société

Le Cheek Point

Non, ce n'est pas la faute des femmes si elles en font plus que les hommes à la maison

On a lu pour vous cet excellent article de Slate sur le partage des tâches domestiques et on vous le conseille fortement.
Desperate Housewives, DR
Desperate Housewives, DR

Desperate Housewives, DR


“La gent féminine a davantage tendance à ‘laisser faire le conjoint mais en veillant au grain’, dévoilait un sondage Ipsos de 2018. Il serait plus difficile aux femmes qu’à leur partenaire de ‘déléguer aveuglément’: ‘25% des répondants délèguent (tout en surveillant) le tri du linge et le lancement d’une lessive (38% chez les femmes); 24% pour faire les courses (33% chez les femmes); 22% pour étendre ou sécher le linge (33% chez les femmes); 21% pour repasser (33% chez les femmes); 17% pour s’occuper des enfants (21% chez les femmes).’

Et voilà, les coupables de la persistance des inégalités domestiques sont tout trouvées! Ce seraient, évidemment, les femmes, tout bonnement incapables de lâcher prise et de laisser les hommes se faire une place, accrochées qu’elles sont à leur rôle de gestionnaire en cheffe comme une moule à son rocher. […]

Selon le sondage Ipsos, quatre Français·es sur dix ‘pensent […] que si les femmes s’impliquent davantage dans la répartition des tâches c’est aussi en partie de leur fait car elles y trouveraient une satisfaction personnelle’ -comme si les femmes rechignaient en surface mais, au fond, y trouvaient du plaisir (un raisonnement qui est loin de s’appliquer à la seule sphère domestique).

Dans cet article très intéressant publié sur le site de Slate -dans le cadre d’une série intitulée Le féminisme à l’épreuve du couple hétéro, la journaliste Daphnée Leportois revient sur l’inégale répartition des tâches ménagères entre les hommes et les femmes, déconstruit l’idée reçue selon laquelle ces dernières seraient naturellement plus exigeantes en la matière et ne souhaiteraient pas déléguer et nous éclaire sur nos propres contradictions.

À lire le plus rapidement possible sur le site de Slate.


3. La cheffe Stéphanie Le Quellec a ouvert son premier restaurant à Paris

Depuis 2013, la gagnante de l’émission Top Chef 2011 officiait dans les cuisines du Prince de Galles, palace parisien à qui elle apporta deux étoiles en février dernier. Pourtant, peu après l’obtention des précieux macarons, l’établissement ferme le restaurant de Stéphanie Le Quellec, qui rebondit aujourd’hui avec l’ouverture de sa première adresse en solo, La Scène, dans le très chic VIIIème arrondissement parisien. Elle répond à notre interview “Top Cheffe”.
Desperate Housewives, DR - Cheek Magazine
Desperate Housewives, DR

5. Vasectomie: et si on partageait la charge contraceptive?

En France, la vasectomie ne rencontre pas un franc succès. Entre automatisme de la pilule contraceptive, confusion entre infertilité et perte d’attributs virils ou crainte de son côté définitif, les obstacles à sa démocratisation sont nombreux. Ne serait-il pas temps de briser les clichés tenaces et de voir en la vasectomie une méthode attractive aux multiples avantages pour les femmes?  
Desperate Housewives, DR - Cheek Magazine
Desperate Housewives, DR

6. Avec Green Barbès, elles militent pour une cosmétique plus verte et transparente

La petite marque fondée en 2015 est devenue grande. Pour appuyer son développement, Green Barbès a lancé une campagne de crowdfunding afin de conserver sa transparence ultime. Retour sur une évolution cosmétique.
Desperate Housewives, DR - Cheek Magazine
Desperate Housewives, DR