société

Le Cheek Point

“Récit”: Un témoignage incroyablement puissant sur le viol, à lire d'urgence

On a lu pour vous ce long et puissant témoignage d’une jeune femme qui a été victime d’un viol et on vous le conseille fortement. 
“La Belle et la meute”, © Mariam Al Ferjani
“La Belle et la meute”, © Mariam Al Ferjani

“La Belle et la meute”, © Mariam Al Ferjani


J’ai 31 ans, je suis française et j’habite à Sydney. Je me suis fait violer le 30 mars 2018. Je suis allée chez les flics. Le mec a été arrêté. J’ai décidé de le poursuivre en justice. Le mec a été reconnu coupable de viol par un jury de douze personnes le 14 juin 2019, et condamné à trois années de prison (dont dix-huit mois de peine de sûreté) le 1er août. J’ai décidé de raconter mon histoire pour différentes raisons.

Premièrement, très égoïstement, ça me fait du bien d’écrire. De sortir cette histoire, d’une manière ou d’une autre. Je ne sais plus où j’ai lu que chacun doit réussir à transformer ses traumatismes en histoires, en souvenirs, pour être capable d’y repenser sans nécessairement souffrir. J’ai écrit ces pages au fur et à mesure. Le récit du viol, bien avant que le procès n’ait lieu. Pour me débarrasser de cette histoire sordide. Le récit du tribunal, récemment, au cours des deux mois de break que je me suis accordés pour me remettre de ces quinze mois de larmes, d’idées noires, de colère et d’angoisse.

Son texte s’appelle Récit, il est long et divisé en 5 épisodes mais il se lit à la vitesse de l’éclair. Cette jeune femme de 31 ans, qui préfère rester anonyme, a décidé d’écrire sur le viol dont elle a été victime en mars 2018 en Australie. Elle a ensuite envoyé son texte à Titiou Lecoq, autrice et journaliste à Slate, qui ne s’est pas laissée décourager par les 67 pages de Récit. Et pour cause, ce témoignage, incroyablement puissant, est d’utilité publique; il raconte les différentes étapes par lesquelles cette jeune femme est passée et comment le fait de l’avoir vécu après #MeToo a tout changé dans sa façon de l’appréhender. 

À lire le plus rapidement possible sur le site de Slate.


2. La cheffe Laëtitia Visse boulonne la cuisine carnassière à Marseille

Normande d’origine, cette cheffe au caractère bien trempé a posé ses valises dans le sud de la France il y a deux ans et demi. Elle s’apprête à ouvrir un restaurant autour de la viande et des abats à Marseille. 
“La Belle et la meute”, © Mariam Al Ferjani - Cheek Magazine
“La Belle et la meute”, © Mariam Al Ferjani

4. J’ai testé pour vous: donner mes cheveux à une asso de lutte contre le cancer

Plusieurs associations récupèrent de longues mèches de cheveux pour les vendre au profit de femmes atteintes d’un cancer. Objectif: les aider à financer leur perruque et à retrouver leur féminité. Notre journaliste Arièle Bonte a testé l’expérience. 
“La Belle et la meute”, © Mariam Al Ferjani - Cheek Magazine
“La Belle et la meute”, © Mariam Al Ferjani

6. Médias: pourquoi les faits divers sont encore trop souvent traités de façon sexiste

Des femmes trop sexy pour être innocentes aux mères monstrueuses, en passant par le traitement des violences faites aux femmes: on vous explique pourquoi la rubrique faits divers de vos journaux est encore teintée de sexisme.
“La Belle et la meute”, © Mariam Al Ferjani - Cheek Magazine
“La Belle et la meute”, © Mariam Al Ferjani