’entretenir une relation entre deux personnes que tout sépare. Feel Good explore toutes les facettes de l’addiction et elle donne aussi une place importante, sans jugement, au personnage de George et à sa difficulté de faire son coming out à ses proches. Mais la série révèle surtout la merveilleuse comédienne Mae Martin. Vous tomberez forcément sous le charme de son timing comique, de son phrasé singulier et de la passion communicative qui anime chacun de ses mouvements.

Disponible sur Netflix

 

Run

Le pitch: Lorsqu’ils étaient deux jeunes adultes, Ruby et Billy se sont fait une promesse. Si l’un d’eux envoyait le texto “RUN” et que l’autre répondait par le même mot, alors ils fuiraient en train en laissant toute leur vie en plan. Dix-sept ans plus tard, ils s’échangent le fameux mot de passe. Commence alors un périple à travers les États-Unis pendant lequel ils vont devoir réapprendre à se connaître.

Pourquoi on la regarde: S’il ne fallait qu’un argument pour vous convaincre de regarder Run, ce serait celui-ci: la série est imaginée par Vicky Jones et Phoebe Waller-Bridge. Le duo est à l’origine de certaines des œuvres les plus enthousiasmantes de ces dernières années, de Fleabag à Killing Eve. Dans Run, on retrouve leur humour acerbe, leurs réflexions profondes sur l’amour et le sexe et bien sûr leur engagement féministe. Car Run explore la manière dont ces 17 années ont pesé différemment sur les deux personnages en fonction de leur genre. Il et elle arrivent tous deux avec des corps, des carrières et des vies familiales façonnées au sein d’une société patriarcale. Réussiront-il et elle à se réinventer? La série, entre la romcom et le thriller, est portée par Merritt Wever (vue dans Unbelievable) et Domnhall Gleeson, dont l’alchimie crève l’écran. Les comédien·ne·s apportent une vraie tendresse à des dialogues doux-amers sur la réussite, sur la trentaine et les échecs que la vie met sur nos chemins. Vous n’aurez qu’une envie: enchaîner sur l’épisode suivant.

Disponible sur OCS à partir du 13 avril en US+24

 

Unorthodox

Le pitch: Inspiré par l’autobiographie de Deborah Feldman, Unorthodox: The Scandalous Rejection of My Hasidic Roots, Unorthodox suit le parcours d’Esther Shapiro, une jeune femme de 19 ans qui a grandi dans une communauté juive ultra-orthodoxe de Williamsburg à New York. Prise au piège dans un mariage qui la rend malheureuse, elle décide de prendre la fuite et de partir pour Berlin. Là-bas, elle tente de vivre librement sa passion pour le piano, une pratique interdite pour les femmes au sein de sa communauté. Mais alors qu’elle essaie de refaire sa vie, son mari et son cousin partent sur ses traces… 

Pourquoi on la regarde: Parce que Shira Haas, la jeune actrice israélienne qui incarne Esther Shapiro, est époustouflante dans le rôle d’une femme qui apprend enfin à se connaître après avoir vécu dans le carcan étouffant de sa communauté. Elle incarne avec beaucoup de force un combat pour se libérer des injonctions qui pèsent sur les femmes de son entourage. La série met en scène toutes les manières par lesquelles Esther chemine vers sa nouvelle vie, que ce soit par de petits gestes symboliques (mettre du rouge à lèvres) ou par de grands moments de courage (s’opposer à son mari). Par des flashbacks, on suit la vie maritale d’Esther, marquée par le rapport paradoxal de la religion avec la sexualité et le plaisir féminin. 

Disponible sur Netflix

 

The Plot Against America

Le pitch: Et si Franklin Delano Roosevelt n’avait pas été réélu en 1941 et qu’il avait été battu par l’aviateur Charles Lindberg, férocement anti-guerre et sympathisant nazi? C’est le point de départ de The Plot Against America, qui suit la vie d’une famille juive du New Jersey victime de l’antisémitisme porté par ce président imaginaire.

