société

BD

La dessinatrice Emma s'attaque à la culture du viol

Sur son site, la dessinatrice Emma vient de sortir une nouvelle BD dans laquelle elle aborde la culture du viol et la question du consentement. À lire absolument. 
© Emma
© Emma

© Emma


“‘Il m’a dit qu’il t’avait embêtée. C’est qu’il adore les petites filles.’ Et voilà comment à 8 ans, une adulte nous a appris qu’il était normal qu’un homme embête les filles, surtout s’il les aimait bien.” Après avoir illustré avec brio le concept de la charge mentale qui pèse principalement sur les femmes, la dessinatrice Emma s’attaque cette fois-ci à la culture du viol, “ce mythe très présent dans la société, écrit-elle, les hommes ne sauraient pas se contrôler, et pour éviter les ‘problèmes’, ça serait donc aux femmes d’être moins attirantes.

Dans cette nouvelle planche publiée aujourd’hui sur son site et intitulée C’est pas bien, mais…, Emma décrit les différentes agressions sexuelles subies par les jeunes filles de la primaire au lycée -dégrafage de soutien-gorge, mains aux fesses, etc.- et rappelle que les agresseurs, contrairement à ce que l’on a appris aux femmes, ne sont pas nécessairement “des inconnus forcément moches, forcément violents et cachés dans des parkings ou des ruelles sombres” avant de revenir sur la notion de consentement. Cette BD est à retrouver ici

J.T.


6. Dans son premier livre, la journaliste Alice Pfeiffer déconstruit le mythe de la frenchwoman

Dans son livre intitulé Je ne suis pas Parisienne, en librairies aujourd’hui, la journaliste Alice Pfeiffer, 34 ans, s’est intéressée au mythe marketing de la Parisienne et de la Française en général. Un moyen pour elle de déconstruire et de questionner cette représentation jugée trop blanche et hétéronormée. Interview.
© Emma  - Cheek Magazine
© Emma