société

Le podcast du jour

Pourquoi n'ont-elles pas porté plainte? Des victimes de violences sexistes et sexuelles répondent

Si vous ne deviez écouter qu’un podcast aujourd’hui, ce serait cet épisode d’Un podcast à soi, intitulé Justice pour toutes.
Capture d'écran de la vidéo de prévention “Fred et Marie”
Capture d'écran de la vidéo de prévention “Fred et Marie”

Capture d'écran de la vidéo de prévention “Fred et Marie”


Pourquoi n’ont-elles pas porté plainte?” C’est pour répondre à cette question, qui accompagne souvent l’évocation de chiffres sur les violences faites aux femmes -1 femme sur 10 est victime de violence conjugale, par exemple- que Charlotte Bienaimé a décidé de s’intéresser à la “justice pour toutes” dans le dernier épisode d’Un podcast à soi.

On y découvre l’histoire de Jocelyne, violée il y a sept ans. La femme de 62 ans raconte s’être rendue à la gendarmerie et avoir subi le manque de considération des gendarmes, s’être sentie humiliée et jugée parce qu’elle avait accepté de boire un café chez son agresseur. “Vous vous rendez-compte de ce que vous avez fait? Cet homme aurait pu perdre son emploi”, lui assène-t-on quelques mois après sa première visite. Jocelyne est contrainte de déménager. Charlotte Bienaimée donne également la parole à Marie, 40 ans, confrontée à un compagnon violent, qu’elle décide de quitter. Elle doit supporter le même manque de soutien et de compréhension que la première interviewée. Refus de prendre la plainte, mépris, peur pour son enfant… Elle en vient à conclure: “Je ne sais pas si aujourd’hui je n’ai pas plus peur de la justice que de mon ex.

Outre ces deux témoignages personnels, l’épisode est également construit autour de paroles de victimes recueillies par le Groupe F, et d’explications d’expertes comme Muriel Salmona, psychiatre et présidente de l’association Mémoire traumatique et victimologie, qui liste les différents états rencontrés par une personne violentée. On découvre que l’absence de réaction, la perte de confiance en soi et même l’amnésie sont courants et justifiés par un choc traumatique. 

Autant d’éléments apparemment inconnus des forces de l’ordre, policiers ou gendarmes auxquels ont été confrontées Jocelyne et Marie. Tout porte à croire que l’appareil législatif lui-même n’est pas adapté à la situation en cas de violences sexistes et/ou sexuelles, et ne permet que difficilement la condamnation de l’auteur du crime ou de l’agression. 

Un an après après #MeToo, cet épisode dur et intéressant permet d’apporter quelques clefs de réponse à l’interrogation évoquée par Charlotte Bienaimé dans son introduction: “Pourquoi les femmes ont-elles préféré l’écran d’ordinateur au bureau d’un juge?

 

Margot Cherrid


2. Koun, l'ONG libanaise qui diffuse le yoga dans les camps de réfugié·e·s 

“Rendre le yoga accessible à ceux qui en ont besoin.” Une devise qui frappe dès la page d’accueil du site de Koun, l’ONG fondée par Sandy Boutros, jeune yogi libanaise qui compte bien amener le yoga au sein des communautés défavorisées.
Capture d'écran de la vidéo de prévention “Fred et Marie” - Cheek Magazine
Capture d'écran de la vidéo de prévention “Fred et Marie”

4. Le “wokewashing”, ou comment les marques s’emparent de causes pour faire face à la décroissance

La cause animale, le body positive ou les luttes LGBTQI+: autant d’engagements que les marques n’hésitent pas à brandir, mais qui camouflent souvent des démarches purement mercantiles. C’est ce qu’on appelle le wokewashing.  
Capture d'écran de la vidéo de prévention “Fred et Marie” - Cheek Magazine
Capture d'écran de la vidéo de prévention “Fred et Marie”