société

Violences policières: Assa Traoré plus déterminée que jamais dans son combat

Assa Traoré, figure emblématique de la lutte contre les violences policières depuis le décès de son jeune frère Adama, a lancé une campagne internationale pour répliquer à ce qu’elle appelle un “acharnement judiciaire”. 
© NnoMan
© NnoMan

© NnoMan


Sourcils légèrement froncés, regard profond sous sa coupe afro, elle a souvent l’air mélancolique. Son charisme a inspiré bien des artistes. Des illustratrices Blachette et Sanaäk aux photographes des collectifs Œil et La Meute. Assa Traoré, 35 ans, a vu sa vie chamboulée un certain 19 juillet 2016. Elle est à l’étranger quand son jeune frère Adama meurt dans des conditions troubles à la gendarmerie de Persan (Val-d’Oise). Indignée, elle s’organise au plus vite avec ses proches et crée le Comité vérité et justice pour Adama afin d’éclaircir les circonstances de son décès.

Commence une série d’expertises diligentées par la justice qui révèlent maladies rares et autres malformations, toutes contredites par la famille. À leurs frais, les Traoré lancent une contre-analyse auprès de médecins indépendants, qui révèle que le jeune homme serait mort asphyxié après un placage au sol, sous le poids des trois gendarmes. Aujourd’hui, l’affaire est au point mort dans l’attente de nouveaux éléments, mais la famille dénonce un “acharnement judiciaire”. En effet, Assa Traoré est désormais mise en examen suite à la plainte des gendarmes pour diffamation. Pour la soutenir, une campagne internationale a été lancée le 3 décembre à Paris. Interview le poing levé. 

Tu as été mise en examen pour “diffamation publique envers une personne dépositaire de l’autorité publique”. Pour toi, c’est de l’acharnement judiciaire?

Après l’incarcération de mes deux frères qui attendent leur procès, voilà que je suis maintenant la cible. Les trois gendarmes ont porté plainte contre moi suite à un message Facebook où je dénonçais leur responsabilité dans la mort de mon frère en les citant. Ce ne sont que des intimidations. Nous irons jusqu’au bout pour que les gendarmes soient enfin entendus et eux-mêmes mis en examen. Il faut qu’ils comprennent qu’ils ont fait de nous des soldat·e·s malgré nous. 

Nous tenions à ce que le combat pour Adama sortent des frontières de la France.

À Paris, la campagne a rassemblé des centaines de personnes. Comment Angela Davis, célèbre militante afro-américaine des droits de l’homme, s’est-elle retrouvée dans la liste des soutiens? 

J’ai rencontré Angela Davis l’année dernière lors de sa venue à Paris et elle a vite décidé de s’investir dans notre combat. C’est elle qui a défendu la cause auprès d’autres militants afro-américains comme Tom Morello, Mumia Abu Jamal… Tous ces soutiens nous renforcent beaucoup. Nous tenions à ce que le combat pour Adama sortent des frontières de la France, pour révéler au monde comment la police et la gendarmerie traitent les gens dans les quartiers. Pour montrer comment un système raciste est encore institutionnalisé. 

Aïssa Maïga, Camélia Jordana, Rokhaya Diallo… De nombreuses personnalités continuent de te soutenir en France. En quoi cela facilite-t-il ton travail? 

Il faut comprendre que ce n’est pas un petit kif pour être sur la photo. C’est le fruit d’un grand travail. Pour envoyer des messages forts à l’opinion publique, il est important que des personnalités nous soutiennent, car ils sont difficiles à entendre. Aujourd’hui, nous vivons ni plus ni moins les conséquences de l’esclavage et de la colonisation

 

 
 
 
 
 
Voir cette publication sur Instagram
 
 
 
 
 
 
 
 
 

A Omar Sy “Celui qui aime son peuple aime les autres“ Thomas.S Je suis solidaire de toutes les femmes, sans distinction, je suis solidaire de cette mère qu’on a montrée du doigt et humiliée parce qu’elle est musulmane, parce qu’elle porte un voile. J’affirme que la laïcité est une ouverture sur toutes les religions, qu’elle est une valeur fondamentale. Je suis fière de poser mon nom derriere celui d’Omar Sy, qui, en signant cette tribune, défend la dignité d’une femme, et celle de toutes les autres, ainsi que le respect qu’on se doit d’offrir à nos concitoyens sans distinction de couleur ou de religion. J’appelle toutes les personnalités, artistes, sportifs… au même courage, pour défendre ce qui est la marque de toute humanité: le respect de l’autre dans ses choix, dans sa foi, dans ses droits. @omarsyofficial @mynameishelenesy Assa Traoré

Une publication partagée par Assa Traore (@assa.traore_) le

Ces conséquences expliqueraient le décès d’Adama. Peux-tu expliquer pourquoi? 

Mon frère meurt à cause d’un contrôle au faciès. C’est la cruelle vérité. Il est sur son vélo, joyeux, le jour de son anniversaire. Seul problème: il n’a pas sa pièce d’identité sur lui. Cela peut paraître anodin pour certain·e·s. Mais les jeunes garçons noirs ou arabes des quartiers savent qu’à cause de cela, ils peuvent passer du temps au poste de police sans savoir comment cela va se finir. Je rappelle que les premiers passeports ont été mis en circulation en France pour contrôler les déplacements des esclaves aux Antilles, qu’ils et elles devaient toujours l’avoir sur eux.elles, sans quoi on pouvait leur tirer dessus. Je pense qu’il faut déconstruire tout cela.

Les violences policières n’ont jamais été aussi médiatisées, comment interprètes-tu ce coup de projecteur soudain? 

