société

Le Cheek Point

Des élues dénoncent les agressions sexuelles de Denis Baupin

On a lu ça pour vous et on vous le conseille.
Sandrine Rousseau - Capture d'écran BFMTV
Sandrine Rousseau - Capture d'écran BFMTV

Sandrine Rousseau - Capture d'écran BFMTV


Pour la première fois, quatre femmes témoignent à visage découvert, et au micro de France Inter, pour dénoncer des faits relevant d’agression sexuelle ou de harcèlement sexuel mettant en cause Denis Baupin, vice-président de l’Assemblée nationale et député ex-EELV. Au cours d’une enquête de plusieurs mois, menée conjointement avec Mediapart, d’autres femmes, souvent collaboratrices ou salariées, ont, de leur côté, préféré conserver l’anonymat par peur de représailles, mais racontent les mêmes agissements.

Parmi celles qui ont décidé de s’exprimer ouvertement, il y a Sandrine Rousseau. Elle est l’une des actuelles porte-parole d’EELV. Sandrine Rousseau dénonce des faits qui remontent à octobre 2011. ‘Il m’a plaquée contre le mur en me tenant par la poitrine et a tenté de m’embrasser dans le couloir, durant une pause alors que j’animais une réunion. J’en ai parlé à deux membres de la direction du parti. L’un m’a dit: ‘Ah il a recommencé.’ L’autre: ‘Ce sont des choses qui arrivent très souvent.’’”

Je suis dans un train et j’aimerais te sodomiser en cuissardes”, “j’ai envie de voir ton cul”: voilà le genre de SMS envoyés par Denis Baupin, vice-président de l’Assemblée nationale et député ex-EELV, à Elen Debost, adjointe à la mairie du Mans, qui a décidé de dénoncer le harcèlement sexuel dont elle a été victime. Elle n’est pas la seule: trois autres femmes-Sandrine Rousseau, Isabelle Attard et Annie Lahmer– témoignent, elles aussi, à visage découvert pour dire les agressions sexuelles de Denis Baupin. D’autres préfèrent garder l’anonymat. Une enquête édifiante qui brise la loi du silence quant au comportement condamnable de certains politiques français. 

À lire de toute urgence sur le site de France Inter.


2. Koun, l'ONG libanaise qui diffuse le yoga dans les camps de réfugié·e·s 

“Rendre le yoga accessible à ceux qui en ont besoin.” Une devise qui frappe dès la page d’accueil du site de Koun, l’ONG fondée par Sandy Boutros, jeune yogi libanaise qui compte bien amener le yoga au sein des communautés défavorisées.
Sandrine Rousseau - Capture d'écran BFMTV - Cheek Magazine
Sandrine Rousseau - Capture d'écran BFMTV