société

Le Cheek Point

Femmes SDF: quand il faut choisir entre hygiène et sécurité

On a lu pour vous cet article de L’Obs sur l’hygiène des femmes SDF et on vous le conseille fortement.
Capture d'écran du site de L'Obs
Capture d'écran du site de L'Obs

Capture d'écran du site de L'Obs


Du rouge sur les lèvres, du crayon noir sous les yeux, Elina Dumont est une femme élégante. Quand elle parle de sa vie d’avant, cette quadragénaire le fait sans fioritures. De sa voix éraillée, elle ditPendant quinze ans, j’ai été sans-abri. A cette époque, je m’étais habituée à vivre dans la crasse car, dans la rue, votre corps n’existe plus. A 18 ans, cette enfant de la Ddass se retrouve livrée à elle-même dans les rues de la capitale. ‘Où manger? et ‘Où dormir en sécurité? sont alors ses seules priorités. Le reste n’a que peu d’importance. ‘Comme la plupart des SDF, je me fichais de mon hygiène. Et puis, le fait d’être une femme ne facilitait pas les choses. Nous sommes des proies dans un monde de sauvages.[…]

Bains publics, centres d’hébergement d’urgence… Officiellement, des solutions existent. Dans la réalité, elles sont souvent boudées par les femmes. Le Samu social estime que seules 10% des femmes SDF fréquenteraient les bains-douches municipaux. Un désintérêt qui cache un profond sentiment d’insécurité: Où qu’elle soit, une femme sans-abri est un être vulnérable. Par peur d’être agressée, elle préfère ne pas se laver plutôt que de s’exposer au danger, poursuit Christine Laconde.

Dans un article intitulé Où se lavent les femmes SDF? “Parfois, j’utilise des douches de plage”, publié sur le site de L’Obs le 26 juin, Louise Auvitu s’intéresse à la situation des femmes sans-abri. La journaliste propose les témoignages de celles qui vivent dans la rue à propos de leur vision de la féminité, de l’offre -insuffisante- qui leur est proposée pour se laver, et des solutions, vraiment pas idéales, qu’elles trouvent les jours où elles ont leurs règles

À lire le plus rapidement possible sur le site de L’Obs.


1. “Balance ta start-up”, le compte Insta qui libère la parole au travail

Harcèlement moral, horaires à rallonge, propos sexistes ou racistes… Lancé fin décembre, le compte @balancetastartup dénonce des pratiques managériales abusives dans un secteur souvent présenté comme innovant et “cool”. On a échangé avec sa créatrice, qui préfère rester anonyme.
Capture d'écran du site de L'Obs - Cheek Magazine
Capture d'écran du site de L'Obs

3. Avec Matergouinité, elles veulent politiser l’image des maternités lesbiennes

Le compte Instagram Matergouinité montre des familles homoparentales et/ou monoparentales, peu visibles dans les médias et souvent sujettes aux stéréotypes. Une initiative destinée à nourrir la pensée militante autour du féminisme et de la maternité.
Capture d'écran du site de L'Obs - Cheek Magazine
Capture d'écran du site de L'Obs

4. Une trentenaire donne naissance à un bébé après une greffe d'utérus, une première en France

Née sans utérus, Déborah, 36 ans, a donné naissance à une petite fille le 12 février dernier à Suresnes (Hauts-de-Seine) après avoir été greffée avec l’utérus de sa mère en mars 2019. Un reportage consacré à son histoire et produit par Nova Production sera diffusé dans l’émission Zone Interdite ce dimanche 21 février.
Capture d'écran du site de L'Obs - Cheek Magazine
Capture d'écran du site de L'Obs

5. Avec Respire, Justine Hutteau s’impose dans le secteur de la “clean beauty”

Cofondatrice de la marque Respire, qui va fêter ses deux ans cette année, Justine Hutteau revient sur la création de cette enseigne précurseure dans le domaine de la “clean beauty” en France, avec ses produits d’hygiène naturels et vegans. 
Capture d'écran du site de L'Obs - Cheek Magazine
Capture d'écran du site de L'Obs

6. En couple et féministes, ces jeunes femmes adhèrent malgré elles à des clichés sexistes

Vouloir un mec plus grand que soi, aimer les taiseux ou encore laisser son compagnon gérer les situations de conflits, pour certaines jeunes femmes hétérosexuelles qui se revendiquent féministes, certains stéréotypes de genre sont difficiles à évacuer. 
Capture d'écran du site de L'Obs - Cheek Magazine
Capture d'écran du site de L'Obs

7. Dans “Nos Cœurs sauvages”, France Ortelli décortique les maux amoureux de notre génération

Choix vertigineux sur les applis de rencontre, peur de l’engagement, essor du célibat positif… La journaliste et réalisatrice France Ortelli explique dans son nouvel ouvrage à paraître le 4 février pourquoi il est devenu si compliqué de trouver l’amour -et de le garder. 
Capture d'écran du site de L'Obs - Cheek Magazine
Capture d'écran du site de L'Obs