société

Ces deux jeunes femmes cherchent à financer “¡Basta ya!”, un docu sur la lutte pour le droit à l'avortement en Amérique Latine

Julia Heres Garcia et Marion Lambert, deux vingtenaires féministes, lancent une campagne de crowdfunding pour financer leur projet de web-documentaire militant sur la lutte pour le droit à l’avortement en Amérique Latine. 
Julia Heres Garcia et Marion Lambert, © Instagram/@bastaya.docu
Julia Heres Garcia et Marion Lambert, © Instagram/@bastaya.docu

Julia Heres Garcia et Marion Lambert, © Instagram/@bastaya.docu


Partir à la rencontre de celles et ceux qui se battent pour le droit à l’avortement en Amérique Latine, c’est l’objectif de Julia Heres Garcia et Marion Lambert, vingtenaires et “féministes convaincues”.

À la fin de l’année, si le contexte sanitaire le permet, ces deux jeunes femmes se rendront en Uruguay, en Argentine, au Chili, au Salvador et enfin au Mexique pour “donner de la visibilité” à ces militant·e·s., “porter leurs voix et relayer leurs messages” dans un web-documentaire intitulé ¡ Basta ya !. En quête de financements, elles ont lancé une campagne de crowdfunding sur la plateforme Globe Dreamers. Soutenez leur projet! 

 

 
 
 
 
 
Voir cette publication sur Instagram
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Nous sommes Marion et Julia, deux jeunes femmes de 24 ans, et nous nous envolerons à la fin du mois d’août prochain à destination de 6 pays d’#AmériqueLatine ! Nous irons à la rencontre de celles et ceux qui se battent au quotidien pour que les femmes puissent #avorter dans les meilleures conditions. A travers la réalisation d’un #documentaire vidéo (mais pas seulement), nous souhaitons sensibiliser l’opinion publique française et internationale à ce combat fondamental pour le respect du droit des femmes à disposer de leur corps. Nous entendons également influencer les responsables politiques nationaux et internationaux et favoriser les échanges d’expérience à l’échelle intracontinentale. De #Cuba à l’#Uruguay où l’avortement est légalisé sans condition, au #Salvador et au #Nicaragua où il est criminalisé, en passant par l’#Argentine et le #Brésil où il est autorisé dans des conditions très restrictives, nous chercherons à porter la voix de celles et ceux qui ont fait du droit à l’avortement le combat de leur vie, hier comme aujourd’hui. 💪 Pour mener à bien ce projet, nous allons avoir besoin de votre aide ! Si vous le souhaitez, vous pouvez : 🔸Participer à notre crowdfunding (lien en bio) 🔸Parlez de nos pages Instagram et Facebook @bastaya.docu autours de vous 🔸Si vous avez des ami·es ou connaissances militant pour le droit à l’avortement dans un de ces 6 pays, nous adorerions les rencontrer ! . . . #bastaya #video #engagement #feminisme #avortement #abortolegalya #aborto #militant #droitsdesfemmes #droitshumains #derechosdelamujer #podcasts

Une publication partagée par ¡ Basta ya ! (@bastaya.docu) le

J.T.


2. La cheffe Laëtitia Visse boulonne la cuisine carnassière à Marseille

Normande d’origine, cette cheffe au caractère bien trempé a posé ses valises dans le sud de la France il y a deux ans et demi. Elle s’apprête à ouvrir un restaurant autour de la viande et des abats à Marseille. 
Julia Heres Garcia et Marion Lambert, © Instagram/@bastaya.docu - Cheek Magazine
Julia Heres Garcia et Marion Lambert, © Instagram/@bastaya.docu

4. J’ai testé pour vous: donner mes cheveux à une asso de lutte contre le cancer

Plusieurs associations récupèrent de longues mèches de cheveux pour les vendre au profit de femmes atteintes d’un cancer. Objectif: les aider à financer leur perruque et à retrouver leur féminité. Notre journaliste Arièle Bonte a testé l’expérience. 
Julia Heres Garcia et Marion Lambert, © Instagram/@bastaya.docu - Cheek Magazine
Julia Heres Garcia et Marion Lambert, © Instagram/@bastaya.docu

6. Médias: pourquoi les faits divers sont encore trop souvent traités de façon sexiste

Des femmes trop sexy pour être innocentes aux mères monstrueuses, en passant par le traitement des violences faites aux femmes: on vous explique pourquoi la rubrique faits divers de vos journaux est encore teintée de sexisme.
Julia Heres Garcia et Marion Lambert, © Instagram/@bastaya.docu - Cheek Magazine
Julia Heres Garcia et Marion Lambert, © Instagram/@bastaya.docu