société

Le confinement est-il l’occasion de dire fuck aux injonctions à la féminité?

Enfermées chez elles, de nombreuses jeunes femmes prennent conscience de l’énergie, du temps et de l’argent qu’elles dépensent quotidiennement pour se conformer à des diktats esthétiques sexistes. 
Capture d'écran du clip “Balance ton quoi” de Angèle
Capture d'écran du clip “Balance ton quoi” de Angèle

Capture d'écran du clip “Balance ton quoi” de Angèle


D’habitude, c’est talons et jupe presque tous les jours, raconte Julie, 22 ans, qui travaille dans une banque. Officiellement, ma direction ne m’impose aucun dress code mais je fais cet effort par acquis de conscience. Sauf que depuis deux semaines, je suis en télétravail, alors je traîne en jogging et chaussettes pilou à la maison. Non seulement je suis aussi efficace dans mon travail, mais en plus mes pieds ne me font plus souffrir le martyre! Comme Julie, de nombreuses jeunes femmes réalisent depuis le début du confinement le poids que leur imposent les différentes injonctions à la féminité, du vernis à ongles à l’épilation en passant par le port du soutien-gorge.

Charlyne, 27 ans, est bien partie pour devenir une no bra convaincue: “Je commençais déjà à en avoir marre avant le confinement, je mettais de moins en moins de soutien-gorge, mais là c’est décidé, je saute le pas, terminé les soutifs! Dix jours que je n’en porte plus du tout et je revis, j’ai l’impression de pouvoir respirer à nouveau”, explique cette graphiste de 27 ans qui justifie sa décision en avançant en priorité l’argument du confort, mais également des raisons financières. Pour Camille Froidevaux-Metterie, autrice de Seins, en quête d’une libérationle confinement met en lumière différents élans illustrant l’envie des femmes de s’affranchir des diktats esthétiques à l’image du mouvement no bra ou body positive, ou du refus de s’épiler. “Ces initiatives émanent surtout de la nouvelle génération de féministes, celles qui ont entre 20 et 30 ans aujourd’hui. Elles sont apparues dans un contexte de réappropriation de la corporéité féminine, que ce soit les règles, la grossesse, la sexualité, mais aussi tout ce qui a trait à l’apparence et qui est étroitement associé à une conception phallocentrée du mondeexplique la philosophe féministe signataire d’une récente tribune dans laquelle elle questionne les possibles bienfaits du confinement pour les femmes.

 

 

Au diable l’épilation

En sortant dans l’espace public, les femmes savent qu’elles seront regardées, chacune intègre cette scrutation sur son corps. Cela produit des rituels comme l’épilation, le port de talons ou le maquillage. Avec le confinement, les femmes se trouvent débarrassées de ce regard extérieur et réalisent que ces rituels sont une forme d’exigence intériorisée de paraître au mieux devant les autres”, note Camille Froidevaux-Metterie. 

Confinées dans nos appartements et maisons pour plusieurs semaines, des pratiques intégrées à nos routines depuis plusieurs années, parfois décennies, sont remises en question. Sur les réseaux sociaux, nombreuses sont celles à crier leurs délivrance de ne plus porter de soutien-gorge ou de ne plus s’épiler. “Je suis confinée chez mes parents, en Bourgogne, loin de mon mec, explique Lisa, 19 ans. Du coup je ne m’épile plus, ni les jambes, ni les aisselles, ni le maillot! Et je me suis rendu compte que si je m’imposais des séances de cire et de rasoir toutes les semaines, c’était pour lui, pas pour moi. Avoir des poils j’en ai rien à faire alors à partir de maintenant je serai membre du hairy club et si ça ne lui plaît pas, c’est pareil.

 

La liberté de traîner en jogging

Si l’on en croit les mèmes et autres tweets moqueurs qui circulent depuis le début du confinement, oui, cette liberté retrouvée ne plaît pas à tout le monde. “Après un mois sans Sephora, on va pas reconnaître nos copines ”: des publications de ce genre, comparant les adeptes du no make-up à Gollum, pullulent sur les réseaux sociaux, véhiculant toutes sortes de stéréotypes sexistes et misogynes. “Ces hommes sont dans une posture de panique et de déni. Avec le confinement, qui a fait disparaître les femmes de l’espace public, ils ont été privés de ces corps ‘à disposition’, explique Camille Froidevaux-Metterie. Pour les plus violents, comme les harceleurs, les frotteurs ou les violeurs, ce sont des proies qui disparaissent. Pour les autres, ce sont des corps à regarder et à convoiter qui s’évanouissent. L’injure et la moquerie sont les procédés qui leur restent pour maintenir le corps des femmes dans la position d’objet. En se dégradant, cet objet deviendrait détestable. La réalité, c’est qu’il leur échappe!

