société

La nouvelle BD d'Emma sur la charge mentale des femmes durant le confinement

La nouvelle BD de la dessinatrice Emma revient sur la charge mentale des femmes qui a été démultipliée durant le confinement. 
© Emma
© Emma

© Emma


Pendant le confinement, on m’a souvent demandé mon avis sur l’impact sur les femmes confinées en termes de charge mentale. À ce stade j’avais refusé, car étant, justement, confinées, on communiquait peu, et on n’avait pas encore de statistiques qui permettaient d’avoir un avis. […] Bref nous avons été déconfinées, des statistiques ont été produites, voilà donc une BD sur le sujet.” C’est par ces mots que la dessinatrice Emma introduit sa nouvelle BD publiée le 20 juillet sur son site, son compte Instagram et intitulée Il suffira d’une crise, en référence à la célèbre citation de Simone de Beauvoir.

La trentenaire revient sur l’épuisement ressenti par les femmes durant le confinement, ces dernières étant en première ligne sur le terrain, mais aussi au sein de leur foyer. Gestion du télétravail, des enfants, des repas, des courses, de la charge émotionnelle particulièrement forte dans une période aussi anxiogène: les femmes n’ont pas été épargnées et ont dû faire face à une charge mentale démultipliée, mise ici en images par cette dessinatrice engagée. Une BD qui devrait parler à la majorité d’entre vous. 

 

 
 
 
 
 
Voir cette publication sur Instagram
 
 
 
 
 
 
 
 
 

[PARTIE 1] Pendant le confinement, on m’a souvent demandé mon avis sur l’impact sur les femmes confinées en termes de charge mentale. A ce stade j’avais refusé, car étant, justement, confinées, on communiquait peu, et on n’avait pas encore de statistiques qui permettaient d’avoir un avis (même si, bon, j’avais déjà un peu un avis !) Bref nous avons été déconfinées, des statistiques ont été produites, voilà donc une BD sur le sujet. J’ai fait un focus sur la question du travail domestique des femmes confinées car on en a assez peu parlé. Je suis consciente de ne pas avoir traité tout un tas d’autres aspects nous concernant, comme l’accès à l’IVG, la précarité, les violences conjugales … peut-être dans un autre opus 🙂 Merci à mon poilu et à Hélène pour leurs relecture, bonne lecture, et surtout prenez soin de vous !

Une publication partagée par Emma Clit (@emma_clit) le

J.T.


1. Avec “Féminisme washing”, Léa Lejeune dénonce la récupération du combat féministe par les marques

Dans son premier essai, Léa Lejeune analyse les ressorts et objectifs du féminisme washing. La journaliste dévoile la réalité cachée derrière les publicités séduisantes, les discours antisexistes de certaines entreprises et la vente d’objets associés à la lutte pour l’égalité femmes-hommes. Interview.
© Emma  - Cheek Magazine
© Emma

2. Les Colombiennes s’inspirent des Argentines pour légaliser le droit à l'IVG

Alors que l’Argentine vient enfin de voter la légalisation de l’avortement, les militantes des autres pays latino-américains restent plus mobilisées que jamais pour acquérir ce droit à leur tour, notamment en Colombie.
© Emma  - Cheek Magazine
© Emma

3. “Balance ta start-up”, le compte Insta qui libère la parole au travail

Harcèlement moral, horaires à rallonge, propos sexistes ou racistes… Lancé fin décembre, le compte @balancetastartup dénonce des pratiques managériales abusives dans un secteur souvent présenté comme innovant et “cool”. On a échangé avec sa créatrice, qui préfère rester anonyme.
© Emma  - Cheek Magazine
© Emma

5. Avec Matergouinité, elles veulent politiser l’image des maternités lesbiennes

Le compte Instagram Matergouinité montre des familles homoparentales et/ou monoparentales, peu visibles dans les médias et souvent sujettes aux stéréotypes. Une initiative destinée à nourrir la pensée militante autour du féminisme et de la maternité.
© Emma  - Cheek Magazine
© Emma

6. Une trentenaire donne naissance à un bébé après une greffe d'utérus, une première en France

Née sans utérus, Déborah, 36 ans, a donné naissance à une petite fille le 12 février dernier à Suresnes (Hauts-de-Seine) après avoir été greffée avec l’utérus de sa mère en mars 2019. Un reportage consacré à son histoire et produit par Nova Production sera diffusé dans l’émission Zone Interdite ce dimanche 21 février.
© Emma  - Cheek Magazine
© Emma

7. Avec Respire, Justine Hutteau s’impose dans le secteur de la “clean beauty”

Cofondatrice de la marque Respire, qui va fêter ses deux ans cette année, Justine Hutteau revient sur la création de cette enseigne précurseure dans le domaine de la “clean beauty” en France, avec ses produits d’hygiène naturels et vegans. 
© Emma  - Cheek Magazine
© Emma