société

La vidéo du jour

Après sa transition, Océan raconte l'évolution du comportement des hommes cisgenres envers lui

Si vous ne deviez voir qu’une vidéo aujourd’hui, ce serait cette interview du comédien Océan dans Rendez-vous avec Kevin Razy.
Capture d'écran de l'émission “Rendez-vous avec Kevin Razy”
Capture d'écran de l'émission “Rendez-vous avec Kevin Razy”

Capture d'écran de l'émission “Rendez-vous avec Kevin Razy”


J’hallucine tous les jours du comportement des hommes qui me voient comme un homme cis, et qui, du coup, sont tellement sympas et tellement plus cools que quand j’étais une meuf.” Invité sur le plateau de l’émission Rendez-vous avec Kevin Razy diffusée sur Canal+ le 3 décembre, le comédien Océan a évoqué sa transition, et rappelé la définition de quelques notions du champ lexical du genre. Et ça fait du bien.

Le plus simplement du monde, il explique dans un extrait de Kings, une nouvelle série documentaire de la chaîne, l’effet de l’injection de testostérone sur son corps. “Je commence à changer déjà. Ma voix change, décrit-il. En fait la testo, ça fait que ton cartilage se développe, donc ta mâchoire devient plus carrée, ton nez s’épaissit. Pour la pilosité faciale, c’est plus long.

Interrogé par le présentateur sur l’intérêt d’employer le mot “cisgenre: une personne dont le genre correspond à celui qu’on lui a assigné à la naissance”, Océan répond: “C’est pour éviter de dire qu’il y a les gens normaux et les trans. Il y a les cisgenres et les transgenres. On est différents, mais c’est ok!” Le jeune homme rappelle également que la notion de genre est une “catégorie sociale” inventée, qui “n’a rien à voir avec la nature”. Et pour appuyer son propos, il évoque “les personnes intersexes, ni hommes ni femmes”, les “femmes qui ont tellement de testostérone que si on les teste en prise de sang, on dira qu’elles sont des hommes” et “les hommes qui ont des seins parce qu’ils ont un fort taux d’œstrogène”.

Pour conclure cette interview, qui on l’espère aura contribué à rendre accessibles ces concepts au grand public, celui qui était jusqu’au 8 décembre à l’affiche de la pièce Justice, revient, tout sourire,  sur l’évolution du regard des hommes cisgenres sur lui, et raconte: “Je prends un taxi l’autre fois, je dépose une copine, on se retrouve tous les deux [avec le chauffeur], il n’avait rien dit, et il fait ‘Ah, enfin nous voilà entre hommes, on va pouvoir parler politique.’” En attendant de savoir s’il faut en rire ou en pleurer, on vous laisse découvrir l’intégralité du programme ici.

 

Margot Cherrid


2. Koun, l'ONG libanaise qui diffuse le yoga dans les camps de réfugié·e·s 

“Rendre le yoga accessible à ceux qui en ont besoin.” Une devise qui frappe dès la page d’accueil du site de Koun, l’ONG fondée par Sandy Boutros, jeune yogi libanaise qui compte bien amener le yoga au sein des communautés défavorisées.
Capture d'écran de l'émission “Rendez-vous avec Kevin Razy” - Cheek Magazine
Capture d'écran de l'émission “Rendez-vous avec Kevin Razy”

4. Le “wokewashing”, ou comment les marques s’emparent de causes pour faire face à la décroissance

La cause animale, le body positive ou les luttes LGBTQI+: autant d’engagements que les marques n’hésitent pas à brandir, mais qui camouflent souvent des démarches purement mercantiles. C’est ce qu’on appelle le wokewashing.  
Capture d'écran de l'émission “Rendez-vous avec Kevin Razy” - Cheek Magazine
Capture d'écran de l'émission “Rendez-vous avec Kevin Razy”