Libérées du regard extérieur, de nombreuses femmes mettent également à profit cette période pour explorer leurs corps et leur image. Sans suivre le diktat d’un summer body qui nous poursuit même pendant une pandémie mondiale, se faire une frange ou se raser la tête, tester de nouvelles manières de s’habiller, s’imaginer avec un tatouage ou un piercing, sont autant de manières de se réapproprier son physique. “Cette période peut être l’occasion de s’occuper de soi et de découvrir son corps. Une exploration d’autant plus agréable qu’elle se fait hors de tout regard, confirme Camille Froidevaux-Metterie. Certaines vont découvrir avec plaisir la liberté de traîner en jogging ou de ne plus s’épiler, d’autres préfèreront conserver une certaine routine en continuant de se maquiller. Ce qui importe, c’est que toutes le feront librement.

Audrey Renault


1. Comment Kamala Harris révolutionne les représentations du couple et de la famille

Depuis la victoire de Joe Biden à l’élection américaine, on ne cesse de répéter à quel point la future vice-présidente démocrate Kamala Harris est une pionnière. C’est aussi vrai dans sa vie privée et elle le prouve en accédant à la Maison Blanche en étant restée célibataire très longtemps et sans avoir eu d’enfants. Décryptage.
Capture d'écran du clip “Balance ton quoi” de Angèle - Cheek Magazine
Capture d'écran du clip “Balance ton quoi” de Angèle

2. Chez Désirée, elles remettent la fleur française au cœur du bouquet

À la tête de Désirée, premier café-fleuriste de Paris à ne travailler que des fleurs françaises et de saison, Mathilde Bignon et Audrey Venant, 33 et 34 ans, prônent une vision de la fleur libre et engagée. Rencontre avec ces deux jeunes femmes qui veulent faire bouger les lignes de l’horticulture française et racontent leur aventure dans un livre, co-écrit avec l’horticultrice urbaine Masami Charlotte Lavault.
Capture d'écran du clip “Balance ton quoi” de Angèle - Cheek Magazine
Capture d'écran du clip “Balance ton quoi” de Angèle

3. Face à la crise du Covid, les jeunes femmes se politisent

Alors que le Covid-19 et ses effets sur la vie sociale ou économique ont bouleversé leur quotidien, ces étudiantes sont plus que jamais décidées à changer le monde.
Capture d'écran du clip “Balance ton quoi” de Angèle - Cheek Magazine
Capture d'écran du clip “Balance ton quoi” de Angèle

4. Sarah Frikh, la lanceuse d’alerte pour les femmes SDF

Initiatrice du mouvement Réchauffons Nos SDF, aujourd’hui constitué en association, et autrice de la pétition Des centres d’hébergement pour les femmes SDF, Sarah Frikh, ancienne enquêtrice et négociatrice dans une grande radio nationale, mobilise aujourd’hui plus de 400 000 personnes autour d’une même cause: la mise à l’abri de femmes et d’enfants vivant dans la rue.
Capture d'écran du clip “Balance ton quoi” de Angèle - Cheek Magazine
Capture d'écran du clip “Balance ton quoi” de Angèle

5. Elles sont féministes et ont fait de la chirurgie esthétique

Elles sont féministes, ont reçu des implants mammaires, demandé des injections de botox ou fait réduire leurs poitrines, et elles le vivent plutôt bien. Témoignages.
Capture d'écran du clip “Balance ton quoi” de Angèle - Cheek Magazine
Capture d'écran du clip “Balance ton quoi” de Angèle

6. 4 raisons supplémentaires d’être fan de Megan Rapinoe

Dans son autobiographie, One life, la footballeuse américaine Megan Rapinoe retrace son inspirant parcours personnel, professionnel et militant. On a sélectionné dans son récit quatre raisons, s’il en fallait encore, d’admirer cette joueuse de football déterminée et fière.
Capture d'écran du clip “Balance ton quoi” de Angèle - Cheek Magazine
Capture d'écran du clip “Balance ton quoi” de Angèle

7. Lassées des “petits pas pour la planète”, elles réinventent l’engagement écolo

Elles sont blogueuses zéro déchet, adepte d’agriculture urbaine, fondatrices d’un collectif écoféministe… Et elles refusent de se contenter de petits gestes qui sur-responsabilisent les citoyen·ne·s sans amorcer de changement à la hauteur. Enquête.
Capture d'écran du clip “Balance ton quoi” de Angèle - Cheek Magazine
Capture d'écran du clip “Balance ton quoi” de Angèle