société

Le Cheek Point

“Je n'ai pas dit non une seule fois”: l'écrivaine et ex-mannequin Loulou Robert se confie dans un podcast

Dans cet épisode de Programme B, un podcast produit par Binge Audio, Loulou Robert, autrice, se confie. 
DR
DR

DR


Je me rappelle de la photo. J’ai toujours été mal à l’aise en la regardant et je ne savais pas pourquoi. Peut-être parce que c’est à ce moment que la ligne a été franchie. Sur cette photo je vois mon regard, j’ai la tête relevée et je sais que c’est juste après que ça a déconné. Et je fais rien. Je le laisse se mettre sur moi, me toucher, me dire toutes ces choses et moi, je ne peux rien faire, je me fige. […] C’est non-stop pendant un week-end et moi je ne fais strictement rien […] Ma première prise de conscience ça a été avec mon deuxième roman, Hope, dans lequel mon héroïne Bianca est abusée par un photographe. Sauf qu’elle lui fracasse le crâne et s’en va. Le photographe est décrit comme grand, tatoué et a des yeux noirs. C’est ma mère qui m’a dit: ‘C’est bizarre, il lui ressemble’ et je lui répondais que non. Le thème du viol revient assez souvent dans mes deux derniers romans.

Dans cet épisode de Programme B, un podcast produit par Binge Audio et publié vendredi 14 décembre, les journalistes Thomas Rozec et Victoire Tuaillon donnent la parole à Loulou Robert. Cette écrivaine et ancienne mannequin de 26 ans raconte ses débuts dans le monde de la photographie et comment elle s’est rendu compte, 5 ans plus tard, qu’elle n’avait jamais consenti à certaines relations sexuelles. La jeune femme se confie sur son sentiment de culpabilité et son déni, et évoque aussi les stéréotypes de genre qui poussent les jeunes femmes à “rester docile et à sourire”. 

A écouter le plus vite possible sur Binge Audio


2. Les femmes vont-elles sauver la planète? 

Elles sont en première ligne quand il s’agit de défendre les intérêts de la planète. Mais l’engagement des femmes pour l’écologie suffira-t-il à changer la donne?
DR - Cheek Magazine
DR

4. Koun, l'ONG libanaise qui diffuse le yoga dans les camps de réfugié·e·s 

“Rendre le yoga accessible à ceux qui en ont besoin.” Une devise qui frappe dès la page d’accueil du site de Koun, l’ONG fondée par Sandy Boutros, jeune yogi libanaise qui compte bien amener le yoga au sein des communautés défavorisées.
DR - Cheek Magazine
DR