geek

A start-up is born

Ils ont lancé Yuka, l'appli qui révolutionne la façon de faire vos courses (pour mieux manger)

Avec les deux frères François et Benoît Martin, Julie Chapon, 30 ans, a lancé Yuka, une appli qui permet de scanner les produits alimentaires pour connaître leur composition et savoir s’ils sont bons ou non pour la santé avant de les mettre dans son panier. 
L'équipe fondatrice de Yuka © Eveline de Brauw
L'équipe fondatrice de Yuka © Eveline de Brauw

L'équipe fondatrice de Yuka © Eveline de Brauw


Obtenir un peu du temps de Julie Chapon pour une interview relève de la mission quasi impossible. La jeune femme de 30 ans a un emploi du temps, non pas de ministre, mais de cofondatrice d’une start-up qui cartonne. En février 2016, avec François et Benoît Martin, deux frères trentenaires, Julie Chapon a lancé Yuka, une application qui scanne les codes-barres des produits alimentaires et cosmétiques et vous indique, dans la seconde qui suit, leur composition et leur impact sur votre santé. Le tout en s’appuyant sur une base de données collaborative. Terminé le décryptage fastidieux d’étiquettes incompréhensibles, place à la simplicité avec Yuka: vous pouvez désormais immédiatement savoir si, ce que vous vous apprêtez à déguster, est excellent, bon, médiocre ou carrément mauvais pour vous. L’appli revendique aujourd’hui 2 millions d’utilisateur·trice·s. 

Née dans les Yvelines, Julie Chapon est passée par une école de commerce et un cabinet de conseil durant cinq ans avant de cofonder Yuka. L’idée est venue de Benoît Martin qui, avec l’arrivée de ses deux enfants, a souhaité acheter “de meilleurs produits alimentaires”. À défaut de comprendre la liste souvent interminable des ingrédients, il achète un livre qui dévoile les bons et les mauvais produits que l’on trouve au supermarché. Balader son caddie avec un gros bouquin n’étant pas idéal, il a l’idée de digitaliser ce savoir. Ainsi est né Yuka. 

Si les deux frères ont été sensibilisés très tôt par leurs parents pharmaciens à l’importance d’une bonne alimentation, Julie Chapon explique que son “éveil s’est fait de manière individuelle, en [s]e documentant via des livres et des blogs”: “On privilégie tous le fait-maison et on cuisine nos repas du midi.” On a posé quelques questions à cette start-uppeuse débordée. 

 

C’est quoi Yuka?

Yuka scanne vos produits alimentaires et cosmétiques pour décrypter leur composition et évaluer leur impact sur la santé. Face à des étiquettes indéchiffrables, Yuka apporte plus de transparence en un simple scan et vous permet de consommer de façon plus éclairée. L’appli vous indique via un code couleur très simple l’impact du produit sur votre santé: excellent, bon, médiocre ou mauvais. Vous accédez pour chaque produit à une fiche détaillée pour comprendre son évaluation.

Le jour où vous vous êtes lancé·e·s? 

En février 2016 lors du Food Hackathon à la Gaîté Lyrique, un concours dédié à la food qui dure un week-end, que l’on a remporté et qui nous a vraiment motivés à nous lancer. 

Le conseil que vous donneriez à quelqu’un qui veut lancer sa boîte?

Oser et exécuter. Oser, parce que c’est seulement en prenant des risques, ou en tentant des choses qui pourraient sembler impossibles, qu’on peut avoir de belles surprises. Exécuter, parce que un projet, c’est 10% d’idée, et 90% d’exécution. Une idée sans exécution n’est rien, donc il faut mettre les mains dans le cambouis le plus tôt possible. 

Vous vous voyez où dans trois ans? 

On souhaite vraiment devenir une référence française, mais aussi européenne voire mondiale dans le choix de meilleurs produits pour sa santé. Nous avons ainsi pour projet de commencer à nous développer à l’international en 2019. 

Propos recueillis par Julia Tissier


2. Avec Ada Tech School, elle propose des cours de code féministes et inclusifs

Située au cœur de Paris dans le quartier du Marais, l’Ada Tech School forme des hommes et des femmes à coder et à déconstruire les stéréotypes de genre du monde de la tech. Rencontre avec sa fondatrice et directrice Chloé Hermary.
L'équipe fondatrice de Yuka © Eveline de Brauw - Cheek Magazine
L'équipe fondatrice de Yuka © Eveline de Brauw

3. Dona Sarkar œuvre pour plus de diversité dans la tech

Pour Dona Sarkar, 39 ans, la technologie est avant tout un outil d’émancipation. Chez Microsoft, où elle anime depuis peu une plateforme de digitalisation des entreprises, elle se bat pour démocratiser son accès à tou·te·s. De passage à Paris, cette développeuse de formation nous a parlé de son expérience dans la tech et de la place que les femmes y occupent aujourd’hui.
L'équipe fondatrice de Yuka © Eveline de Brauw - Cheek Magazine
L'équipe fondatrice de Yuka © Eveline de Brauw

4. Chez Ekiwork, Elisabeth Chaudière utilise la réalité virtuelle pour sensibiliser au sexisme en entreprise

Cette experte du sexisme ordinaire au travail aide les entreprises à lutter contre les discriminations et les stéréotypes de genre qui contaminent les open space et les salles de réu. Elle a récemment co-écrit le scénario d’une expérience en réalité virtuelle, où l’on se glisse dans la peau d’une jeune cadre confrontée à des comportements sexistes dans sa boîte.
L'équipe fondatrice de Yuka © Eveline de Brauw - Cheek Magazine
L'équipe fondatrice de Yuka © Eveline de Brauw

5. Queer et féministes, ces geek militent pour un Internet safe

Si Internet est un lieu propice à l’information et à l’expression de soi pour les personnes LGBT+ et féministes, celles-ci sont aussi (et surtout) la cible première des cyberattaques en tous genres. Rencontre avec des hacktivistes qui ont choisi le terrain numérique pour lutter contre le patriarcat.
L'équipe fondatrice de Yuka © Eveline de Brauw - Cheek Magazine
L'équipe fondatrice de Yuka © Eveline de Brauw

6. Avec Glowee, Sandra Rey invente l’éclairage urbain du futur

En 2014, Sandra Rey a lancé Glowee, une start-up à l’origine d’un système d’éclairage écologique et naturel imitant les propriétés de certaines créatures marines luminescentes. Cette entrepreneure de 29 ans vient de clore une nouvelle levée de fonds et de signer un contrat avec la ville de Rambouillet pour illuminer le mobilier urbain à l’aide de cette brillante technologie.
L'équipe fondatrice de Yuka © Eveline de Brauw - Cheek Magazine
L'équipe fondatrice de Yuka © Eveline de Brauw