société

Le Cheek Point

Sur Instagram, quand le mouvement Body Positive est vidé de son sens

On a lu pour vous cet article de RTL sur le body positive et on vous le recommande chaudement.
© Instagram.com/youmakefashion
© Instagram.com/youmakefashion

© Instagram.com/youmakefashion


Des citations inspirantes sur le physique et le poids, des clichés de nourriture, un gros plans sur des vergetures, des jeunes femmes minces en maillot de bain, d’autres en tenue de sport, une poignée de femmes grosses… Voici quel type de contenus alimentent le hashtag ‘body positive’ sur Instagram. Impossible de passer à côté de lui ces temps-ci. En pleine saison estivale, les marques, influenceuses et anonymes s’en emparent pour insuffler un vent de positivité à leurs clientes et abonnées. L’une d’elle, Margot, plus connue sous le nom de You make fashion, a même posté une vidéo d’elle, au naturel et en maillot de bain le 30 juin dernier dans laquelle elle dit: ‘J’avais envie de parler de body-positive. C’est vrai qu’on en entend partout, il faut s’accepter (…) et c’est pas facile mais cependant ce qui est le plus difficile je trouve, c’est le regard qu’on se porte à nous-même (…)’, explique la blogueuse dans cette vidéo vue 150.000 fois. […] Le message est positif et libérateur. Sur un réseau social comme Instagram, où chaque cliché semble calculé au millimètre près, un discours comme celui de Margot dénote et fait du bien à ses lectrices. […] Cependant quelques commentaires (dont certains ont été supprimés) sortent du lot et attaquent la blogueuse sur son emploi du terme “body positive”. ‘Je ne vous connais pas, mais vous êtes dans les standards de beauté européenne, c’est donc indécent de votre part de vous proclamer du mouvement body positive qui a été créé par et pour les gros-ses’, écrit par exemple une internaute.”

Dans un article publié sur le site de RTL et intitulé Body positive: comment ce mouvement a été dénaturé de son discours politique, la journaliste Arièle Bonte explique pourquoi cette démarche instiguée par les femmes grosses et racisées pour obtenir davantage de visibilité a été peu à peu récupérée par des femmes aux corps plus normés, pour finir par être détournée de son sens originel.   

A lire dès que possible sur le site de RTL


1. Elle a plaqué sa vie parisienne pour devenir agricultrice

Stéphanie Maubé était graphiste, elle est désormais éleveuse d’agneaux, de brebis et de moutons en Normandie. Passionnée par son métier et agricultrice engagée, elle cosigne le livre Il était une bergère et donne ainsi un visage à celles et ceux qui luttent au quotidien pour nourrir la population française. Interview.
© Instagram.com/youmakefashion - Cheek Magazine
© Instagram.com/youmakefashion

2. “Une dernière fois”, le premier long métrage porno et engagé d'Olympe de G

Olympe de G réalise son premier long métrage porno-érotique, Une Dernière fois, qui sera diffusé sur Canal+ ce samedi 6 juin, et met en scène la sexualité d’une sexagénaire, incarnée par Brigitte Lahaie, qui souhaite organiser la dernière fois qu’elle fait l’amour. 
© Instagram.com/youmakefashion - Cheek Magazine
© Instagram.com/youmakefashion

7. Comment le confinement a romantisé la campagne

Le confinement a provoqué un véritable exode urbain qui semble parti pour durer: de plus en plus de citadin·e·s se mettent à rêver d’emménager à la campagne. Mais une fois passée l’image de carte postale, la déception peut être très forte. 
© Instagram.com/youmakefashion - Cheek Magazine
© Instagram.com/youmakefashion