société

Va-t-on désormais parler de “génération Covid”?

La récession engendrée par la pandémie heurte de plein fouet les étudiant·e·s arrivant sur le marché du travail et des jeunes actif·ve·s, au point de faire émerger ce qu’on appelle d’ores et déjà la “génération Covid”.
© Anna Shvets/Pexels
© Anna Shvets/Pexels

© Anna Shvets/Pexels


Génération attentats, génération climat et maintenant génération Covid. Depuis quelques années, les étiquettes pour désigner la jeunesse se multiplient. La pandémie n’échappe pas à la règle. Et pour cause: “Les générations ont des identités liées aux événements majeurs qu’elles ont vécus, rappelle Monique Dagnaud, autrice de l’ouvrage Génération Y (2012), en évoquant la génération d’après-guerre et la génération mai 68. Je pense que la crise sanitaire est une expérience suffisamment importante pour que l’on parle à l’avenir de génération Covid, celle qui dans sa jeunesse a subi cette période d’arrêt, puis de crise économique.

 

“Incertitude totale”

Or tout semble indiquer que la récession impactera tout particulièrement les jeunes, qui, à la sortie des études, étaient déjà deux tiers à occuper des emplois précaires. L’entrée sur le marché du travail s’annonce plus épineuse que jamais. En dernière année d’études, Justine, 29 ans, fait part d’un sentiment d’incertitude totale sur le plan professionnel: J’avais un projet à l’étranger en fin d’année qui a été mis en standby. J’ai un peu peur de ce que donneront ces prochains mois, s’il y aura une deuxième vague…Selon une étude du site de recrutement JobTeaser publiée en avril, un quart des entreprises françaises ont complètement interrompu les recrutements et 19% des 18-28 ans ont perdu leur stage, alternance ou CDI suite à la crise. Même tendance au niveau mondial: “La crise du Covid‑19 touche les jeunes de manière plus rapide et plus grave: il est urgent d’agir pour éviter l’émergence d’une ‘génération du confinement’”, a récemment alerté l’Organisation mondiale du travail

Bien sûr, cette génération est loin d’être homogène et les conséquences des bouleversements en cours sur leur avenir dépendront largement du niveau de diplôme et du milieu social. “Les difficultés d’insertion sur le marché du travail, cela fait 10-15 ans que ce sont les mêmes jeunes qui les subissent (les moins diplômé·e·s, les décrocheur·ses), fait remarquer Monique Dagnaud. La crise ne fait qu’amplifier un phénomène déjà existant.

 

“Boomer remover” 

Si l’expression “génération sacrifiée” n’est pas neuve, elle prend aujourd’hui une ampleur nouvelle. Pour Sandra Hoibian, directrice du Pôle Évaluation et Société au Crédoc, “l’attention de la société a été focalisée sur une maladie qui touche majoritairement les personnes âgées. Pour cela, on a demandé aux jeunes de sacrifier une partie de leur jeunesse. C’est presque un renversement par rapport à mai 68, où ce sont les jeunes qui avaient mobilisé le débat public”. D’ailleurs, ceux·lles-ci sont sans doute “la catégorie de la population à avoir le plus souffert de la privation de libertés pendant le confinement, car c’est une période, pour les moins de 30 ans, où l’on se construit et où la socialisation est cruciale, poursuit-elle.

On a l’impression d’avoir une partie de nos ‘plus belles années’ un peu gâchée ou sacrifiée.

Une épreuve qui a particulièrement affecté les étudiant·e·s: entre le casse-tête des partiels et une réouverture des universités en septembre qui s’annonce laborieuse, ceux·lles-ci ne sont pas près de retrouver leur vie d’avant. On a l’impression d’avoir une partie de nos ‘plus belles années’ un peu gâchée ou sacrifiée, soupire Julie, 20 ans, étudiante à l’ESCP business school. J’ai travaillé dur pendant deux ans en prépa pour pouvoir intégrer une école et profiter enfin d’une vraie vie étudiante. Malheureusement, beaucoup d’événements ont été annulés et la reprise de notre vie associative ne sera pas pour tout de suite. Par rapport à la génération de nos parents, nous avons une jeunesse moins insouciante.

Ce fossé entre les générations a culminé à travers l’expression “boomer remover” (“exterminateur de baby-boomers”), surnom donné au virus par les plus cyniques sur les réseaux sociaux. Pourtant, malgré ce trait d’humour noir devenu viral, la tendance est plutôt au renforcement des valeurs familiales et des gestes de solidarité, observe Monique Dagnaud: “La crise actuelle ne fait qu’accentuer la disparité entre le renforcement de l’institution de la famille et une méfiance vis-à-vis des institutions centrales, en particulier du gouvernement. Malgré les inégalités entre le destin des générations, il n’y a jamais eu autant de solidarité entre elles.

