société

Le Cheek Point

Les hijras, ces femmes indiennes nées dans un corps d'homme

On a lu pour vous cet article du Monde consacré aux Hijras, des femmes indiennes nées dans un corps d’homme, et on vous le recommande. 
Capture d'écran de l'article du Monde
Capture d'écran de l'article du Monde

Capture d'écran de l'article du Monde


Rendez-vous était donné à un carrefour du nord de New Delhi. Un capharnaüm inextricable, de camions, voitures, scooters, rickshaws, où le piéton joue à chaque instant son destin. Samira, de son pas chaloupé, a franchi la mêlée sans hésitation pour emprunter un entrelacs de ruelles poussiéreuses, sous le regard inquisiteur ou hypnotisé des passants. Quelques centaines de mètres plus haut, elle s’est engouffrée dans un étroit passage. Au rez-de-chaussée d’un immeuble, assises en tailleur l’attendaient ses amies, apprêtées, maquillées, drapées dans des saris colorés. Samira, Piya, Karina, Morni sont des hijras, des femmes nées garçons. Une communauté très ancienne en Inde, transgressive, tantôt respectée, tantôt redoutée et méprisée. Alors qu’elles furent un temps les gardiennes des harems, elles furent classées comme ‘une tribu criminelle’ par les Britanniques en 1871.

Dans un reportage intitulé En Inde, le sort des hijras,prisonnières d’un corps inadéquat et publié sur Le Monde, la journaliste Sophie Landrin met en lumière ces femmes indiennes nées dans un corps d’homme. Si, en 2014, la cour suprême indienne a officiellement reconnu l’existence d’un “troisième sexe”, les hijras restent stigmatisées et souvent rejetées et sont un grand nombre à être touchées par le VIH. 

A lire le plus vite possible sur Le Monde


2. Que disent de notre société les rumeurs de grossesse chez les célébrités?

Jennifer Aniston, Camila Cabello ou encore Rihanna… Nombre de célébrités voient leurs corps et leurs poids scrutés sous tous les angles, dans le but de détecter une éventuelle grossesse. Un procédé ne datant pas d’hier, qui enferme les femmes dans ce que la société attend d’elles.
Capture d'écran de l'article du Monde  - Cheek Magazine
Capture d'écran de l'article du Monde

4. Guillaume Meurice se paye les anti-PMA et c'est très drôle

Si vous ne deviez voir qu’une seule vidéo aujourd’hui, ce serait celle de Guillaume Meurice qui livre son compte-rendu de la manifestation anti-PMA. 
Capture d'écran de l'article du Monde  - Cheek Magazine
Capture d'écran de l'article du Monde

5. Enora Malagré raconte comment l'endométriose a pu lui gâcher la vie

Si vous ne deviez voir qu’une seule vidéo aujourd’hui, ce serait ce témoignage d’Enora Malagré pour le Huffington Post, où elle raconte comment l’endométriose lui a gâché son Festival de Cannes. 
Capture d'écran de l'article du Monde  - Cheek Magazine
Capture d'écran de l'article du Monde

6. Comment la masculinité se redéfinit-elle sur Instagram?

Depuis quelques mois, les comptes Instagram où l’on parle de masculinité se multiplient, ouvrant des espaces de parole bienvenus à l’heure où les injonctions à la virilité ont encore la peau dure. Les bien nommés @tubandes, @lesnouveauxprinces ou encore @lesgarconsparlent sont les nouveaux avatars de cette “masculinité positive” ou “authentique”.
Capture d'écran de l'article du Monde  - Cheek Magazine
Capture d'écran de l'article du Monde

7. Dans “Jouir”, Sarah Barmak démonte les mythes autour de l’orgasme féminin

Les éditions de la Découverte publient dans leur collection Zones Jouir, la traduction de l’enquête de la journaliste canadienne Sarah Barmak. Cette dernière nous explique en quoi la question du plaisir est résolument féministe.
Capture d'écran de l'article du Monde  - Cheek Magazine
Capture d'écran de l'article du Monde