geek

L'entretien connecté de Caroline Ramade

Caroline Ramade: “Il faut que les femmes soient visibles dans l’écosystème des start-ups”

Caroline Ramade, directrice générale adjointe de l’incubateur féminin Paris Pionnières, répond aux questions geek de Cheek.
© Jérôme Cuenot pour Cheek Magazine
© Jérôme Cuenot pour Cheek Magazine

© Jérôme Cuenot pour Cheek Magazine


Travailler chez Paris Pionnières m’a permis de concilier mon féminisme avec l’action de personnes qui veulent changer le monde”, résume Caroline Ramade, 37 ans, directrice générale adjointe de Paris Pionnières. À peine un an après son arrivée dans cet incubateur de start-ups féminines, elle est toujours aussi enthousiaste sur son job. Cette néo-geek passée par la com’ politique, notamment à la Ville de Paris, affirme avoir toujours eu le goût de l’action et de l’engagement. Elle a d’ailleurs été très active au sein du réseau féminin Les Rézoteuses.

Aujourd’hui, elle met son énergie au service des femmes qui souhaitent monter leur boîte et se heurtent à un écosystème majoritairement masculin. “En France, 91% de start-ups sont lancées par des équipes 100% masculines, à Paris, c’est 79%, regrette-t-elle. Chez Paris Pionnières, on accompagne 130 femmes sur l’année, et on est dans un vrai suivi, pas dans une utopie de l’entrepreneuriat. En clair, si le projet n’a pas de modèle économique, on en trouve un.” Si l’association encourage la mixité -50% des incubés sont des hommes qui travaillent avec des femmes- Paris Pionnières veut avant tout lutter contre le “syndrome de la perfection” qui empêche les femmes de se lancer tant qu’elles ne sont pas sûres d’elles à 300%, et d’autres symptômes de l’auto-censure au féminin, comme la plus faible tendance à pitcher et la peur de l’échec.

On a besoin du soutien des entrepreneures françaises successful car elles sont inspirantes pour les générations qui arrivent.”

Le dernier projet de l’incubateur? Wonder Women of Paris, un concours de start-ups lancé le mois dernier sur Vine, dont Cheek Magazine est partenaire, et qui récompensera le 21 décembre chez Google trois start-upeuses dont les pitch vidéo auront été les plus convaincants. “Il faut que les femmes soient visibles dans la tech, poursuit Caroline Ramade. Pas seulement les porteuses de projet, mais aussi les entrepreneures françaises successful. On a besoin de leur soutien car elles sont inspirantes pour les générations qui arrivent. Plus que d’une transformation digitale, il s’agit d’une transformation sociétale.” Car si Paris est considérée comme la capitale européenne des start-ups, elle manque encore cruellement de parité. En attendant les résultats de Wonder Women of Paris, Caroline Ramade répond à notre entretien connecté.

Geek de la première heure ou geek formée sur le tas?

Formée sur le tas. J’ai eu une première vie de journaliste puis je suis partie vivre au Brésil pendant deux ans. À mon retour, j’ai participé au lancement d’une communauté de photographes en ligne et j’ai découvert le digital. Je ne l’ai plus jamais lâché depuis dix ans.

Plutôt Facebook ou Twitter?

À fond Twitter pour la vie pro: ça m’a permis d’entrer en contact avec des gens que je n’aurais jamais imaginé atteindre. Côté perso, plutôt Instagram mais en mode privé.

Ton compte fétiche sur Instagram?

Mon préféré c’est celui de JR. Mais j’en ai un deuxième pour les fringues, c’est Sézane. Sa stratégie digitale est hyper intéressante, elle a révolutionné la manière de vendre des vêtements.

“Je n’arrive pas à me désintoxiquer d’Uber.”

WhatsApp, texto ou BBM?

Je suis très textos mais de plus en plus WhatsApp pour les potes qui sont à l’étranger. C’est extra.

Uber addict ou taxi G7?

Je n’arrive pas à me désintoxiquer d’Uber, même si je suis en désaccord avec plein de choses. Je désapprouve leurs méthodes de cowboys pour communiquer et traiter leurs employés, mais je replonge à chaque fois, c’est la meilleure expérience sur ce marché.

L’appli que tu as téléchargée et que tu n’utilises jamais?

