geek

Selfiemania

Ceci n'est pas un selfie, c'est un selfail

Parce que personne n’est à l’abri d’un fail, les adeptes du selfie en font parfois les frais. La preuve en images avec ces 8 selfies qui se sont transformés en énormes fails. 
DR
DR

DR


Parce qu’un selfie n’est pas sans risques, il arrive que le résultat dépasse les espérances des accros aux autoportraits via smartphones. Mais, pas rancuniers, les “selfiers” postent quand même leurs clichés, dont le succès est alors proportionnel au niveau de qualité du fail. Petite sélection des meilleurs selfails trouvés au détour d’Instagram. 

1. Les conditions climatiques 

Selfie fail Selffail

 

On n’y pense pas assez lorsqu’on fait un selfie. Grosse erreur puisque parfois -la preuve ci-dessus-, les conditions climatiques environnantes peuvent être décisives au moment où l’on prend la photo. 

Conclusion: le selfie-tempête est un style à part entière. Le selfie-tsunami pourrait également avoir du succès. 

 

2. Le cadrage

Selfie fail Selffail

 

“En photographie, le cadrage est l’action qui consiste à choisir et définir les limites du champ visuel enregistré par l’appareil de prise de vue. Gros plan: l’image est centrée sur une partie du sujet et aucun décor n’est visible.” (Source: Wikipédia). 

Conclusion: Ceci est donc un selfie d’iPhone. 

 

3. L’alcool

Selfie fail Selffail

 

En soirée, l’alcool peut accélérer l’envie de faire un selfie. Cependant, le selfie alcoolisé peut donner lieu à des photos de boucs coupés et décentrés, sachez-le. Cf. définition du cadrage ci-dessus. 

Conclusion: Il est plus prudent de poster le selfie alcoolisé le lendemain de la soirée. 

 

4. Le détail 

Selfie fail Selffail

 

Le selfie-monument se pratique régulièrement durant cette période de l’année que l’on appelle “vacances”. Les “selfiers”, émerveillés par la beauté d’une construction, se prennent en photo avec cette dernière en arrière-plan. Étant de dos, ils ne se rendent parfois pas compte d’un détail qui cache le monument au moment du cliché.

Conclusion: On prédit que le selfie-monument, faute de mise en avant de l’oeuvre architecturale dans la majorité des cas, sera progressivement abandonné. 

 

5. L’arrière-plan 

Selfie fail Selffail

 

Attention à l’arrière-plan en cas de selfie spontané et effectué sans vérification de ses arrières. Le risque? Voir apparaître sur son écran une personne qui:

– se cure le nez

– s’enlève un bout de coriandre entre les dents

– se gratte l’entrejambe

Conclusion: Appliquez la règle: 1 selfie, 1 personne. 

 

6. L’animal

Selfie fail Selffail

 

Le selfie avec un animal comporte toujours une part de dangerosité. Elle est moindre s’il s’agit d’un animal de petite taille, mais elle augmente considérablement avec les animaux tels que les requins, les scorpions, les méduses ou les crocodiles. Une certaine prudence est alors de mise. 

Conclusion: On ne se méfie jamais assez du chameau. 

 

7. Le miroir

Selfie fail Selffail

 

Comme pour l’arrière-plan, la présence d’un miroir derrière le “selfier” peut dévoiler des parties du corps qu’on ne souhaite pas particulièrement mettre en avant. 

Conclusion: Le miroir est sacrément fourbe. 

 

8. Le flash

Selfie fail Selffail

 

Le flash est toujours un problème pour ceux qui se prennent en photo face à un miroir et dans un lieu obscur. Il l’est davantage lorsque le selfie a vocation à être un selfie sexy. Dans ce cas, l’effet est raté. 

Conclusion: Les combinaisons/bodys roses devraient être prohibées par la loi suprême du selfie.  

Julia Tissier


2. Avec Ada Tech School, elle propose des cours de code féministes et inclusifs

Située au cœur de Paris dans le quartier du Marais, l’Ada Tech School forme des hommes et des femmes à coder et à déconstruire les stéréotypes de genre du monde de la tech. Rencontre avec sa fondatrice et directrice Chloé Hermary.
DR - Cheek Magazine
DR

3. Dona Sarkar œuvre pour plus de diversité dans la tech

Pour Dona Sarkar, 39 ans, la technologie est avant tout un outil d’émancipation. Chez Microsoft, où elle anime depuis peu une plateforme de digitalisation des entreprises, elle se bat pour démocratiser son accès à tou·te·s. De passage à Paris, cette développeuse de formation nous a parlé de son expérience dans la tech et de la place que les femmes y occupent aujourd’hui.
DR - Cheek Magazine
DR

4. Chez Ekiwork, Elisabeth Chaudière utilise la réalité virtuelle pour sensibiliser au sexisme en entreprise

Cette experte du sexisme ordinaire au travail aide les entreprises à lutter contre les discriminations et les stéréotypes de genre qui contaminent les open space et les salles de réu. Elle a récemment co-écrit le scénario d’une expérience en réalité virtuelle, où l’on se glisse dans la peau d’une jeune cadre confrontée à des comportements sexistes dans sa boîte.
DR - Cheek Magazine
DR

5. Queer et féministes, ces geek militent pour un Internet safe

Si Internet est un lieu propice à l’information et à l’expression de soi pour les personnes LGBT+ et féministes, celles-ci sont aussi (et surtout) la cible première des cyberattaques en tous genres. Rencontre avec des hacktivistes qui ont choisi le terrain numérique pour lutter contre le patriarcat.
DR - Cheek Magazine
DR

6. Avec Glowee, Sandra Rey invente l’éclairage urbain du futur

En 2014, Sandra Rey a lancé Glowee, une start-up à l’origine d’un système d’éclairage écologique et naturel imitant les propriétés de certaines créatures marines luminescentes. Cette entrepreneure de 29 ans vient de clore une nouvelle levée de fonds et de signer un contrat avec la ville de Rambouillet pour illuminer le mobilier urbain à l’aide de cette brillante technologie.
DR - Cheek Magazine
DR