société

Six marques françaises éthiques ou bio qui révolutionnent les protections périodiques

Si la cup est souvent plébiscitée à raison, c’est sans compter sur toutes ces jeunes entreprises qui œuvrent pour des protections hygiéniques bio, avec l’envie de briser le tabou autour des règles.
Illustration de la marque Fava © instagram.com/befava_
Illustration de la marque Fava © instagram.com/befava_

Illustration de la marque Fava © instagram.com/befava_


Depuis quelques années, la révolution féministe a gagné le sujet du cycle menstruel. Il y a des livres et des podcasts qui en parlent, et il y a un même un festival qui lui a consacré une journée entière pour creuser davantage le sujet. Mais si les règles ne sont plus autant pointées du doigt, le combat pour la fin complète de la stigmatisation autour des menstrues est encore loin d’être gagné.

C’est d’ailleurs pour cette raison que Les Petites Glo, la petite sœur féministe des Glorieuses qui s’adresse aux adolescentes, a lancé sa campagne #StopPrécaritéMenstruelle pour exiger de l’État un accès libre et gratuit aux protections périodiques bio dans tous les collèges et lycées de France. Au total, ce sont 97% des personnes entre 12 et 19 ans qui estiment que les protections périodiques sont trop chères, mais aussi 85,5% qui ne connaissent pas la composition de ces dernières. Depuis la diffusion de Tampon, notre ennemi intime d’Audrey Gloaguen qui révèle les conséquences mortelles que peut avoir l’utilisation des tampons, mais aussi le combat du mannequin Lauren Wasser, obligée d’être amputée à cause d’un choc toxique, beaucoup de personnes se méfient des offres proposées dans le commerce traditionnel et se tournent vers des alternatives et des marques éthiques, qui se présentent comme 100% clean. Petite sélection.

 

Jho

L’offre: Des tampons avec ou sans applicateurs, des serviettes selon son flux menstruel ou encore des protèges-slips… Le choix est large chez Jho (la contraction de “juste” et “honnête”), qui propose un abonnement sans engagement, ou à la carte, avec une livraison (gratuite) chez vous ou en relais colis. Fondée par Dorothée Barth et Coline Mazeyrat, Jho promet une fabrication éthique avec du coton biologique certifié, sans aucun blanchiment au chlore et avec des boîtes en carton recyclé et recyclable.

Le bonus: L’entreprise collabore régulièrement avec des ONG comme Gynécologie Sans Frontières, pour aider notamment les femmes réfugiées à avoir accès à des protections hygiéniques.

 

Fava

 
 
 
 
 
Voir cette publication sur Instagram
 
 
 
 
 
 
 
 
 

BE A WOMAN BE TOMORROW BE FAVA – 📷 @jccaslot 💚 – #befava #organicproducts #natural #safe #safeperiods #changeonslesregles #forallvaginas #comingsoon

Une publication partagée par FAVA (@befava_) le

L’offre: Fava a été créée par Evelyn Gil-Passet et Jeanne Séguéla-Bouchet et propose l’envoi d’un coffret à deux tiroirs qui permet d’accueillir les protections intimes de votre choix pour plusieurs semaines. La gamme (serviettes, tampons, cups) est composée de produits 100% biologiques, hypoallergéniques et même biodégradables. On peut s’abonner et choisir de recevoir sa boîte selon son cycle et son intensité.

Le bonus: L’entreprise est composée de 95% de femmes et s’est associée à EBS Espérance qui crée des emplois pour les personnes en réinsertion. De plus, pour chaque abonnement, Fava donne des produits à des femmes dans le besoin, via l’association Féminité Sans Abri.

 

Mama Quilla

 
 
 
 
 
Voir cette publication sur Instagram
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Sublimes en Mama Quilla 🌙🌙🌙 #mamaquilla #lingeriemenstruelle #culottemenstruelle Photographe : TV MUA : @juliel_muartist Modèles : @brunepale, @juliedommanget et @alexandra.pvrd

Une publication partagée par Mama Quilla 🌙 (@mamaquilla_lingerie) le

L’offre: On connaissait la marque Thinx qui cartonne outre-Atlantique et qui propose des culottes périodiques pour compléter ou remplacer les protections traditionnelles, ou sa petite sœur française, FEMPO. Sur le même principe, Mama Quilla propose des culottes confectionnées en France pour protéger son corps, mais aussi la planète puisqu’une culotte équivaut à trois tampons. Une exclusivité française pré-commandable sur Ulule pour un lancement officiel courant avril.

Le bonus: Les tailles vont du 34 au 56 et prennent donc en compte une grande pluralité des morphologies. Les culottes sont esthétiques et confortables.

 

My Holy

L’offre: My Holy, c’est parler des règles (rouges évidemment) sans tabou et sans filtre. Mais c’est surtout des tampons bio sans applicateur (pour le moment), livrés dans une jolie boîte réutilisable et personnalisée, qu’on peut aussi choisir dans un packaging en format voyage, et dont chaque achat génère un don aux associations KmerPad et Règles Élémentaires. L’abonnement se fait en fonction des besoins de chaque personne et peut s’annuler à tout moment.

