société

Climat

Élections américaines: Jamie Margolin, l'étudiante qui s'engage pour le féminisme et le climat

Ne vous laissez pas berner par son jeune âge, Jamie Margolin a tout d’une grande. Née en 2001 à Seattle, cette féministe intersectionnelle a mis la lutte contre le réchauffement climatique au centre de sa vie et met aujourd’hui un pied dans les élections présidentielles américaines.
DR
DR

DR


Le débit de parole est important, mais le discours n’en est pas moins maîtrisé. À seulement 18 ans, Jamie Margolin, américaine avec des origines colombiennes par sa mère, est déjà une figure de la lutte contre le réchauffement climatique. Depuis 2016, cette habitante de Seattle lutte au niveau local pour la préservation de l’environnement. Combative et déterminée, elle a porté plainte avec d’autres jeunes contre l’État de Washington, pour inaction climatique et mise en danger (de leur avenir). C’est elle, encore, qui a monté le collectif Zero Hour, à l’origine des grèves et des marches des jeunes qui ont déferlé sur tous les États-Unis dès 2018. Un CV bien rempli, pour celle qui enregistrait il y a quelques jours encore la version audio de son livre (Youth To Power, préfacé par Greta Thunberg), à paraître en juin 2020. Quand on lui pose la question de ce qu’elle veut faire adulte, celle qui se décrit comme “bosseuse, drôle et créative” s’imagine à New York, naviguant entre des études artistiques et politiques. En attendant de terminer le lycée, elle sillonne le pays pour rencontrer des membres du congrès, mais aussi prêter main forte au candidat démocrate Bernie Sanders. Entre manifestations, meetings devant des milliers de personnes et lycée, on a discuté écologie et féminisme avec cette “gen Z” pur jus. Interview. 

Quand et pourquoi as-tu eu ce déclic autour de l’urgence climatique? 

J’étais déjà active dans la communauté dès 2016. Mais c’est à l’été 2017 que je me suis dit “trop, c’est trop”. C’était affreux, il y a eu des ouragans et de gros incendies. J’habite à Seattle qui est très proche de la frontière avec le Canada, où il y avait d’énormes incendies dus à la sécheresse. Et la fumée de ces incendies a totalement recouvert la ville d’une couche épaisse de fumée. C’était horrible et écrasant. De nombreuses personnes sont tombées malades, je n’étais pas bien non plus. Et c’est là que j’ai vraiment expérimenté les conséquences du dérèglement climatique. 

Comment as-tu lancé Zero Hour?

Cet été-là m’a vraiment poussée à faire naître Zero Hour. Parce qu’on n’a plus le temps. Après le succès de la Women’s March, j’ai posté un message sur mes réseaux sociaux pour créer une organisation par des jeunes pour le climat. Et ça a fonctionné. J’ai eu des réponses de nombreuses personnes (Ndlr: dont Nadia Nazar, Madelaine Tew, et Zanagee Artis) et on a fondé l’association. C’est une organisation intersectionnelle pour le climat. On organise des marches, des rallyes, des sommets, on fait de l’éducation, des campagnes, du lobbying pour pousser à des actions et des lois en faveur de l’environnement. En juillet 2018, on a organisé les marches des jeunes pour le climat, dans plusieurs endroits aux États-Unis et dans 25 villes à travers le monde. On a aussi été à l’origine de l’organisation de la plupart des grèves pour le climat dans mon pays.  

Ta génération est-elle plus sensible aux problématiques du changement climatique?

Oui, je pense qu’on y est plus sensibles parce qu’on en hérite. On est la génération qui se prend de plein fouet les plus gros impacts des changements climatiques, et beaucoup plus que la génération précédente. C’est pour ça qu’on doit faire quelque chose. Ce n’est pas le futur pour nous. C’est ici et maintenant. Donc bien sûr que l’on doit agir. 

La crise climatique est vraiment le résultat de ce qu’il s’est passé dans notre société dominée par les hommes. C’est le résultat du patriarcat.” 

Penses-tu que les femmes ont un lien particulier avec l’écologie?