J’ai encore quelques vieilles applis photo comme Morelomo ou QuadCamera, qui ont été supplantées par Instagram.

Caramail, Hotmail ou Gmail?

Au début des Internets, avant 2000, j’ai été sur Caramail. Ensuite, je suis restée longtemps sur Hotmail et surtout sur MSN, que j’utilisais en continu. J’ai toujours ma boîte d’ailleurs, qui me sert de boîte à spams. Et depuis trois ans, je suis sur Gmail en perso et en pro.

Combien d’heures tiens-tu sans smartphone?

Combien de minutes? Combien de secondes? Ça rend mon mec fou, il me dit souvent que ce qu’il voit le plus de moi, ce sont mon crâne et mes cheveux, parce que je suis penchée sur mon téléphone…

“Internet a changé ma façon de voir les choses et de les appréhender.”

As-tu des périodes detox?

J’y suis forcée quand on part à la campagne et qu’on ne capte pas. On a une maison où on n’installe volontairement pas Internet: je capte au bout du jardin quand je vais pendre le linge (Rires).

Ce que le Web a le plus changé dans ta vie?

Tout. Ça a révolutionné mon métier puisque je me suis spécialisée dans la com’ et la stratégie digitales. Ça a aussi changé ma façon de voir les choses et de les appréhender: même si tout doit être complété par une action physique, ça modifie toutes nos façons de faire. En politique, par exemple, ça a permis un contact avec les citoyens qui n’existait pas avant.

Propos recueillis par Myriam Levain


2. Avec Ada Tech School, elle propose des cours de code féministes et inclusifs

Située au cœur de Paris dans le quartier du Marais, l’Ada Tech School forme des hommes et des femmes à coder et à déconstruire les stéréotypes de genre du monde de la tech. Rencontre avec sa fondatrice et directrice Chloé Hermary.
© Jérôme Cuenot pour Cheek Magazine - Cheek Magazine
© Jérôme Cuenot pour Cheek Magazine

3. Dona Sarkar œuvre pour plus de diversité dans la tech

Pour Dona Sarkar, 39 ans, la technologie est avant tout un outil d’émancipation. Chez Microsoft, où elle anime depuis peu une plateforme de digitalisation des entreprises, elle se bat pour démocratiser son accès à tou·te·s. De passage à Paris, cette développeuse de formation nous a parlé de son expérience dans la tech et de la place que les femmes y occupent aujourd’hui.
© Jérôme Cuenot pour Cheek Magazine - Cheek Magazine
© Jérôme Cuenot pour Cheek Magazine

4. Chez Ekiwork, Elisabeth Chaudière utilise la réalité virtuelle pour sensibiliser au sexisme en entreprise

Cette experte du sexisme ordinaire au travail aide les entreprises à lutter contre les discriminations et les stéréotypes de genre qui contaminent les open space et les salles de réu. Elle a récemment co-écrit le scénario d’une expérience en réalité virtuelle, où l’on se glisse dans la peau d’une jeune cadre confrontée à des comportements sexistes dans sa boîte.
© Jérôme Cuenot pour Cheek Magazine - Cheek Magazine
© Jérôme Cuenot pour Cheek Magazine

5. Queer et féministes, ces geek militent pour un Internet safe

Si Internet est un lieu propice à l’information et à l’expression de soi pour les personnes LGBT+ et féministes, celles-ci sont aussi (et surtout) la cible première des cyberattaques en tous genres. Rencontre avec des hacktivistes qui ont choisi le terrain numérique pour lutter contre le patriarcat.
© Jérôme Cuenot pour Cheek Magazine - Cheek Magazine
© Jérôme Cuenot pour Cheek Magazine

6. Avec Glowee, Sandra Rey invente l’éclairage urbain du futur

En 2014, Sandra Rey a lancé Glowee, une start-up à l’origine d’un système d’éclairage écologique et naturel imitant les propriétés de certaines créatures marines luminescentes. Cette entrepreneure de 29 ans vient de clore une nouvelle levée de fonds et de signer un contrat avec la ville de Rambouillet pour illuminer le mobilier urbain à l’aide de cette brillante technologie.
© Jérôme Cuenot pour Cheek Magazine - Cheek Magazine
© Jérôme Cuenot pour Cheek Magazine