société

Le Cheek Point

Pourquoi les masques de protection ne sont pas adaptés aux femmes

On a lu pour vous cet article de Numerama sur le sexisme qui se cache derrière les normes de fabrication des masques de protection et on vous le conseille. 
© instagram.com/tvtroisv
© instagram.com/tvtroisv

© instagram.com/tvtroisv


“[…] depuis les débuts de la crise, les témoignages de masques inadaptés, souvent parce qu’ils sont trop grands, se multiplient […] Une journaliste de la rédaction de Numerama s’est même procuré, dans une pharmacie parisienne, un lot de 10 masques chirurgicaux à taille et usage unique, vendus 80 cents pièce, les seuls disponibles à la vente. À l’essai, le constat est effarant: l’élastique est beaucoup trop long, ce qui empêche le masque d’adhérer à la peau et donc d’être efficace pour éviter la propagation de gouttelettes. […] Comme les autres équipements médicaux de protection, les masques médicaux sont élaborés à partir d’un visage ‘standard’. Ce standard est calculé sur la base des tailles et caractéristiques des populations masculines des pays d’Europe et des États-Unis. C’est que montre par exemple Caroline Criado Perez dans son ouvrage de référence Invisible Women. La taille dite ‘unisexe’ ne l’est pas vraiment, même quand il existe une version small, car tout est basé sur ce standard masculin.” 

Dans un article intitulé Masques de protection mal adaptés aux femmes: le sexisme derrière les normes, Numerama dénonce cette inégalité majeure entre hommes et femmes dans la lutte contre la propagation du Covid-19. Une enquête approfondie et sidérante, qui met en lumière les dangers de ce sexisme industriel. 

A lire le plus vite possible sur Numerama


3. Comment le confinement a romantisé la campagne

Le confinement a provoqué un véritable exode urbain qui semble parti pour durer: de plus en plus de citadin·e·s se mettent à rêver d’emménager à la campagne. Mais une fois passée l’image de carte postale, la déception peut être très forte. 
© instagram.com/tvtroisv - Cheek Magazine
© instagram.com/tvtroisv

5. Ces deux jeunes femmes cherchent à financer “¡Basta ya!”, un docu sur la lutte pour le droit à l'avortement en Amérique Latine

Julia Heres Garcia et Marion Lambert, deux vingtenaires féministes, lancent une campagne de crowdfunding pour financer leur projet de web-documentaire militant sur la lutte pour le droit à l’avortement en Amérique Latine. 
© instagram.com/tvtroisv - Cheek Magazine
© instagram.com/tvtroisv

6. Confinement: ce que l’abstinence sexuelle leur a appris

Avec le confinement, des femmes confinées seules ou en couple n’ont pas eu de rapport sexuel pendant plusieurs semaines. Qu’est-ce que cette abstinence leur a appris sur leur rapport à la sexualité, à leur corps et au désir? Réponses. 
© instagram.com/tvtroisv - Cheek Magazine
© instagram.com/tvtroisv