Ce qui se passe ailleurs

Espagne

Procès de la Manada: l'Espagne se mobilise pour dénoncer les crimes sexuels

En Espagne, scandalisé·e·s par la condamnation pour “abus sexuel” de la meute, plus de 30 000 manifestante·s se sont rassemblé·e·s samedi pour dénoncer une justice laxiste, machiste, et véhiculant la culture du viol. 
© Stefania Rossetti (instagram.com/steffieross)
© Stefania Rossetti (instagram.com/steffieross)

© Stefania Rossetti (instagram.com/steffieross)


La colère gronde et ne retombe pas. En Espagne, quatre jours après le verdict du procès de la Manada, les manifestations continuent pour dénoncer une justice trop clémente avec les criminels sexuels. Pour rappel, les cinq hommes membres de la meute, âgés de 27 à 29 ans, ont été condamnés jeudi à 9 ans de prison pour “abus sexuel”. En 2016, lors des fêtes de San Fermin, à Pampelune, ils avaient violé une jeune femme de 18 ans avant de l’abandonner à moitié nue dans un hall d’immeuble. Jugés pour “agression sexuelle”, catégorie qui, en Espagne, comprend le viol, les cinq hommes n’ont finalement été reconnus coupables que d’abus sexuel.” 

Les juges du Tribunal de Navarre ont en effet rejeté la notion de viol, estimant qu’il n’y avait eu ni violence, ni intimidation, deux facteurs déterminants dans le droit espagnol pour reconnaitre un viol. Une décision prise après avoir visionné une vidéo de la scène, filmée par les coupables et partagée fièrement sur leur groupe WhatsApp, où l’on voit la victime passive, immobile, les yeux fermés. Un énième exemple de victim blaming où l’on protège les coupables tout en accusant la victime. 

Depuis, les manifestations se multiplient dans tout le pays, notamment dans le nord de l’Espagne où, samedi, à Pampelune, plus de 30 000 personnes étaient rassemblées pour rappeler que “ce n’est pas un abus sexuel, c’est un viol!”. Scandant les slogans “Yo sí te creo” (ndlr: “Moi, je te crois”) ou “No es no”(ndlr: “non c’est non”), elles ont dénoncé une justice “sexiste et patriarcale”. En parallèle, une pétition réclamant la révocation des juges ayant rendu le verdict a déjà récolté 1,2 millions de signatures. Sur les réseaux sociaux, le hashtag #Cuéntalo, littéralement “raconte-le”, encourage les femmes victimes d’agressions sexuelles ou de viols à témoigner. Devant cette mobilisation sans précédent, le gouvernement conservateur a déjà déclaré qu’il étudierait une modification du code pénal. Le parquet de Navarre a également annoncé qu’il ferait appel du jugement.

Audrey Renault


3. Cheek Magazine existe désormais en Argentine

On peut maintenant lire Cheek Magazine dans une version argentine, signe que le féminisme latino est toujours en pleine effervescence.
© Stefania Rossetti (instagram.com/steffieross)  - Cheek Magazine
© Stefania Rossetti (instagram.com/steffieross)

4. Une nouvelle ère pour les Irlandaises: l'avortement enfin légalisé

Le jeudi 13 décembre 2018 marque un tournant historique pour les droits des femmes en Irlande. Après la victoire du “oui” au référendum en mai dernier, le Sénat vient d’annoncer la légalisation de l’avortement. 
© Stefania Rossetti (instagram.com/steffieross)  - Cheek Magazine
© Stefania Rossetti (instagram.com/steffieross)

7. #WontBeErased: Donald Trump veut “effacer” les transgenres, Twitter répond

Une note interne du ministère américain de la Santé propose de définir le genre comme strictement lié aux organes sexuels à la naissance. Une mesure discriminante pour les personnes transgenres, contre laquelle le hashtag #WontBeErased s’insurge. 
© Stefania Rossetti (instagram.com/steffieross)  - Cheek Magazine
© Stefania Rossetti (instagram.com/steffieross)