culture

Le Cheek Point

“En tant que Française, j'ai honte que mon pays protège à ce point des gens comme Roman Polanski et Woody Allen”

On a lu pour vous cette tribune de la journaliste Clémence Michallon dans l’Independent et on vous la recommande.
Selena Gomez et Woody Allen © Mars Films
Selena Gomez et Woody Allen © Mars Films

Selena Gomez et Woody Allen © Mars Films


“A Rainy Day in New York […] ouvrira le prestigieux festival du film américain de Deauville le 6 septembre, un honneur précédemment accordé à des films tels que Whiplash, Little Miss Sunshine ou Maria pleine de grâce. Le film est aussi programmé pour une sortie dans les cinémas français en septembre. […] En tant que Française qui réside désormais aux US -et qui a donc été témoin de l’impact du mouvement MeToo des deux côtés de l’Atlantique-, cette nouvelle m’a fait lever les yeux au ciel et a provoqué en moi une certaine panique existentielle. […] Quand les artistes sont accusés de choses terribles, devons-nous continuer à consommer leur art? […] Je ne sais pas. C’est une question compliquée et je ne prétends pas l’avoir résolue. […] Mais je sais cela: les procès intentés par l’opinion publique sont une très mauvaise idée, mais quelle option nous reste-t-il quand quelqu’un plaide coupable puis s’enfuit dans un pays étranger, pour ne plus jamais mettre les pieds dans un tribunal? (NDLR: la journaliste fait ici référence à Roman Polanski.) Evidemment, les gens peuvent continuer d’apprécier tout l’art qu’ils veulent, mais doit-on offrir une plateforme aux créateurs, quelles que soient les circonstances? Je ne le pense pas, et dans tous les cas, j’aimerais que la France arrête de se réinventer comme une terre promise pour des agresseurs présumés.” 

Dans une tribune intitulée As a french person, I’m ashamed of how much my country protects people like Roman Polanski and Woody Allen et publiée sur le site du média anglais The Independent, la journaliste française basée à New York Clémence Michallon réagit à la sortie prochaine du nouveau film de Woody Allen dans les salles françaises. Tandis que le long-métrage a été désavoué par ses acteur·rice·s et que les distributeurs américains l’ont boycotté, A Rainy Day in New York reçoit les honneurs dans l’hexagone. En revenant sur les cas Allen et Polanski, la journaliste explique pourquoi il est problématique que la France persiste à dérouler le tapis rouge à des artistes accusés d’agressions sexuelles. 

A lire en VO sur le site de The Independent


4. “Tout peut changer”, le film qui explique pourquoi les femmes pèsent aussi peu dans le cinéma

En plein tourbillon pré-César et post-Oscars, ce documentaire qui donne la parole aux poids lourds féminins d’Hollywood est une démonstration implacable que le sexisme continue d’isoler les femmes dans l’industrie du cinéma. À voir sans faute.
Selena Gomez et Woody Allen © Mars Films  - Cheek Magazine
Selena Gomez et Woody Allen © Mars Films

6. Pourquoi les Oscars snobent-ils les femmes?

En 2019 aux Etats-Unis, 12 des 100 films les plus rentables ont été réalisés par des femmes selon IndieWire. pourtant, les Golden Globes et les Oscars ne présentent aucune réalisatrice. En quoi cela révèle une invisibilisation systématique du travail des femmes derrière la caméra? En quoi une cérémonie, aussi superficielle soit-elle, marque des enjeux historiques liés à la reconnaissance du travail des femmes? 
Selena Gomez et Woody Allen © Mars Films  - Cheek Magazine
Selena Gomez et Woody Allen © Mars Films