société

“Bordel de mères”, le compte Instagram qui déconstruit la charge mentale maternelle

La journaliste et autrice Fiona Schmidt a lancé un compte Instagram, Bordel de mères, pour en finir avec la charge mentale maternelle qui touche toutes les femmes, avec ou sans enfant(s). 
Instagram/bordel.de.meres
Instagram/bordel.de.meres

Instagram/bordel.de.meres


Le nom est génial et c’est déjà une raison suffisante pour que l’on s’intéresse à ce nouveau compte Instagram intitulé Bordel de mères. Lancé par la journaliste et autrice Fiona Schmidt (Ndlr: collaboratrice de Cheek Magazine) il y deux jours, ce compte à la baseline limpide -“Lâchez-nous l’utérus”- s’intéresse à la charge mentale qui plane autour de la maternité et qui pèse sur toutes les femmes, avec ou sans enfant(s). Il propose à ces dernières de “vider [leur] sac” sur le sujet et au vu des quelques témoignages déjà publiés, ça promet. On a posé quelques questions à Fiona Schmidt pour en savoir davantage sur son intention. 

 

Quel est l’objectif de ce compte Instagram? 

J’ai voulu qu’un maximum de femmes partagent leur expérience de la question de la maternité, au sens le plus large du terme, qu’elles soient mères ou pas, qu’elles veuillent des enfants ou pas, qu’elles soient en phase avec leur “statut” ou pas. L’idée du compte est de mettre l’accent sur ce qui rassemble les femmes plutôt que sur ce qui les divise. J’ai remarqué que la question de la maternité est de plus en plus clivante alors qu’elle est paradoxalement censée aller de soi, preuve que la maternité n’est pas si “naturelle” qu’on nous le fait croire, et que “l’instinct maternel” n’est pas tatoué dans l’ADN de toutes les femmes… Les discours sur la maternité et, depuis un certain temps, sur la non-maternité coexistent, mais de façon contradictoire, comme si la question exacerbait des rivalités entre femmes, entre celles qui désirent des enfants et celles qui n’en désirent pas, celles qui en ont et celles qui n’en ont pas, celles qui peuvent être mères et celles qui ne peuvent pas, celles qui sont en couple et celles qui sont célibataires… Par ailleurs, nous avons toutes un point commun: celui d’avoir été élevées dans une société où la norme est une image d’Épinal d’une maternité plurielle (deux ou trois enfants, pas plus, pas moins) et heureuse de trentenaire hétéro en couple plutôt CSP+. La crispation que je ressens autour de ce sujet résulte à mon avis de la distorsion entre cette image idéalisée de la maternité et la réalité ou plutôt, les réalités multiples qu’on ne voit pas ou qu’on n’entend pas toujours. 

 

 

C’est quoi la charge mentale maternelle? 

C’est la somme des pressions et préjugés au sujet de la maternité que toutes les femmes intègrent dès l’enfance et traînent jusqu’à la tombe et qui présentent la mère épanouie et bienveillante comme la norme, une part intégrante de l’identité féminine, et le seul lifegoal féminin qui vaille. C’est tout ce qu’une femme doit dire, penser et faire au sujet de la maternité pour qu’on lui fiche une paix très relative. C’est aussi la comparaison réflexe avec les autres mères et l’insécurité et la culpabilité toxiques qui en découlent. C’est le fait que la parentalité demeure, en 2019, un sujet qui alourdit surtout le quotidien et la conscience des femmes: avez-vous remarqué que les hommes parlent très peu de paternité entre eux? Comme si les enfants dans un couple et même dans la vie, c’était un sujet de femmes! Bref, la charge mentale maternelle, c’est des milliers de petites phrases du genre: “une vie sans enfant, c’est tellement triste…”, “on ne peut pas priver un homme du bonheur d’être père”, “trouve un mec avant de parler d’enfants”, “c’est pas la peine d’avoir des enfants si c’est pour ne jamais les voir”, “tu n’as que 25 ans, tu vas changer d’avis”, “tu as 35 ans, après il sera trop tard”, “ah bon, tu l’allaites?”, “ah bon, tu l’allaites pas?”, “ah bon, elle mange des Pepito?”, “ah bon, elle mange de la viande?”, “ah bon, il n’a pas de doudou?”, “ah bon, il a encore un doudou?”, “tu ne veux pas d’enfant: tu es lesbienne?”, “tu es lesbienne, tu ne veux pas d’enfant?”, “ne venez pas me voir après votre avortement parce que vous ne pouvez plus avoir de bébés…”, “t’es fatiguée? Imagine si t’avais des enfants!”, “Tu ne peux pas comprendre, tu n’as pas d’enfants…”, “tu ne peux pas comprendre, tu as des enfants… ”, etc.

On est conditionnées à devenir maman avant même de savoir parler, avant même de vouloir être astronaute ou le plus souvent, princesse ou danseuse étoile: comment échapper à cette pression dont on n’a même pas conscience que c’en est une?

Peu importe qu’on ait ou non un/des enfant(s), cette charge maternelle touche donc toutes les femmes?

Toutes celles à qui l’on colle un poupon, une poussette et un berceau pour “jouer à la maman” et qui, dans la cour de l’école, jouent à “comment tu appelleras tes enfants plus tard?”, autrement dit, 99,9% des petites Françaises… On est conditionnées à devenir maman avant même de savoir parler, avant même de vouloir être astronaute ou le plus souvent, princesse ou danseuse étoile: comment échapper à cette pression dont on n’a même pas conscience que c’en est une? Je ne connais pas une femme qui ne culpabilise pas au sujet de la maternité: les mères culpabilisent parce qu’elles auront forcément failli quelque part, puisque l’équilibre des enfants, donc de la société tout entière, dépend d’elle depuis Freud, ce grand féministe, et les nullipares culpabilisent d’être peut-être passées à côté de ce truc fondamental avec lequel on les a tannées toute leur vie. Rien que le mot -“nullipare”, “nulle part”- dit tout le bien qu’on pense d’elles…

 

 

C’est le sujet de ton prochain livre? 

Au début, je voulais parler de mon désir de ne pas être mère, dont j’ai toujours parlé ouvertement mais qui continue de me marginaliser à 37 ans. En France, le fait de ne pas avoir d’enfant est indéniablement un sujet, qui concerne pourtant 13% des femmes. Mais le fait de ne pas désirer d’enfant est carrément un tabou, surtout lorsqu’on dispose comme moi de tout le matériel nécessaire -un utérus en pleine forme (quoique vieillissant, certes…), un amoureux hyper partant pour se reproduire, des conditions économiques satisfaisantes… Et puis je me suis rendue compte que pour être “fémininement correcte”, il ne s’agissait pas simplement d’être mère. Encore fallait-il être une “bonne” mère selon des critères de plus en plus pesants et culpabilisants… toujours pour les mêmes. Mon but est donc d’identifier chaque étage de cette charge maternelle pour la déconstruire et alléger nos cerveaux d’une bonne dizaine de kilos, qu’on soit mère ou pas.

Propos recueillis par Julia Tissier 


2. Koun, l'ONG libanaise qui diffuse le yoga dans les camps de réfugié·e·s 

“Rendre le yoga accessible à ceux qui en ont besoin.” Une devise qui frappe dès la page d’accueil du site de Koun, l’ONG fondée par Sandy Boutros, jeune yogi libanaise qui compte bien amener le yoga au sein des communautés défavorisées.
Instagram/bordel.de.meres - Cheek Magazine
Instagram/bordel.de.meres