société

Le podcast du jour

“Pas son genre”: Giulia Foïs aux commandes d'une nouvelle émission féministe sur France Inter

On a écouté la nouvelle émission de Giulia Foïs sur France Inter, Pas son genre, et on vous la recommande.
© Christophe Abramowitz / France Inter
© Christophe Abramowitz / France Inter

© Christophe Abramowitz / France Inter


Est-on étonnées d’apprendre que Giulia Foïs anime Pas son genre, la nouvelle émission hebdomadaire consacrée au genre et au féminisme sur France Inter? Pas vraiment, puisque l’on connaît l’engagement de la journaliste sur ce sujet depuis toujours. Si elle a exploré l’égalité femmes-hommes sous le prisme de la sexualité dans son émission Point G comme Giulia sur Le Mouv’, elle a aussi fait partie des premières femmes à témoigner d’une agression sexuelle au travail lors de l’apparition de la vague #MeToo. Un événement historique sur lequel elle revient en début d’émission avec sa première invitée, la philosophe Geneviève Fraisse, qui qualifie ce mouvement de “rupture philosophique et politique”.

Ce premier volet -qui porte le même nom que sa chronique déjà existante- est consacré au topless et plus généralement à la nudité du corps des femmes à travers les époques. Comment sortir de la double injonction de se dévêtir et de se couvrir quand on est une femme en 2019? Montrer ses seins est-il une aliénation ou une libération? Giulia Foïs orchestre ce vaste débat en compagnie de Geneviève Fraisse et de ses trois observateurs, la linguiste Laelia Véron, le producteur Maxime Ruszniewski et la rédactrice en chef de Libération Cécile Daumas, qui décryptent aussi l’usage des mots “féminicide” et “émancipation”. Une heure de discussion autour des thèmes qui nous passionnent et qui vous passionnent aussi: à rajouter dans votre shortlist de podcasts préférés.

M.L.

Pas son genre, l’hebdo. Tous les vendredis de 20h à 21h sur France Inter.


1. Nous toutes rêve d’une “déferlante féministe” pour dénoncer les violences sexistes et sexuelles

L’an passé, la marche contre les violences sexistes et sexuelles du 24 novembre a surpris par son ampleur. Près de 50 000 personnes ont défilé à l’appel du collectif Nous toutes et de nombreuses associations, syndicats et partis politiques. Cette année, Nous toutes espère réitérer ce tour de force, samedi 23 novembre, à deux jours de la fin du Grenelle contre les violences conjugales. 
© Christophe Abramowitz / France Inter - Cheek Magazine
© Christophe Abramowitz / France Inter

3. Elle raconte son viol dans un court webdoc à voir absolument

Si vous ne deviez voir qu’une seule vidéo aujourd’hui, ce serait ce court témoignage dans lequel une jeune femme raconte, en amont de la marche du 23 novembre, le viol qu’elle a subi lorsqu’elle était préadolescente. 
© Christophe Abramowitz / France Inter - Cheek Magazine
© Christophe Abramowitz / France Inter

5. Avec “Les Filles de Romorantin”, Nassira El Moaddem retourne dans la ville de son enfance

Entre autobiographie et reportage journalistique, Nassira El Moaddem, ex-rédactrice en chef du Bondy Blog, livre le récit de l’évolution de la ville de son enfance, Romorantin, “capitale” de la Sologne, dans son livre intitulé Les Filles de Romorantin.
© Christophe Abramowitz / France Inter - Cheek Magazine
© Christophe Abramowitz / France Inter