société

Le Cheek Point

“Qui serais-je sans Instagram?” Tavi Gevinson dévoile son rapport compliqué au réseau social

On a lu pour vous ce témoignage de Tavi Gevinson sur son rapport à Instagram et on vous le recommande. 
Couverture du New York Magazine
Couverture du New York Magazine

Couverture du New York Magazine


Pendant ma dernière année de lycée, j’avais trois comptes Instagram: un public, un privé pour les amis et les amis d’internet, et un privé qui n’était que pour moi. A cette époque, cela faisait six ans que j’avais une audience en ligne: d’abord pour le blog de mode que j’ai lancé quand j’avais 11 ans, et puis pour Rookie, le magazine en ligne pour adolescentes que j’ai lancé quand j’avais 15 ans […] J’ai créé mon compte Instagram en 2011, quand j’avais 15 ans, à l’époque où j’ai eu un iPhone. Très vite, j’ai trouvé ça comparable à une version drôle et trépidante du blogging, conçue pour savourer certaines parties de ma vie et avoir accès aux réalités de personnes différentes de moi. Mais plus je l’utilisais, plus je me suis retrouvée à chercher une sorte de vérité définitive sur la manière dont j’étais perçue par les autres à travers les comments, les likes et les followers. Avant Instagram, mon audience lointaine ne se manifestait que lorsque je m’asseyais devant mon ordinateur, et elle disparaissait quand j’allais à l’école. Avec Instagram, le fait de se définir soi-même et de mesurer soi-même sa valeur débordait sur le reste de la journée, jusqu’à devenir mon mode de fonctionnement par défaut. Si je recevais des opinions conflictuelles sur mon travail ou si je voyais sur les comptes des autres des vies très différentes de la mienne, le flux d’information pouvait m’entraîner dans une sorte de spirale de panique. Dans ces cas-là, je continuais à scroller comme si j’allais trouver dans mon feed la solution au problème.” 

Dans un long texte publié en anglais dans New York Magazine et en ligne sur The Cut, l’ex-bloggeuse et autrice Tavi Gevinson raconte comment elle a vécu son passage à l’âge adulte sous l’œil d’Instagram. Une analyse fouillée et pertinente de l’influence que le réseau social peut avoir sur avoir sur la perception et l’estime de soi, où Tavi Gevinson raconte sans fard les coulisses d’un réseau social fondé sur les apparences. 

A lire le plus vite possible en VO sur The Cut


1. Minou Sabahi met les saveurs de ses voyages dans nos assiettes

A 32 ans, la cheffe franco-iranienne Minou Sabahi s’est installée au début de l’été en résidence chez Fulgurances à l’Entrepôt, lieu de vie culturel du 14ème arrondissement de Paris.
Couverture du New York Magazine  - Cheek Magazine
Couverture du New York Magazine

3. Sur Instagram, la nouvelle génération de militant·e·s mène le combat antiraciste

Depuis quelques mois, un vent de militantisme souffle sur le réseau social adulé des 15-25 ans, où la lutte contre le racisme avance à coups de hashtags, de témoignages et d’analyses politiques de l’histoire ou de l’actualité.
Couverture du New York Magazine  - Cheek Magazine
Couverture du New York Magazine

4. Célibataire et quadra, elle raconte son chemin vers la maternité dans un livre

Dans le livre témoignage Allers-retours pour un bébé en librairies le 17 septembre, Audrey Page relate pourquoi et comment elle a choisi de dissocier désir d’enfant et couple. Mère à 41 ans d’une petite fille née par PMA, elle revient sur les épreuves de son parcours et interroge la conception classique de la famille et des relations amoureuses.
Couverture du New York Magazine  - Cheek Magazine
Couverture du New York Magazine

5. Avec “Les Joueuses”, Julie Gayet célèbre les footballeuses de l’Olympique Lyonnais

En salles le 9 septembre, le documentaire Les Joueuses propose un regard inédit sur les footballeuses de l’Olympique Lyonnais. On a discuté sexisme dans le monde du ballon rond, égalité salariale et visibilité des sportives avec la productrice du film, Julie Gayet.
Couverture du New York Magazine  - Cheek Magazine
Couverture du New York Magazine

6. La cheffe Alessandra Montagne va ouvrir Nosso, un resto locavore et anti-gaspi

La cheffe d’origine brésilienne Alessandra Montagne inaugure en octobre un nouveau restaurant parisien, Nosso -qui signifie “nous” en portugais- baigné de lumière, dans son arrondissement parisien de cœur, le 13ème. Une aventure collective, qu’elle raconte dans notre interview “Top Cheffe”.
Couverture du New York Magazine  - Cheek Magazine
Couverture du New York Magazine

7. Covid-19: comment la pandémie redessine nos vies amoureuses

Rapprochement, rupture, et nouveaux modes de drague: petit état des lieux amoureux post-confinement, à l’heure où se rouler des pelles en public devient un acte quasi politique.
Couverture du New York Magazine  - Cheek Magazine
Couverture du New York Magazine