société

Street Art

Elles recouvrent les rues de Paris du nom des victimes de féminicide

Toute la semaine, ces militantes féministes ont recouvert les murs de Paris de messages dénonçant les féminicides.
Instagram / @marguerite_stern
Instagram / @marguerite_stern

Instagram / @marguerite_stern


Si vous avez marché dans la capitale cette semaine, vous avez peut-être remarqué ces collages moins fun que d’autres projets street art qui ornent les rues de Paris. Lancée par l’ex-Femen Marguerite Stern, cette initiative est destinée à rendre visible les noms des victimes de féminicides, dont le nombre s’élève déjà à 101 pour l’année 2019, sujet que le gouvernement a largement médiatisé cette semaine à l’occasion du lancement du Grenelle des violences conjugales

 

 
 
 
 
 
Voir cette publication sur Instagram
 
 
 
 
 
 
 
 
 

📷 @paulinemakoveitchoux

Une publication partagée par Marguerite Stern (@marguerite_stern) le

L’idée est aussi de dénoncer l’emploi d’expressions dont la violence est banalisée, comme “tuer par amour” ou “elle le quitte, il la tue”, que repère depuis plusieurs années Sophie Gourion sur son Tumblr Les mots tuent. L’ensemble du projet a été relayé sur le compte Instagram de Marguerite Stern, et le résultat, très réussi, est visible dans son ensemble ici


1. Zineb El Rhazoui a fait de la laïcité le combat de sa vie

Pour la deuxième année, la Région Île-de-France a voulu célébrer ces Franciliennes qui s’engagent et font bouger les lignes. Les trophées ellesdeFrance les ont récompensées pour leur courage, ou pour leurs actions menées dans le domaine de l’innovation, de la création, de la solidarité. Nous avons rencontré ces femmes extraordinaires: cette semaine, on dresse le portrait de Zineb El Rhazoui, journaliste et militante, prix Simone Veil du public. 
Instagram / @marguerite_stern - Cheek Magazine
Instagram / @marguerite_stern

3. Violences policières: Assa Traoré plus déterminée que jamais dans son combat

Assa Traoré, figure emblématique de la lutte contre les violences policières depuis le décès de son jeune frère Adama, a lancé une campagne internationale pour répliquer à ce qu’elle appelle un “acharnement judiciaire”. 
Instagram / @marguerite_stern - Cheek Magazine
Instagram / @marguerite_stern

4. Quand la nourriture devient érotique

Depuis notre tendre enfance, la dimension sensuelle de l’expérience gustative est indéniable. Du lait maternel jusqu’à l’explosion du food porn, les liens entre ces deux entités sont omniprésents. Mais d’où viennent-ils? Et pourquoi la société raffole-t-elle de ce couple sulfureux?
Instagram / @marguerite_stern - Cheek Magazine
Instagram / @marguerite_stern

6. Amputée suite à un choc toxique, Sandrine, 36 ans, témoigne

On a lu pour vous cet article du Parisien qui relaie le témoignage de Sandrine, infirmière de 36 ans, victime d’un choc toxique suite à l’utilisation d’une coupe menstruelle et on vous le conseille fortement.
Instagram / @marguerite_stern - Cheek Magazine
Instagram / @marguerite_stern

7. Avec hkind, Alice de Maximy invente le Tinder de la santé

Pour la deuxième année, la Région Île-de-France a voulu célébrer ces Franciliennes qui s’engagent et font bouger les lignes. Les trophées ellesdeFrance les ont récompensées pour leur courage, ou pour leurs actions menées dans le domaine de l’innovation, de la création, de la solidarité. Nous avons rencontré ces femmes extraordinaires: cette semaine, on dresse le portrait d’Alice de Maximy, prix de l’innovation, fondatrice de la start-up hkind et initiatrice de l’opération Femmes de santé.
Instagram / @marguerite_stern - Cheek Magazine
Instagram / @marguerite_stern