Je pense que la crise climatique est vraiment le résultat de ce qu’il s’est passé dans notre société dominée par les hommes. C’est le résultat du patriarcat et de cette ascendance masculine, et ça impacte directement les femmes. Parce qu’on est plus généralement marginalisées par la société, on ressent les pires effets de la crise climatique. D’après des études, 80 % des personnes déplacées pour des raisons climatiques sont des femmes. Je suis féministe à 100 % et je pense qu’il faut vraiment voir la problématique du climat comme intersectionnelle. Parce que c’est une problématique qui prend racine dans le racisme, le colonialisme, le patriarcat. La crise climatique s’imbrique avec beaucoup de ces autres problèmes, et c’est super important d’avoir ça en tête. 

Tu vas voter pour la première fois dans quelques mois, lors de l’élection présidentielle. Qui défends-tu?

Je pense vraiment que ces élections seront importantes. On a des gens au gouvernement, qui ne sont pas seulement inactifs concernant le dérèglement climatique, mais qui sont activement en train de le rendre pire. Si on peut les virer et les remplacer par des gens qui prennent de vraies mesures, ce serait génial pour notre planète. Je soutiens Bernie Sanders parce que c’est le champion pour le climat. Il est constant et honnête, ses mesures sont les seules qui vont vraiment faire bouger les choses pour la planète, il soutient le Green New Deal (Ndlr: proposé par la députée démocrate Alexandria Ocasio Cortez) à 100 % et moi aussi. Ce qui est vraiment horrible, c’est que le climat ne soit même pas mentionné une fois dans le débat démocrate, ça montre comment notre système politique ne s’implique pas dans la crise climatique ni n’en saisit l’urgence. Je trouve ça inadmissible.

Que te réserve l’avenir?

Je continue le lycée et Zero Hour avec de nouvelles actions. On a lancé une  campagne en partenariat avec la National Children’s Campaign appelée #Vote4OurFuture. On prévoit un tour en bus, à travers des grandes villes, pour sensibiliser les jeunes et parler de justice environnementale car on veut faire du climat la problématique la plus importante des Américains. Le 2 juin, sortira mon livre Youth To Power, qui est un guide pour devenir un jeune activiste pour le climat. 

Envisagerais-tu de te présenter aux élections présidentielles un jour? 

Peut-être!

Propos recueillis par Caroline Ernesty, à San Francisco

Suivez le compte Instagram de Caroline Ernesty dédié aux femmes dans la présidentielle américaine 2020: @femmesusa2020


1. “Balance ta start-up”, le compte Insta qui libère la parole au travail

Harcèlement moral, horaires à rallonge, propos sexistes ou racistes… Lancé fin décembre, le compte @balancetastartup dénonce des pratiques managériales abusives dans un secteur souvent présenté comme innovant et “cool”. On a échangé avec sa créatrice, qui préfère rester anonyme.
DR  - Cheek Magazine
DR

3. Avec Matergouinité, elles veulent politiser l’image des maternités lesbiennes

Le compte Instagram Matergouinité montre des familles homoparentales et/ou monoparentales, peu visibles dans les médias et souvent sujettes aux stéréotypes. Une initiative destinée à nourrir la pensée militante autour du féminisme et de la maternité.
DR  - Cheek Magazine
DR

4. Une trentenaire donne naissance à un bébé après une greffe d'utérus, une première en France

Née sans utérus, Déborah, 36 ans, a donné naissance à une petite fille le 12 février dernier à Suresnes (Hauts-de-Seine) après avoir été greffée avec l’utérus de sa mère en mars 2019. Un reportage consacré à son histoire et produit par Nova Production sera diffusé dans l’émission Zone Interdite ce dimanche 21 février.
DR  - Cheek Magazine
DR

5. Avec Respire, Justine Hutteau s’impose dans le secteur de la “clean beauty”

Cofondatrice de la marque Respire, qui va fêter ses deux ans cette année, Justine Hutteau revient sur la création de cette enseigne précurseure dans le domaine de la “clean beauty” en France, avec ses produits d’hygiène naturels et vegans. 
DR  - Cheek Magazine
DR

7. Dans “Nos Cœurs sauvages”, France Ortelli décortique les maux amoureux de notre génération

Choix vertigineux sur les applis de rencontre, peur de l’engagement, essor du célibat positif… La journaliste et réalisatrice France Ortelli explique dans son nouvel ouvrage à paraître le 4 février pourquoi il est devenu si compliqué de trouver l’amour -et de le garder. 
DR  - Cheek Magazine
DR