Pourquoi on la regarde: Depuis l’annonce du projet, The Plot Against America enthousiasme les fans de série et de littérature. Adaptée d’un roman de l’écrivain américain Philip Roth, elle est menée par le génial David Simon, à qui l’on doit The Wire, Treme ou la récente The Deuce. Cette uchronie brillante et politique sur la rapidité de la montée du fascisme dans un pays pourtant démocratique ne laisse pas de côté ses personnages féminins. En marge des hommes de la famille, The Plot Against America s’intéresse aussi à la mère, interprétée par Zoe Kazan, qui décide de retourner travailler après avoir arrêté son activité pour élever ses enfants; et à la tante campée par la légendaire Winona Ryder, qui se retrouve en couple avec le puissant rabbin Lionel Bengelsdorf. Particulièrement recommandé pendant cette période compliquée.

Actuellement diffusé sur OCS en US+24

 

Dare Me

Le pitch: Beth est la “top girl” de son équipe de cheerleaders, celle qui est portée en haut de la pyramide. En dehors des heures d’entraînement, elle traîne dans les rues désertes de sa petite ville avec sa meilleure amie Addy. Mais l’arrivée d’une nouvelle coach va perturber leur relation et redéfinir tous les mécanismes à l’œuvre dans cette petite bourgade du Midwest.

Pourquoi on la regarde: Si vous avez été refroidi·e·s par le binge watching des trop nombreuses saisons de Riverdale dont vous n’avez compris que 15% des arcs narratifs improbables, pas d’inquiétude. Dare Me fera remonter les séries teen de Netflix dans votre estime sans vous faire perdre aucun neurone. Derrière son esthétique sulfureuse et sexy, elle cache une histoire émouvante sur la difficulté de maintenir une amitié saine face aux injonctions qui pèsent sur les adolescentes dans le milieu très compétitif du cheerleading. Loin de souffler sur les braises de la rivalité entre femmes, Dare Me expose ses rouages et explique ses mécanismes sociétaux. Et montre que derrière le cheerleading se cachent des efforts et une discipline qui ont un coût et laissent des marques sur le corps et l’esprit de ces adolescentes. Une vraie réflexion sur l’amitié féminine qui est aussi, et c’est important, particulièrement divertissante.   

Disponible sur Netflix

 

High Fidelity

Le pitch: Robyn (Zoë Kravitz) est disquaire à New York. Ses amours, ses amitiés… Chez elle, tout s’articule autour de la musique. Le moindre événement lui donne l’occasion de concocter la playlist parfaite. Tout au long de la série, elle explore ses relations passées avec des hommes et des femmes de différents horizons.

Pourquoi on la regarde: Si vous avez été une fille qui aimait la musique indé dans les années 2000, il est fort probable que ce reboot féminin de High Fidelity vous apparaisse comme une revanche personnelle bien méritée. Le livre de Nick Hornby et le film de Stephen Frears ont servi de moule à une génération d’hommes fans de rock qui s’identifiaient un peu trop à Rob/John Cusack et à sa manière désagréable de juger les goûts musicaux de son entourage. Dans ce High Fidelity nouvelle génération, imaginé par Veronica West et Sarah Kucserka, c’est au tour des femmes de monologuer sur Rumours de Fleetwood Mac pendant de longues minutes sans être interrompues. Les rôles sont enfin inversés. Et la toujours excellente Zoë Kravitz est parfaite dans le rôle de disquaire désabusée, prête à donner aux jeunes générations un nouveau role model avec son amie Cherise (la tout aussi formidable Da’Vine Joy Randolph). Un agréable changement de paradigme. 

Disponible sur Hulu

Pauline Le Gall


3. Pourquoi les bad bitches françaises sont-elles méprisées

La route reste longue pour imposer la figure de la bad bitch en France, réponse sexy et politique au patriarcat dans le rap, malgré les percées récentes de rappeuses marquantes. 
Feel Good © Netflix - Cheek Magazine
Feel Good © Netflix

4. “Lusted Men”, l'exposition qui érotise les corps masculins

L’exposition Lusted Men présente une collection de photos érotiques masculines, anonymes et contemporaines. Preuve que la nudité émoustillante n’est pas réservée aux modèles féminins.
Feel Good © Netflix - Cheek Magazine
Feel Good © Netflix

7. Dix films féministes qu'il fallait voir en 2020

En 2020, l’année ciné aura été bouleversée jusqu’au bout. Heureusement, cela ne nous a pas empêchées de découvrir, au cinéma ou à la maison, de superbes récits féminins et féministes. 
Feel Good © Netflix - Cheek Magazine
Feel Good © Netflix