société

Le Cheek Point

Non, ce n'est pas la faute des femmes si elles en font plus que les hommes à la maison

On a lu pour vous cet excellent article de Slate sur le partage des tâches domestiques et on vous le conseille fortement.
Desperate Housewives, DR
Desperate Housewives, DR

Desperate Housewives, DR


“La gent féminine a davantage tendance à ‘laisser faire le conjoint mais en veillant au grain’, dévoilait un sondage Ipsos de 2018. Il serait plus difficile aux femmes qu’à leur partenaire de ‘déléguer aveuglément’: ‘25% des répondants délèguent (tout en surveillant) le tri du linge et le lancement d’une lessive (38% chez les femmes); 24% pour faire les courses (33% chez les femmes); 22% pour étendre ou sécher le linge (33% chez les femmes); 21% pour repasser (33% chez les femmes); 17% pour s’occuper des enfants (21% chez les femmes).’

Et voilà, les coupables de la persistance des inégalités domestiques sont tout trouvées! Ce seraient, évidemment, les femmes, tout bonnement incapables de lâcher prise et de laisser les hommes se faire une place, accrochées qu’elles sont à leur rôle de gestionnaire en cheffe comme une moule à son rocher. […]

Selon le sondage Ipsos, quatre Français·es sur dix ‘pensent […] que si les femmes s’impliquent davantage dans la répartition des tâches c’est aussi en partie de leur fait car elles y trouveraient une satisfaction personnelle’ -comme si les femmes rechignaient en surface mais, au fond, y trouvaient du plaisir (un raisonnement qui est loin de s’appliquer à la seule sphère domestique).

Dans cet article très intéressant publié sur le site de Slate -dans le cadre d’une série intitulée Le féminisme à l’épreuve du couple hétéro, la journaliste Daphnée Leportois revient sur l’inégale répartition des tâches ménagères entre les hommes et les femmes, déconstruit l’idée reçue selon laquelle ces dernières seraient naturellement plus exigeantes en la matière et ne souhaiteraient pas déléguer et nous éclaire sur nos propres contradictions.

À lire le plus rapidement possible sur le site de Slate.


1. Elle a plaqué sa vie parisienne pour devenir agricultrice

Stéphanie Maubé était graphiste, elle est désormais éleveuse d’agneaux, de brebis et de moutons en Normandie. Passionnée par son métier et agricultrice engagée, elle cosigne le livre Il était une bergère et donne ainsi un visage à celles et ceux qui luttent au quotidien pour nourrir la population française. Interview.
Desperate Housewives, DR - Cheek Magazine
Desperate Housewives, DR

2. “Une dernière fois”, le premier long métrage porno et engagé d'Olympe de G

Olympe de G réalise son premier long métrage porno-érotique, Une Dernière fois, qui sera diffusé sur Canal+ ce samedi 6 juin, et met en scène la sexualité d’une sexagénaire, incarnée par Brigitte Lahaie, qui souhaite organiser la dernière fois qu’elle fait l’amour. 
Desperate Housewives, DR - Cheek Magazine
Desperate Housewives, DR

7. Comment le confinement a romantisé la campagne

Le confinement a provoqué un véritable exode urbain qui semble parti pour durer: de plus en plus de citadin·e·s se mettent à rêver d’emménager à la campagne. Mais une fois passée l’image de carte postale, la déception peut être très forte. 
Desperate Housewives, DR - Cheek Magazine
Desperate Housewives, DR