 

Prise de conscience générationnelle 

Finalement, ce rapprochement entre les générations renforce l’impression d’un événement vécu et partagé par l’ensemble de la société, au point d’inclure dans la “génération Covid” toutes les tranches d’âge -à l’image du site Génération Covid, qui regroupe plus de 150 témoignages signés aussi bien par des étudiant·e·s que des retraité·e·s. Ce qui pourrait expliquer pourquoi les jeunes -qui se sont en plus senti·e·s moins menacé·e·s par la maladie vu le taux de mortalité plus faible– ne s’identifient guère à cette étiquette, du moins pour l’instant. “Cette expression m’en rappelle une autre: génération Sida. Je trouve qu’aucune des deux en dit beaucoup sur les générations concernées, estime Julie. Une position partagée par Lily, 30 ans, directrice de production: “Je ne m’y identifie pas du tout. Le Covid a aussi eu un impact sur les retraité·e·s, sur les enfants qui vivent l’école à distance, bref sur toutes et tous.Dans l’immédiat, il semble peu probable qu’une telle prise de conscience générationnelle se concrétise chez les jeunes, confirme le sociologue Olivier Galland dans un article consacré au sujet. Pour cela, il faudra attendre que les conséquences économiques et sociales de la crise se fassent ressentir. “Le réveil risque d’être brutal, anticipe-t-il, et il n’est pas exclu qu’à ce moment-là, on puisse assister à l’éveil d’une forme de conscience générationnelle.

Difficile de dire aussi si la période actuelle est ce qui, rétrospectivement, aura le plus marqué les 18-30 ans. Peut-être ne fait-elle qu’exacerber un sentiment de peur et d’incertitude déjà bien présent: “Ce qui est certain, c’est que cette crise va avoir un impact parce qu’elle s’articule avec d’autres événements menaçants: la maladie, le terrorisme, mais aussi et surtout la menace de l’effondrement liée au changement climatique, que beaucoup de jeunes perçoivent comme imminent, appuie Sandra Hoibian. C’est une génération de plus en plus convaincue que demain ne sera pas meilleur qu’aujourd’hui.

Sophie Kloetzli


1. Podcast et librairie jeunesse: ces deux amies déconstruisent le racisme à l’école

“Les Enfants du Bruit et de l’Odeur”, c’est un extrait du discours tristement célèbre prononcé par Jacques Chirac en 1991. Désormais, c’est surtout un podcast militant et une librairie jeunesse anti-raciste, lancées par Prisca Ratovonasy et Ulriche Alé, amies depuis vingt ans et toutes les deux mamans. Interview.
© Anna Shvets/Pexels  - Cheek Magazine
© Anna Shvets/Pexels

2. Alyssa Carson, la jeune fille qui voulait aller sur Mars 

L’Américaine Alyssa Carson rêve d’aller sur Mars depuis toujours, et travaille d’arrache-pied pour y parvenir. Rencontre avec une apprentie astronaute passionnée. 
© Anna Shvets/Pexels  - Cheek Magazine
© Anna Shvets/Pexels

4. Comment Kamala Harris révolutionne les représentations du couple et de la famille

Depuis la victoire de Joe Biden à l’élection américaine, on ne cesse de répéter à quel point la future vice-présidente démocrate Kamala Harris est une pionnière. C’est aussi vrai dans sa vie privée et elle le prouve en accédant à la Maison Blanche en étant restée célibataire très longtemps et sans avoir eu d’enfants. Décryptage.
© Anna Shvets/Pexels  - Cheek Magazine
© Anna Shvets/Pexels

5. Chez Désirée, elles remettent la fleur française au cœur du bouquet

À la tête de Désirée, premier café-fleuriste de Paris à ne travailler que des fleurs françaises et de saison, Mathilde Bignon et Audrey Venant, 33 et 34 ans, prônent une vision de la fleur libre et engagée. Rencontre avec ces deux jeunes femmes qui veulent faire bouger les lignes de l’horticulture française et racontent leur aventure dans un livre, co-écrit avec l’horticultrice urbaine Masami Charlotte Lavault.
© Anna Shvets/Pexels  - Cheek Magazine
© Anna Shvets/Pexels

6. Face à la crise du Covid, les jeunes femmes se politisent

Alors que le Covid-19 et ses effets sur la vie sociale ou économique ont bouleversé leur quotidien, ces étudiantes sont plus que jamais décidées à changer le monde.
© Anna Shvets/Pexels  - Cheek Magazine
© Anna Shvets/Pexels

7. Sarah Frikh, la lanceuse d’alerte pour les femmes SDF

Initiatrice du mouvement Réchauffons Nos SDF, aujourd’hui constitué en association, et autrice de la pétition Des centres d’hébergement pour les femmes SDF, Sarah Frikh, ancienne enquêtrice et négociatrice dans une grande radio nationale, mobilise aujourd’hui plus de 400 000 personnes autour d’une même cause: la mise à l’abri de femmes et d’enfants vivant dans la rue.
© Anna Shvets/Pexels  - Cheek Magazine
© Anna Shvets/Pexels