société

Comment des femmes ont fait du mot “bitch” une arme féministe

Fut un temps où le mot “bitch” dans les chansons était un instrument de réification de la femme. Mais depuis les années 90, de nombreuses artistes se le sont réapproprié pour en faire une arme féministe.
Capture d'écran du clip “Bitch I'm Madonna”
Capture d'écran du clip “Bitch I'm Madonna”

Capture d'écran du clip “Bitch I'm Madonna”


Subvertir la sémantique et les symboles ennemis pour en détourner complètement le sens est un stratagème aussi vieux que la guerre culturelle elle-même. Le site Dazed s’est penché sur une illustration contemporaine de ce phénomène de récupération, dans le champ de la musique. Le mot “bitch”, insulte machiste par excellence usée jusqu’à la corde dans la pop culture pour dévaloriser les femmes, est devenu dans les années 90, sous l’effet de sa réappropriation par des artistes féminines, le fer de lance d’une contre-offensive féministe.

Les Inrocks logo

 

Virulence machiste

Retour en 1983. La tendance à disqualifier les femmes d’un vulgaire “bitch” prononcé en insistant bien sur le dépréciatif “b” réalise une première percée avec New York New York, de Grandmaster Flash (“the bitch left him without a second thought”).

 

 

La tendance se généralise dans les années 90, et l’utilisation du mot pour renvoyer les femmes à leur prétendue infériorité devient banale, de Smack My Bitch Up des Prodigy (1997) à Bitches Ain’t Shit de Dr. Dre et Snoop Dogg, en passant par Wonda Why They Call U Bitch (1996) de Tupac.

 

 

Contre-offensive féministe

Parallèlement cependant, des femmes artistes commencent elles aussi à utiliser le mot honni, pour renvoyer l’insulte puissance 10 à leurs contempteurs misogynes. Queen Latifah lance ainsi en 1993, dans U.N.I.T.Y cette phrase: “Everytime I hear a brother call a girl a bitch or a ho/ Trying to make a sister feel low/ You know all of that gots to go.

Quelques années plus tard, démentant l’idée selon laquelle ce n’était qu’une mode éphémère, “bitch” devient un cri de ralliement et de solidarité des femmes en lutte contre le statu quo patriarcal. Dans Queen Bitch (1996), Lil Kim se présente ainsi comme “a diamond cluster hustler/ Queen bitch, supreme bitch”, affirmant son pouvoir de rivaliser avec les rappeur masculins. La métamorphose de l’usage du mot “bitch” est accomplie complètement avec Baddest Bitch (1999) de Trina, dans lequel elle “redéfinit ‘bitch’ comme une femme intelligente, autonome et maître de sa sexualité”, comme le souligne Dazed. De manière inattendue, elle prend ainsi le contre-pied du slut-shaming.

 

 

Féminisme pop

Cette revanche par le langage eut un tel effet qu’elle dépassa les frontières du hip-hop. Ainsi dans Trip my Wire, la chanteuse de Garbage chante: “I’m a bitch, babe/ And I’m on fire.” Madonna acte cette nouvelle définition en 1996 en déclarant: “Je suis coriace, ambitieuse et je sais exactement ce que je veux. Si ça fait de moi une salope, OK.

Ces artistes ont-elles réussi à neutraliser totalement l’aspect oppressif du mot “bitch” dans la pop culture? Les ambassadrice du féminisme pop ne sont en tout cas pas près de revenir en arrière. Madonna lance ainsi dans Bitch I’m Madonna: “You’re gonna love this, cause I’m a bad bitch”, tandis que Lady Gaga déclare être une “free bitch, baby” dans Bad Romance. En France cependant, la polémique provoquée par le titre Sale pute (une traduction possible de ‘bitch’) en 2009 témoigne encore des mésententes et incompréhensions que peut susciter l’usage de ce mot.

Mathieu Dejean 

Ce papier a été publié initialement sur Les Inrocks.

Les Inrocks logo


1. Avec “Féminisme washing”, Léa Lejeune dénonce la récupération du combat féministe par les marques

Dans son premier essai, Léa Lejeune analyse les ressorts et objectifs du féminisme washing. La journaliste dévoile la réalité cachée derrière les publicités séduisantes, les discours antisexistes de certaines entreprises et la vente d’objets associés à la lutte pour l’égalité femmes-hommes. Interview.
Capture d'écran du clip “Bitch I'm Madonna” - Cheek Magazine
Capture d'écran du clip “Bitch I'm Madonna”

2. Les Colombiennes s’inspirent des Argentines pour légaliser le droit à l'IVG

Alors que l’Argentine vient enfin de voter la légalisation de l’avortement, les militantes des autres pays latino-américains restent plus mobilisées que jamais pour acquérir ce droit à leur tour, notamment en Colombie.
Capture d'écran du clip “Bitch I'm Madonna” - Cheek Magazine
Capture d'écran du clip “Bitch I'm Madonna”

3. “Balance ta start-up”, le compte Insta qui libère la parole au travail

Harcèlement moral, horaires à rallonge, propos sexistes ou racistes… Lancé fin décembre, le compte @balancetastartup dénonce des pratiques managériales abusives dans un secteur souvent présenté comme innovant et “cool”. On a échangé avec sa créatrice, qui préfère rester anonyme.
Capture d'écran du clip “Bitch I'm Madonna” - Cheek Magazine
Capture d'écran du clip “Bitch I'm Madonna”

5. Avec Matergouinité, elles veulent politiser l’image des maternités lesbiennes

Le compte Instagram Matergouinité montre des familles homoparentales et/ou monoparentales, peu visibles dans les médias et souvent sujettes aux stéréotypes. Une initiative destinée à nourrir la pensée militante autour du féminisme et de la maternité.
Capture d'écran du clip “Bitch I'm Madonna” - Cheek Magazine
Capture d'écran du clip “Bitch I'm Madonna”

6. Une trentenaire donne naissance à un bébé après une greffe d'utérus, une première en France

Née sans utérus, Déborah, 36 ans, a donné naissance à une petite fille le 12 février dernier à Suresnes (Hauts-de-Seine) après avoir été greffée avec l’utérus de sa mère en mars 2019. Un reportage consacré à son histoire et produit par Nova Production sera diffusé dans l’émission Zone Interdite ce dimanche 21 février.
Capture d'écran du clip “Bitch I'm Madonna” - Cheek Magazine
Capture d'écran du clip “Bitch I'm Madonna”

7. Avec Respire, Justine Hutteau s’impose dans le secteur de la “clean beauty”

Cofondatrice de la marque Respire, qui va fêter ses deux ans cette année, Justine Hutteau revient sur la création de cette enseigne précurseure dans le domaine de la “clean beauty” en France, avec ses produits d’hygiène naturels et vegans. 
Capture d'écran du clip “Bitch I'm Madonna” - Cheek Magazine
Capture d'écran du clip “Bitch I'm Madonna”