société

Le confinement est-il l’occasion de dire fuck aux injonctions à la féminité?

Enfermées chez elles, de nombreuses jeunes femmes prennent conscience de l’énergie, du temps et de l’argent qu’elles dépensent quotidiennement pour se conformer à des diktats esthétiques sexistes. 
Capture d'écran du clip “Balance ton quoi” de Angèle
Capture d'écran du clip “Balance ton quoi” de Angèle

Capture d'écran du clip “Balance ton quoi” de Angèle


D’habitude, c’est talons et jupe presque tous les jours, raconte Julie, 22 ans, qui travaille dans une banque. Officiellement, ma direction ne m’impose aucun dress code mais je fais cet effort par acquis de conscience. Sauf que depuis deux semaines, je suis en télétravail, alors je traîne en jogging et chaussettes pilou à la maison. Non seulement je suis aussi efficace dans mon travail, mais en plus mes pieds ne me font plus souffrir le martyre! Comme Julie, de nombreuses jeunes femmes réalisent depuis le début du confinement le poids que leur imposent les différentes injonctions à la féminité, du vernis à ongles à l’épilation en passant par le port du soutien-gorge.

Charlyne, 27 ans, est bien partie pour devenir une no bra convaincue: “Je commençais déjà à en avoir marre avant le confinement, je mettais de moins en moins de soutien-gorge, mais là c’est décidé, je saute le pas, terminé les soutifs! Dix jours que je n’en porte plus du tout et je revis, j’ai l’impression de pouvoir respirer à nouveau”, explique cette graphiste de 27 ans qui justifie sa décision en avançant en priorité l’argument du confort, mais également des raisons financières. Pour Camille Froidevaux-Metterie, autrice de Seins, en quête d’une libérationle confinement met en lumière différents élans illustrant l’envie des femmes de s’affranchir des diktats esthétiques à l’image du mouvement no bra ou body positive, ou du refus de s’épiler. “Ces initiatives émanent surtout de la nouvelle génération de féministes, celles qui ont entre 20 et 30 ans aujourd’hui. Elles sont apparues dans un contexte de réappropriation de la corporéité féminine, que ce soit les règles, la grossesse, la sexualité, mais aussi tout ce qui a trait à l’apparence et qui est étroitement associé à une conception phallocentrée du mondeexplique la philosophe féministe signataire d’une récente tribune dans laquelle elle questionne les possibles bienfaits du confinement pour les femmes.

 

 

Au diable l’épilation

En sortant dans l’espace public, les femmes savent qu’elles seront regardées, chacune intègre cette scrutation sur son corps. Cela produit des rituels comme l’épilation, le port de talons ou le maquillage. Avec le confinement, les femmes se trouvent débarrassées de ce regard extérieur et réalisent que ces rituels sont une forme d’exigence intériorisée de paraître au mieux devant les autres”, note Camille Froidevaux-Metterie. 

Confinées dans nos appartements et maisons pour plusieurs semaines, des pratiques intégrées à nos routines depuis plusieurs années, parfois décennies, sont remises en question. Sur les réseaux sociaux, nombreuses sont celles à crier leurs délivrance de ne plus porter de soutien-gorge ou de ne plus s’épiler. “Je suis confinée chez mes parents, en Bourgogne, loin de mon mec, explique Lisa, 19 ans. Du coup je ne m’épile plus, ni les jambes, ni les aisselles, ni le maillot! Et je me suis rendu compte que si je m’imposais des séances de cire et de rasoir toutes les semaines, c’était pour lui, pas pour moi. Avoir des poils j’en ai rien à faire alors à partir de maintenant je serai membre du hairy club et si ça ne lui plaît pas, c’est pareil.

 

La liberté de traîner en jogging

Si l’on en croit les mèmes et autres tweets moqueurs qui circulent depuis le début du confinement, oui, cette liberté retrouvée ne plaît pas à tout le monde. “Après un mois sans Sephora, on va pas reconnaître nos copines ”: des publications de ce genre, comparant les adeptes du no make-up à Gollum, pullulent sur les réseaux sociaux, véhiculant toutes sortes de stéréotypes sexistes et misogynes. “Ces hommes sont dans une posture de panique et de déni. Avec le confinement, qui a fait disparaître les femmes de l’espace public, ils ont été privés de ces corps ‘à disposition’, explique Camille Froidevaux-Metterie. Pour les plus violents, comme les harceleurs, les frotteurs ou les violeurs, ce sont des proies qui disparaissent. Pour les autres, ce sont des corps à regarder et à convoiter qui s’évanouissent. L’injure et la moquerie sont les procédés qui leur restent pour maintenir le corps des femmes dans la position d’objet. En se dégradant, cet objet deviendrait détestable. La réalité, c’est qu’il leur échappe!