Le bonus: Le manifesto et le calendrier qui démocratisent les règles de manière pop et actuelle, sans oublier la transparence des coûts et des produits utilisés.

 

Marguerite et Cie

L’offre: Basée en Bretagne, Gaële Le Noane, qui a lancé Marguerite et Cie, s’est associée à la marque britannique Natracare (vendue chez Biocoop) pour lancer la “Petite box bleue (et rouge)” qui propose des tampons bio avec ou sans applicateur, à recevoir chez soi tous les mois, composée au préalable selon ses besoins. Chaque achat donne lieu au don de tampons à une association -ici, Agir pour la santé des femmes. L’entreprise veut désormais se diversifier en lançant des serviettes périodiques 100% bio également. Elle a donc lancé une campagne de financement participatif.

Le bonus: On peut offrir l’abonnement à un·e proche.

 

Gina

 
 
 
 
 
Voir cette publication sur Instagram
 
 
 
 
 
 
 
 
 

On est fiers de vous présenter notre bébé 🌈✨ #ginaiscoming #wearegina #beprepared

Une publication partagée par Gina (@we_are_gina) le

L’offre: Team tampons, team serviettes ou team les deux, c’est vous qui choisissez ce qui vous arrange avec cette marque 100% bio. Gina a été lancée par l’équipe de My Little Paris, qui en profite pour faire passer des messages féministes, avec des conférences autour des règles. Et puisque Gina est associée à Règles Élémentaires, chaque abonnement donne droit au parrainage d’une femme dans le besoin.

Le petit +: La “vagipédia” disponible sur le site, qui permet d’en savoir plus sur le choc toxique, le sexe pendant les règles ou le clitoris.

Jennifer Padjemi 


1. Avec “Féminisme washing”, Léa Lejeune dénonce la récupération du combat féministe par les marques

Dans son premier essai, Léa Lejeune analyse les ressorts et objectifs du féminisme washing. La journaliste dévoile la réalité cachée derrière les publicités séduisantes, les discours antisexistes de certaines entreprises et la vente d’objets associés à la lutte pour l’égalité femmes-hommes. Interview.
Illustration de la marque Fava © instagram.com/befava_ - Cheek Magazine
Illustration de la marque Fava © instagram.com/befava_

2. Les Colombiennes s’inspirent des Argentines pour légaliser le droit à l'IVG

Alors que l’Argentine vient enfin de voter la légalisation de l’avortement, les militantes des autres pays latino-américains restent plus mobilisées que jamais pour acquérir ce droit à leur tour, notamment en Colombie.
Illustration de la marque Fava © instagram.com/befava_ - Cheek Magazine
Illustration de la marque Fava © instagram.com/befava_

3. “Balance ta start-up”, le compte Insta qui libère la parole au travail

Harcèlement moral, horaires à rallonge, propos sexistes ou racistes… Lancé fin décembre, le compte @balancetastartup dénonce des pratiques managériales abusives dans un secteur souvent présenté comme innovant et “cool”. On a échangé avec sa créatrice, qui préfère rester anonyme.
Illustration de la marque Fava © instagram.com/befava_ - Cheek Magazine
Illustration de la marque Fava © instagram.com/befava_

4. Vulvodynie: pourquoi cette maladie de la vulve reste méconnue

Douleurs ou inconfort de la vulve peuvent être les symptômes d’une maladie taboue et très douloureuse nommée vulvodynie.
Illustration de la marque Fava © instagram.com/befava_ - Cheek Magazine
Illustration de la marque Fava © instagram.com/befava_

5. Avec Matergouinité, elles veulent politiser l’image des maternités lesbiennes

Le compte Instagram Matergouinité montre des familles homoparentales et/ou monoparentales, peu visibles dans les médias et souvent sujettes aux stéréotypes. Une initiative destinée à nourrir la pensée militante autour du féminisme et de la maternité.
Illustration de la marque Fava © instagram.com/befava_ - Cheek Magazine
Illustration de la marque Fava © instagram.com/befava_

6. Une trentenaire donne naissance à un bébé après une greffe d'utérus, une première en France

Née sans utérus, Déborah, 36 ans, a donné naissance à une petite fille le 12 février dernier à Suresnes (Hauts-de-Seine) après avoir été greffée avec l’utérus de sa mère en mars 2019. Un reportage consacré à son histoire et produit par Nova Production sera diffusé dans l’émission Zone Interdite ce dimanche 21 février.
Illustration de la marque Fava © instagram.com/befava_ - Cheek Magazine
Illustration de la marque Fava © instagram.com/befava_

7. Avec Respire, Justine Hutteau s’impose dans le secteur de la “clean beauty”

Cofondatrice de la marque Respire, qui va fêter ses deux ans cette année, Justine Hutteau revient sur la création de cette enseigne précurseure dans le domaine de la “clean beauty” en France, avec ses produits d’hygiène naturels et vegans. 
Illustration de la marque Fava © instagram.com/befava_ - Cheek Magazine
Illustration de la marque Fava © instagram.com/befava_