société

Le Cheek Point

Comment elles sont devenues mères porteuses

On a lu pour vous cet article de Slate sur les mères porteuses aux États-Unis et on vous le conseille fortement. 
© Unsplash/@ignaciocampo
© Unsplash/@ignaciocampo

© Unsplash/@ignaciocampo


S’il n’existe pour l’instant aucune enquête sociologique du profil de ces femmes, les rencontrer et leur parler permet de comprendre certaines de leur motivations. Souvent éperdument fières de cet acte généreux, nombreuses sont celles qui affichent leur ventre rond sur les réseaux sociaux. De la sélection à l’accouchement, en passant par l’insémination, nous avons demandé à d’anciennes et actuelles mères porteuses de nous parler de leur vie et de leur quotidien. Qui sont-elles, pourquoi ont-elles décidé de porter l’enfant d’un·e autre? Aiment-elles être enceintes?

Entre piqûres, tests de grossesse et comparaison de la taille du bébé avec des fruits, les comptes Instagram de mères porteuses peuvent surprendre au premier abord. Pourtant, derrière les filtres oreilles de chat ou les ongles multicolores se cache une mine d’informations concernant le processus d’insémination puis de développement d’un bébé lors d’une grossesse pour autrui.

Dans cet article publié sur le site de Slate, la journaliste Caroline Ernesty revient sur les profils des mères porteuses américaines et les raisons qui les poussent à aider des couples à concrétiser leur désir d’enfant dans le cadre de la gestation pour autrui. 

À lire le plus rapidement possible sur le site de Slate.


1. Minou Sabahi met les saveurs de ses voyages dans nos assiettes

A 32 ans, la cheffe franco-iranienne Minou Sabahi s’est installée au début de l’été en résidence chez Fulgurances à l’Entrepôt, lieu de vie culturel du 14ème arrondissement de Paris.
© Unsplash/@ignaciocampo - Cheek Magazine
© Unsplash/@ignaciocampo

3. Sur Instagram, la nouvelle génération de militant·e·s mène le combat antiraciste

Depuis quelques mois, un vent de militantisme souffle sur le réseau social adulé des 15-25 ans, où la lutte contre le racisme avance à coups de hashtags, de témoignages et d’analyses politiques de l’histoire ou de l’actualité.
© Unsplash/@ignaciocampo - Cheek Magazine
© Unsplash/@ignaciocampo

4. Célibataire et quadra, elle raconte son chemin vers la maternité dans un livre

Dans le livre témoignage Allers-retours pour un bébé en librairies le 17 septembre, Audrey Page relate pourquoi et comment elle a choisi de dissocier désir d’enfant et couple. Mère à 41 ans d’une petite fille née par PMA, elle revient sur les épreuves de son parcours et interroge la conception classique de la famille et des relations amoureuses.
© Unsplash/@ignaciocampo - Cheek Magazine
© Unsplash/@ignaciocampo

5. Avec “Les Joueuses”, Julie Gayet célèbre les footballeuses de l’Olympique Lyonnais

En salles le 9 septembre, le documentaire Les Joueuses propose un regard inédit sur les footballeuses de l’Olympique Lyonnais. On a discuté sexisme dans le monde du ballon rond, égalité salariale et visibilité des sportives avec la productrice du film, Julie Gayet.
© Unsplash/@ignaciocampo - Cheek Magazine
© Unsplash/@ignaciocampo

6. La cheffe Alessandra Montagne va ouvrir Nosso, un resto locavore et anti-gaspi

La cheffe d’origine brésilienne Alessandra Montagne inaugure en octobre un nouveau restaurant parisien, Nosso -qui signifie “nous” en portugais- baigné de lumière, dans son arrondissement parisien de cœur, le 13ème. Une aventure collective, qu’elle raconte dans notre interview “Top Cheffe”.
© Unsplash/@ignaciocampo - Cheek Magazine
© Unsplash/@ignaciocampo

7. Covid-19: comment la pandémie redessine nos vies amoureuses

Rapprochement, rupture, et nouveaux modes de drague: petit état des lieux amoureux post-confinement, à l’heure où se rouler des pelles en public devient un acte quasi politique.
© Unsplash/@ignaciocampo - Cheek Magazine
© Unsplash/@ignaciocampo