société

Le Cheek Point

Amputée suite à un choc toxique, Sandrine, 36 ans, témoigne

On a lu pour vous cet article du Parisien qui relaie le témoignage de Sandrine, infirmière de 36 ans, victime d’un choc toxique suite à l’utilisation d’une coupe menstruelle et on vous le conseille fortement.
Instagram/©milkakouakou
Instagram/©milkakouakou

Instagram/©milkakouakou


Comme tous les mardis, et jeudis, Sandrine Graneau passera sa journée à faire de la rééducation. Garder une position statique, marcher dans le sable ou sur des graviers, il y a tant de choses à réapprendre depuis que des tubes en métal ont pris, dans ses baskets, la place de ses pieds. Les deux ont été amputés, le 11 juin, trois semaines avant l’ablation d’une partie des doigts de ses mains.

Si Sandrine la pimpante doit faire le deuil de ses membres et avec eux de sa vie d’avant, c’est que cette infirmière de 36 ans a été victime d’un choc toxique menstruel. Récemment, ce syndrome a fait couler beaucoup d’encre avec le décès en Belgique de Maëlle, 17 ans, dont l’infection a été causée par un tampon. Mais elle peut aussi être liée à l’utilisation d’une cup menstruelle -une coupe en silicone, avec une forme d’entonnoir pour recueillir le sang.

Dans ce papier publié sur le site du Parisien, Sandrine témoigne du choc toxique qu’elle a subi en avril dernier après avoir utilisé une coupe menstruelle “plusieurs heures” durant ses règles.

À lire le plus rapidement possible sur le site du Parisien.


1. Réfugiées du Darfour, elles s'émancipent par le football

À l’est du Tchad est né Darfur United, une équipe de football composée de réfugiées du Darfour. Pour ces femmes, le sport est source d’autonomie. Elles rêvent de représenter leur communauté en compétition internationale.
Instagram/©milkakouakou - Cheek Magazine
Instagram/©milkakouakou

4. Légalisation de l'IVG: les Argentines se mobilisent en masse

Les rues de Buenos Aires étaient noires de monde hier lors de la première manifestation de 2020 en faveur de la légalisation de l’avortement, que les Argentines espèrent enfin arracher cette année. 
Instagram/©milkakouakou - Cheek Magazine
Instagram/©milkakouakou

5. La testostérone, une piste pour combattre l'endométriose?

Prescrite dans les années 70 et 80 en France et abandonnée par la suite, la testostérone représente pourtant un espoir non négligeable pour les personnes atteintes d’endométriose. Explications. 
Instagram/©milkakouakou - Cheek Magazine
Instagram/©milkakouakou

6. Pourquoi concilier couple et boulot reste plus difficile pour les femmes

Le mythe de la Wonder Woman qui vit à mille à l’heure pour assurer sur tous les fronts, au bureau comme à la maison, est à bout de souffle. Aujourd’hui, envers et malgré les inégalités de genre qu’il reste à vaincre, les jeunes actives sont en quête d’équilibre et de sens.
Instagram/©milkakouakou - Cheek Magazine
Instagram/©milkakouakou