C’est grâce à la force des vidéos sur les réseaux sociaux, mais c’est surtout parce que cela touche des Blanc·he·s. Il y a 40 ans, quand les militant·e·s des quartiers populaires les dénonçaient, on disait que c’était exagéré, pire, que c’était peut-être mérité. Aujourd’hui, on voit des observateurs·rices, des journalistes qui s’en indignent. Mais au Comité, nous sommes là pour rappeler que tout un travail a déjà été effectué par des militant·e·s de la première heure comme au Mouvement de l’immigration et des banlieues (MIB). Dans les quartiers, nous savons bien que les premiers tirs de flash-ball, les premières bavures, c’était chez nous! On lutte ensemble, mais sans rien oublier non plus. 

Les filles des quartiers peuvent jouer un rôle, être d’excellentes médiatrices.

La force du Comité est d’avoir participé à toutes les grandes manifestations des dernières années. C’est une convergence stratégique? 

D’une certaine manière, oui. Nous n’avons pas hésité à rejoindre les gilets jaunes par exemple. Mais cet élan vers les autres est aussi naturel. Nous voulons l’égalité la plus stricte pour tou·te·s. Qui que tu sois, tu es bienvenu·e dans notre combat, quelle que soit ta couleur de peau, ton quartier, ton orientation sexuelle, nous n’excluons absolument personne. C’est comme cela, naturellement, que d’autres militant·e·s se sont aussi  rapproché·e·s de nous. 

 Est-ce que le féminisme fait partie des causes qui te tiennent à cœur? 

Oui, bien sûr. Je suis une fille d’immigré·e·s africain·e·s, j’ai grandi avec de nombreux frères dans un quartier populaire. Contrairement à ce qu’on pourrait imaginer, j’ai toujours été libre et respectée. Je sais bien que ce n’est pas si facile pour toutes. Ce qui me questionne aussi, c’est la place des filles dans nos quartiers. Dans la société, elles sont généralement mieux vues alors que nos frères eux, sont mal traités, agressés, violentés. Elles peuvent jouer un rôle, être d’excellentes médiatrices. Je trouve, personnellement, que nous devons prendre conscience de cette discrimination et aider nos frères à prendre davantage la parole.

 

Invitée à t’exprimer sur la retraite des femmes à la maison des Métallos en décembre, tu as raconté l’histoire de ta mère. Pourquoi? 

Ma mère était femme de ménage sur les quais de la gare de Persan-Beaumont (Val-d’Oise). Elle partait tôt le matin ou travaillait parfois en soirée. Elle a sacrifié des moments importants avec ses enfants. À cause de la poussière balayée chaque jour, elle a subi deux opérations aux yeux, elle ne voit quasiment plus rien aujourd’hui et a dû arrêter de travailler. Elle aura donc une pension de retraite très faible. Je trouvais que son histoire était représentative. Comment peut-on dire à ces femmes, qui arrivent déjà fragilisées en fin de carrière, qu’il faudra travailler plus longtemps? C’est insupportable! Depuis la création du Comité Adama, ce genre de combat est aussi le nôtre. Pour toutes ces luttes, nous ne lâcherons jamais rien. 

Propos recueillis par Mérième Alaoui


1. Avec “Féminisme washing”, Léa Lejeune dénonce la récupération du combat féministe par les marques

Dans son premier essai, Léa Lejeune analyse les ressorts et objectifs du féminisme washing. La journaliste dévoile la réalité cachée derrière les publicités séduisantes, les discours antisexistes de certaines entreprises et la vente d’objets associés à la lutte pour l’égalité femmes-hommes. Interview.
© NnoMan - Cheek Magazine
© NnoMan

2. Les Colombiennes s’inspirent des Argentines pour légaliser le droit à l'IVG

Alors que l’Argentine vient enfin de voter la légalisation de l’avortement, les militantes des autres pays latino-américains restent plus mobilisées que jamais pour acquérir ce droit à leur tour, notamment en Colombie.
© NnoMan - Cheek Magazine
© NnoMan

3. “Balance ta start-up”, le compte Insta qui libère la parole au travail

Harcèlement moral, horaires à rallonge, propos sexistes ou racistes… Lancé fin décembre, le compte @balancetastartup dénonce des pratiques managériales abusives dans un secteur souvent présenté comme innovant et “cool”. On a échangé avec sa créatrice, qui préfère rester anonyme.
© NnoMan - Cheek Magazine
© NnoMan

5. Avec Matergouinité, elles veulent politiser l’image des maternités lesbiennes

Le compte Instagram Matergouinité montre des familles homoparentales et/ou monoparentales, peu visibles dans les médias et souvent sujettes aux stéréotypes. Une initiative destinée à nourrir la pensée militante autour du féminisme et de la maternité.
© NnoMan - Cheek Magazine
© NnoMan

6. Une trentenaire donne naissance à un bébé après une greffe d'utérus, une première en France

Née sans utérus, Déborah, 36 ans, a donné naissance à une petite fille le 12 février dernier à Suresnes (Hauts-de-Seine) après avoir été greffée avec l’utérus de sa mère en mars 2019. Un reportage consacré à son histoire et produit par Nova Production sera diffusé dans l’émission Zone Interdite ce dimanche 21 février.
© NnoMan - Cheek Magazine
© NnoMan

7. Avec Respire, Justine Hutteau s’impose dans le secteur de la “clean beauty”

Cofondatrice de la marque Respire, qui va fêter ses deux ans cette année, Justine Hutteau revient sur la création de cette enseigne précurseure dans le domaine de la “clean beauty” en France, avec ses produits d’hygiène naturels et vegans. 
© NnoMan - Cheek Magazine
© NnoMan