société

La vidéo du jour

“Hollywood a bouffé tout ça”: Asia Argento dénonce la récupération de #MeToo dans une interview cash

Si vous ne deviez voir qu’une vidéo aujourd’hui, ce serait cette interview d’Asia Argento dans Clique Dimanche, dans laquelle elle évoque l’ère post-#MeToo.
DR
DR

DR


C’était un geste kamikaze et suicidaire.” Dans l’émission hebdomadaire de Canal+, Clique Dimanche du  9 décembre, Asia Argento est revenue sur le discours qu’elle a tenu lors du dernier festival de Cannes, dans lequel elle avait accusé Harvey Weinstein de l’avoir violée à l’âge de 21 ans. Invitée par le présentateur Mouloud Achour à commenter l’année qui a suivi l’émergence du mouvement #MeToo, l’actrice italienne a fait part de sa déception: “C’est devenu quelque chose de très important pour un petit moment, quelques mois. Puis Hollywood a bouffé tout ça. Le mouvement est devenu une franchise, il est devenu une épingle qu’on met sur une robe au moment de défiler sur le red carpet, et je n’ai pas aimé ça. J’ai voulu tout casser.

Elle accuse ainsi l’industrie du cinéma américain d’avoir récupéré le mouvement, diminué son impact, et de l’avoir “éloigné de son optique révolutionnaire pour en faire un business”. Interrogée ensuite sur le cas Jimmy Bennett, la quarantenaire a refusé d’aborder le sujet et de “faire du gossip”.   

Visiblement impatiente que 2018 se termine, Asia Argento a ajouté: “Ma vie c’est de la merde. J’ai passé une année de merde. Mon compagnon s’est suicidé.” Et de conclure, au moment où Mouloud Achour lui demande ce qu’on peut lui souhaiter pour le futur: “De me laisser tranquille, s’il vous plaît. J’ai besoin de vivre là.”

 

 

Margot Cherrid


2. Les femmes vont-elles sauver la planète? 

Elles sont en première ligne quand il s’agit de défendre les intérêts de la planète. Mais l’engagement des femmes pour l’écologie suffira-t-il à changer la donne?
DR - Cheek Magazine
DR

4. Koun, l'ONG libanaise qui diffuse le yoga dans les camps de réfugié·e·s 

“Rendre le yoga accessible à ceux qui en ont besoin.” Une devise qui frappe dès la page d’accueil du site de Koun, l’ONG fondée par Sandy Boutros, jeune yogi libanaise qui compte bien amener le yoga au sein des communautés défavorisées.
DR - Cheek Magazine
DR