geek

Le Cheek Point

Intelligence artificielle: les robots sont aussi victimes du sexisme

On a lu pour vous cet article du Huffington Post sur les biais sexistes subis et véhiculés par les intelligences artificielles et on vous le conseille fortement. 
Ex Machina © Universal Pictures
Ex Machina © Universal Pictures

Ex Machina © Universal Pictures


Si vous allumez votre iPhone et traitez Siri de ‘salope’, l’assistante numérique vous répondra peut-être: ‘Pas besoin d’être impoli.’ Si vous employez un mot vulgaire pour vous adresser à elle, elle répliquera calmement: ‘On ne parle pas comme ça!’ Mais si vous lui demandez ensuite de prendre un rendez-vous ou d’écrire un SMS, elle s’exécutera sans rechigner, comme si vous n’aviez rien dit de désobligeant.

On sait bien que certaines des applications d’intelligence artificielle (IA) les plus populaires -Siri d’Apple, Alexa d’Amazon et Cortana de Microsoft, entre autres- essuient un feu roulant d’insultes de la part des utilisateurs. Aux États-Unis, ces assistants sont programmés pour prendre une voix féminine par défaut, et obéissent en général à une multitude d’ordres simples. Mais, prisonniers de nos gadgets électroniques, ils n’ont que peu de moyens pour réagir quand les utilisateurs emploient un langage ordurier ou un discours qui relèverait du harcèlement s’il était adressé à une femme réelle.

Dans un article titré Quand votre iPhone renforce le sexisme, publié sur le Huffington Post américain et traduit par l’édition française, la journaliste Jessica Bateman nous entraîne dans les méandres d’une Silicon Valley ravagée par le sexisme. Elle nous fait ainsi découvrir comment les intelligences artificielles type Siri ou Alexa reproduisent les biais masculins avant d’être elles-mêmes victimes de harcèlement sexuel ou d’attaques sexistes de la part des utilisateurs. Un aperçu d’une discrimination technologique qui contribue à véhiculer stéréotypes de genre et machisme. 

À lire le plus vite possible sur le Huffington Post.

 


1. Avec Glowee, Sandra Rey invente l’éclairage urbain du futur

En 2014, Sandra Rey a lancé Glowee, une start-up à l’origine d’un système d’éclairage écologique et naturel imitant les propriétés de certaines créatures marines luminescentes. Cette entrepreneure de 29 ans vient de clore une nouvelle levée de fonds et de signer un contrat avec la ville de Rambouillet pour illuminer le mobilier urbain à l’aide de cette brillante technologie.
Ex Machina © Universal Pictures - Cheek Magazine
Ex Machina © Universal Pictures

3. Computer Grrrls, l'exposition qui remet les femmes au cœur de l'ordinateur

Visible à Paris, à la Gaîté Lyrique, jusqu’en juillet 2019, l’exposition Computer Grrrls remet les femmes au centre de l’histoire du numérique et des nouvelles technologies. 
Ex Machina © Universal Pictures - Cheek Magazine
Ex Machina © Universal Pictures

4. Tatiana Vilela dos Santos, la Française qui secoue l'art interactif

À l’occasion du Festival Grow Paris, dédié au code créatif, qui a eu lieu mi-novembre au Ground Control, Cheek Magazine a rencontré Tatiana Vilela dos Santos, une game designer française. À 29 ans, cette hyperactive a déjà créé une dizaine d’installations interactives pour partager ses “rêveries” éveillées.
Ex Machina © Universal Pictures - Cheek Magazine
Ex Machina © Universal Pictures

5. Ils ont lancé Yuka, l'appli qui révolutionne la façon de faire vos courses (pour mieux manger)

Avec les deux frères François et Benoît Martin, Julie Chapon, 30 ans, a lancé Yuka, une appli qui permet de scanner les produits alimentaires pour connaître leur composition et savoir s’ils sont bons ou non pour la santé avant de les mettre dans son panier. 
Ex Machina © Universal Pictures - Cheek Magazine
Ex Machina © Universal Pictures

6. Menstrutech: 5 bonnes raisons de s’intéresser aux applis dédiées aux règles

De plus en plus d’applications proposent aux femmes de surveiller leur cycle menstruel, d’alerter sur la période d’ovulation ou encore d’identifier le syndrome prémenstruel. Tout comprendre de la “Menstrutech” en cinq points.
Ex Machina © Universal Pictures - Cheek Magazine
Ex Machina © Universal Pictures

7. Miyö Van Stenis, artiste vénézuélienne en exil qui veut “hacker le pouvoir”

À 28 ans, Miyö Van Stenis a déjà bien vécu. Originaire du Venezuela, devenue réfugiée politique en France à cause de son art militant et provocateur, elle s’est intéressée au Net Art, à la réalité virtuelle et aux drones avec un but récurrent: hacker le pouvoir.
Ex Machina © Universal Pictures - Cheek Magazine
Ex Machina © Universal Pictures