société

L'émouvant dessin d'Annabelle au lendemain de l'attentat homophobe d'Orlando

Au lendemain de l’attentat qui a frappé la boîte gay le Pulse à Orlando, la réaction en image d’Annabelle fait le tour du Web.
Annabelle, DR
Annabelle, DR

Annabelle, DR


“Je vais lâcher! C’est trop lourd, je vais tout lâcher!”, s’écrie le visage paniqué, le personnage dessiné par l’illustratrice Annabelle et relayé par Alice Vachet, tenant les pancartes qui nous rappellent les attentats de Charlie Hebdo, du 13 novembre et de Bruxelles, auxquels s’ajoute celle des attentats de la nuit du 11 juin dernier au Pulse, boîte de nuit LGBT d’Orlando faisant 50 morts et 53 blessés.

On aurait pu aussi imaginer les pancartes faisant hommage aux victimes des attentats de l’Hyper Cacher le 9 janvier 2015, de Sousse le 26 juin 2015, d’Ankara le 10 octobre 2015, de Ouagadougou le 15 janvier 2016, et de tellement d’autres qu’il est devenu presque impossible de tous les énumérer. Si Daesh, qui a revendiqué l’attaque, est à l’origine de tous ces attentats, il ne s’en était encore jamais pris à la communauté LGBT.

Cette dernière n’a toutefois pas l’intention de rester murée. Amandine Miguel, porte-parole de l’inter-LGBT en France, a affirmé que la Gay Pride, qui aura lieu en France le 2 juillet prochain, était maintenue. “Ce n’est pas cette violence qui va nous empêcher d’exister, de reprendre la rue pour avoir une visibilité”, a-t-elle déclaré à Metro News.

Une visibilité qu’il fallait bien chercher parmi les Unes de la presse française ce matin. Comme le souligne la revue de presse de France Culture, seul le journal Sud Ouest a mentionné l’aspect homophobe de l’attaque dans ses gros titres en écrivant Un massacre homophobe lié à Daesh. “Un peu comme si au lendemain des attaques de Charlie Hebdo, la presse avait évoqué des attentats contre des bureaux, ou après l’Hyper Cacher, contre un supermarché”, précise l’auteur de la revue de presse, Nicolas Martin, à Libération. Pourtant, le caractère homophobe de l’attaque est incontestable. Le père du tueur, Omar Mateen a déclaré sur NBC News que “cela n’a rien à voir avec la religion”, mais a en revanche affirmé que son fils avait été choqué de voir deux hommes s’embrasser à Miami il y a quelques mois, ce qui pourrait être la cause de son geste.

Virginie Cresci


1. Elle a plaqué sa vie parisienne pour devenir agricultrice

Stéphanie Maubé était graphiste, elle est désormais éleveuse d’agneaux, de brebis et de moutons en Normandie. Passionnée par son métier et agricultrice engagée, elle cosigne le livre Il était une bergère et donne ainsi un visage à celles et ceux qui luttent au quotidien pour nourrir la population française. Interview.
Annabelle, DR - Cheek Magazine
Annabelle, DR

2. “Une dernière fois”, le premier long métrage porno et engagé d'Olympe de G

Olympe de G réalise son premier long métrage porno-érotique, Une Dernière fois, qui sera diffusé sur Canal+ ce samedi 6 juin, et met en scène la sexualité d’une sexagénaire, incarnée par Brigitte Lahaie, qui souhaite organiser la dernière fois qu’elle fait l’amour. 
Annabelle, DR - Cheek Magazine
Annabelle, DR

7. Comment le confinement a romantisé la campagne

Le confinement a provoqué un véritable exode urbain qui semble parti pour durer: de plus en plus de citadin·e·s se mettent à rêver d’emménager à la campagne. Mais une fois passée l’image de carte postale, la déception peut être très forte. 
Annabelle, DR - Cheek Magazine
Annabelle, DR