société

La vidéo du jour

Tariq Ramadan accusé de viol: Sophia Aram se félicite que la loi du silence prenne fin

Si vous ne deviez voir qu’une seule vidéo aujourd’hui, ce serait cette chronique de Sophia Aram sur les plaintes pour viol visant le prédicateur musulman Tariq Ramadan, et sur la disparition progressive de la loi du silence entourant les agressions sexuelles. 
Tariq Ramadan accusé de viol: Sophia Aram se félicite que la loi du silence prenne fin

Ce matin, à la veille de la Toussaint, la chroniqueuse et humoriste Sophia Aram a tenu à rendre hommage sur France Inter à celui qu’on est en train de progressivement enterrer: le silence. Celui qui entoure les agressions sexuelles et constitue une chape de plomb dans laquelle sont enfermées les victimes depuis toujours. Parmi, elles, on compte majoritairement des femmes et Sophia Aram se félicite que leurs agresseurs ne dorment plus tranquilles. “Ce silence est mort et nous ne le regretterons pas, même si j’imagine qu’après sa disparition, certains hommes doivent commencer à sérieusement se mordre la bite.” L’un deux a sans doute beaucoup de mal à trouver le sommeil depuis que deux femmes ont porté plainte contre lui, dénonçant les viols particulièrement violents que le médiatique qu’il leur a fait subir. Le prédicateur musulman Tariq Ramadan est en effet accusé par deux de ses ex-disciples, dont l’une, Henda Ayari, a déclaré ce matin au Parisien que pour lui, une femme était “soit voilée, soit violée”.

On pourrait dès lors conclure à la mort spirituelle de Tariq Ramadan, poursuit Sophia Aram dans sa chronique, si la lecture des commentaires d’une partie de ses adeptes ne nous rappelait immédiatement à l’ordre. Celui d’un ordre religieux, toujours aussi prompt à présumer l’innocence d’un homme qu’à salir l’honneur de femmes présumées tentatrices, manipulatrices et menteuses.” Mais cette fois, le mouvement de fond enclenché par l’affaire Weinstein et l’apparition du hashtag #BalanceTonPorc aura peut-être raison des traditionnelles résistances, comme en témoignent les deux plaintes déposées, qui pourraient être suivies de plusieurs autres. La conclusion de Sophia Aram résume d’ailleurs parfaitement la prise de conscience actuelle, en train de donner naissance à une vague de plaintes sans précédent. “Nous pouvons nous réjouir que des femmes aient trouvé le courage d’entamer ces procédures, parce que rompre le silence, c’est bien, mais porter plainte, c’est encore mieux.”

Myriam Levain


2. Comment le confinement a romantisé la campagne

Le confinement a provoqué un véritable exode urbain qui semble parti pour durer: de plus en plus de citadin·e·s se mettent à rêver d’emménager à la campagne. Mais une fois passée l’image de carte postale, la déception peut être très forte. 
Comment le confinement a romantisé la campagne - Cheek Magazine

4. Ces deux jeunes femmes cherchent à financer “¡Basta ya!”, un docu sur la lutte pour le droit à l'avortement en Amérique Latine

Julia Heres Garcia et Marion Lambert, deux vingtenaires féministes, lancent une campagne de crowdfunding pour financer leur projet de web-documentaire militant sur la lutte pour le droit à l’avortement en Amérique Latine. 
Ces deux jeunes femmes cherchent à financer “¡Basta ya!”, un docu sur la lutte pour le droit à l'avortement en Amérique Latine - Cheek Magazine

5. Confinement: ce que l’abstinence sexuelle leur a appris

Avec le confinement, des femmes confinées seules ou en couple n’ont pas eu de rapport sexuel pendant plusieurs semaines. Qu’est-ce que cette abstinence leur a appris sur leur rapport à la sexualité, à leur corps et au désir? Réponses. 
Confinement: ce que l’abstinence sexuelle leur a appris - Cheek Magazine