société

Le podcast du jour

Ovidie lève le voile sur le traitement des prostituées en Suède

Ovidie était ce matin l’invitée de Sonia Devillers dans l’Instant M sur France Inter. Elle y présentait son documentaire Là où les putains n’existent pas, diffusé ce soir sur Arte. À écouter.
© Catherine Calvanus
© Catherine Calvanus

© Catherine Calvanus


Au micro de Sonia Devillers, Ovidie a raconté ce matin les coulisses de son documentaire Là où les putains n’existent pas, consacré au côté obscur de l’égalité des sexes en Suède, qui sera diffusé ce soir sur Arte. C’est au travers d’un féminicide sordide que la militante pro-sexe lève le voile sur ce ce fameux modèle suédois, si souvent érigé en exemple et qui pourtant glace le sang. En 2014, Eva Maree, 27 ans, décède sous les coups de couteaux -31- de son ex-compagnon, notoirement violent. Le crime a lieu dans les locaux des services sociaux. Ceux-là mêmes qui ont retiré quelques années plus tôt la garde de ses enfants à Eva Maree. Son crime à elle? S’être prostituée pour subvenir aux besoins de ses enfants après avoir quitté son conjoint violent. Un péché impardonnable en Suède. “On considère en Suède qu’on ne peut pas être mère et putain à la fois” déclare Ovidie qui, dans ce documentaire retrace “le parcours d’une martyre.” Car il y a là-bas une véritable croisade contre “ces femmes de mauvaises vies, à la cuisse légère.” La prostituée y est forcément coupable. Interrogée par Ovidie, une voisine d’Eva Maree qui avait assisté à l’enlèvement de ses enfants par les services sociaux, raconte : “La responsable des services sociaux la persécutait car elle avait été travailleuse du sexe, elle la voyait comme une ennemie de la société et avait pour objectif de la détruire.

L’assassin, lui, a certes écopé de 18 ans de prison -encore heureux-, mais a tout de même conservé l’autorité parentale. “Socialement parlant, ce n’est pas lui qui a été condamné, ce n’est pas lui qui a été brulé sur un bucher, c’est elle”, déplore Ovidie qui avoue avoir “découvert quelque chose de pourri au royaume de la Suède.” Dans son documentaire, on découvre une archive vidéo d’Eva Maree, devenue militante contre ce système répressif, déclarer courageusement face caméra : “Je me suis prostituée, mais je reste un être humain.

À écouter au plus vite sur le site de France Inter.

Audrey Renault 


3. La cheffe Stéphanie Le Quellec a ouvert son premier restaurant à Paris

Depuis 2013, la gagnante de l’émission Top Chef 2011 officiait dans les cuisines du Prince de Galles, palace parisien à qui elle apporta deux étoiles en février dernier. Pourtant, peu après l’obtention des précieux macarons, l’établissement ferme le restaurant de Stéphanie Le Quellec, qui rebondit aujourd’hui avec l’ouverture de sa première adresse en solo, La Scène, dans le très chic VIIIème arrondissement parisien. Elle répond à notre interview “Top Cheffe”.
© Catherine Calvanus - Cheek Magazine
© Catherine Calvanus

5. Vasectomie: et si on partageait la charge contraceptive?

En France, la vasectomie ne rencontre pas un franc succès. Entre automatisme de la pilule contraceptive, confusion entre infertilité et perte d’attributs virils ou crainte de son côté définitif, les obstacles à sa démocratisation sont nombreux. Ne serait-il pas temps de briser les clichés tenaces et de voir en la vasectomie une méthode attractive aux multiples avantages pour les femmes?  
© Catherine Calvanus - Cheek Magazine
© Catherine Calvanus

6. Avec Green Barbès, elles militent pour une cosmétique plus verte et transparente

La petite marque fondée en 2015 est devenue grande. Pour appuyer son développement, Green Barbès a lancé une campagne de crowdfunding afin de conserver sa transparence ultime. Retour sur une évolution cosmétique.
© Catherine Calvanus - Cheek Magazine
© Catherine Calvanus