société

La vidéo du jour

Des hommes incapables de dire si leur copine a joui lors de leur dernier rapport sexuel

Si vous ne deviez voir qu’une seule vidéo aujourd’hui, ce serait celle du micro-trottoir réalisé par Babe qui dénonce le manque d’intérêt pour l’orgasme féminin dans les rapports sexuels hétéros. 
Des hommes incapables de dire si leur copine a joui lors de leur dernier rapport sexuel

Dans un rapport sexuel hétéro, les hommes savent-ils quand leur partenaire a joui, et surtout si elle a joui? Il semblerait que non, au regard de cette vidéo, repérée hier par Madmoizelle. La géniale page Facebook Babe a en effet réalisé il y a quelques jours un micro-trottoir (qui réunit déjà 1,5 millions de vues) avec pour objectif d’interroger les hommes sur la question de la jouissance féminine. À l’écran, une journaliste interpelle les passants: “Tu te rappelles la dernière fois que tu as couché avec quelqu’un?”. Réponse: oui. “As-tu joui?”. Réponse: oui. “Et elle?”. Là, tout devient plus compliqué. Les hommes hésitent: “Peut-être”, “Je ne suis pas sûr”, “Je crois”, “Non”… pas un seul “oui” franc! “Mais alors à quel moment le rapport a-t-il été terminé?” interroge la journaliste, pour découvrir que le sexe se termine généralement au moment où l’homme jouit.

La vidéo nous met face à une réalité, pas toujours facile à admettre: le timing d’un coït hétéro est dicté par l’homme, et la majorité des rapports sexuels demeurent androcentrés. Cité dans l’article de Madmoizelle, le psychiatre Philippe Brenot rappelait d’ailleurs il y a quelques années que seulement 16% des femmes jouissent à chaque rapport sexuel contre… 90% des hommes. On espère que cette vidéo aidera les hommes et les femmes à changer leurs habitudes pour que dans ce domaine aussi, la répartition des tâches devienne plus égalitaire.

 

Margot Cherrid


2. Koun, l'ONG libanaise qui diffuse le yoga dans les camps de réfugié·e·s 

“Rendre le yoga accessible à ceux qui en ont besoin.” Une devise qui frappe dès la page d’accueil du site de Koun, l’ONG fondée par Sandy Boutros, jeune yogi libanaise qui compte bien amener le yoga au sein des communautés défavorisées.
Koun, l'ONG libanaise qui diffuse le yoga dans les camps de réfugié·e·s  - Cheek Magazine