Libérées du regard extérieur, de nombreuses femmes mettent également à profit cette période pour explorer leurs corps et leur image. Sans suivre le diktat d’un summer body qui nous poursuit même pendant une pandémie mondiale, se faire une frange ou se raser la tête, tester de nouvelles manières de s’habiller, s’imaginer avec un tatouage ou un piercing, sont autant de manières de se réapproprier son physique. “Cette période peut être l’occasion de s’occuper de soi et de découvrir son corps. Une exploration d’autant plus agréable qu’elle se fait hors de tout regard, confirme Camille Froidevaux-Metterie. Certaines vont découvrir avec plaisir la liberté de traîner en jogging ou de ne plus s’épiler, d’autres préfèreront conserver une certaine routine en continuant de se maquiller. Ce qui importe, c’est que toutes le feront librement.

Audrey Renault


1. “Balance ta start-up”, le compte Insta qui libère la parole au travail

Harcèlement moral, horaires à rallonge, propos sexistes ou racistes… Lancé fin décembre, le compte @balancetastartup dénonce des pratiques managériales abusives dans un secteur souvent présenté comme innovant et “cool”. On a échangé avec sa créatrice, qui préfère rester anonyme.
Capture d'écran du clip “Balance ton quoi” de Angèle - Cheek Magazine
Capture d'écran du clip “Balance ton quoi” de Angèle

2. Vulvodynie: pourquoi cette maladie de la vulve reste méconnue

Douleurs ou inconfort de la vulve peuvent être les symptômes d’une maladie taboue et très douloureuse nommée vulvodynie.
Capture d'écran du clip “Balance ton quoi” de Angèle - Cheek Magazine
Capture d'écran du clip “Balance ton quoi” de Angèle

3. Avec Matergouinité, elles veulent politiser l’image des maternités lesbiennes

Le compte Instagram Matergouinité montre des familles homoparentales et/ou monoparentales, peu visibles dans les médias et souvent sujettes aux stéréotypes. Une initiative destinée à nourrir la pensée militante autour du féminisme et de la maternité.
Capture d'écran du clip “Balance ton quoi” de Angèle - Cheek Magazine
Capture d'écran du clip “Balance ton quoi” de Angèle

4. Une trentenaire donne naissance à un bébé après une greffe d'utérus, une première en France

Née sans utérus, Déborah, 36 ans, a donné naissance à une petite fille le 12 février dernier à Suresnes (Hauts-de-Seine) après avoir été greffée avec l’utérus de sa mère en mars 2019. Un reportage consacré à son histoire et produit par Nova Production sera diffusé dans l’émission Zone Interdite ce dimanche 21 février.
Capture d'écran du clip “Balance ton quoi” de Angèle - Cheek Magazine
Capture d'écran du clip “Balance ton quoi” de Angèle

5. Avec Respire, Justine Hutteau s’impose dans le secteur de la “clean beauty”

Cofondatrice de la marque Respire, qui va fêter ses deux ans cette année, Justine Hutteau revient sur la création de cette enseigne précurseure dans le domaine de la “clean beauty” en France, avec ses produits d’hygiène naturels et vegans. 
Capture d'écran du clip “Balance ton quoi” de Angèle - Cheek Magazine
Capture d'écran du clip “Balance ton quoi” de Angèle

6. En couple et féministes, ces jeunes femmes adhèrent malgré elles à des clichés sexistes

Vouloir un mec plus grand que soi, aimer les taiseux ou encore laisser son compagnon gérer les situations de conflits, pour certaines jeunes femmes hétérosexuelles qui se revendiquent féministes, certains stéréotypes de genre sont difficiles à évacuer. 
Capture d'écran du clip “Balance ton quoi” de Angèle - Cheek Magazine
Capture d'écran du clip “Balance ton quoi” de Angèle

7. Dans “Nos Cœurs sauvages”, France Ortelli décortique les maux amoureux de notre génération

Choix vertigineux sur les applis de rencontre, peur de l’engagement, essor du célibat positif… La journaliste et réalisatrice France Ortelli explique dans son nouvel ouvrage à paraître le 4 février pourquoi il est devenu si compliqué de trouver l’amour -et de le garder. 
Capture d'écran du clip “Balance ton quoi” de Angèle - Cheek Magazine
Capture d'écran du clip “Balance ton quoi” de Angèle