société

La testostérone, une piste pour combattre l'endométriose?

Prescrite dans les années 70 et 80 en France et abandonnée par la suite, la testostérone représente pourtant un espoir non négligeable pour les personnes atteintes d’endométriose. Explications. 
DR
DR

DR


Jusqu’à il y a un an, Fanny considérait qu’elle ne trouverait jamais de traitement à son endométriose. Après deux décennies d’errance médicale et de douleurs terribles au moment des règles, la femme de 33 ans avait finalement été diagnostiquée et on lui avait prescrit la pilule. “Le progestatif que je prenais, le Lutéran, m’a causé une grave dépression, raconte-t-elle. Je l’ai arrêté après un an, et j’étais toujours sous antidépresseurs, je me suis donc tournée vers des solutions alternatives: naturopathie, acupuncture, etc. Cela a apaisé certains moments de mon cycle, mais c’était extrêmement cher.” En vérité, les seuls traitements que proposent la gynécologie moderne ne permettent pas de guérir l’endométriose, simplement d’en endormir les symptômes. “La pilule, que l’on propose systématiquement aux personnes endométriosiques, va éteindre le cycle naturel, empêcher les règles et donc arrêter les douleurs”, explique la docteure Laurène Bernard, médecin généraliste et gynécologue. Et puis, il y a un an, Fanny découvre l’article A quand une pilule de testostérone microdosée pour les femmes?, écrit par Juliet Drouar et publié sur Cheek. Elle le rencontre, et il lui explique qu’après avoir entamé la prise de testostérone, ses douleurs de règles ont disparu. Il lui propose de commencer des injections.

 

Succès empiriques

Et ça marche: depuis un an, Fanny n’a quasiment plus de douleurs de règles. “Dès mon deuxième cycle, la testostérone a eu un effet radical sur mes douleurs et ma santé mentale. Je n’ai pas peur de dire que depuis que j’en prends, je vis ma meilleure vie”, résume-t-elle. La raison de ce succès? La testostérone est un anxiolitique naturel, c’est-à-dire qu’il calme les angoisses et la dépression. Mais surtout, “elle va réduire la taille de l’endomètre [NDLR: la muqueuse utérine qui est détruite pendant les règles] et donc des lésions endométriales qui causent des douleurs”, explique le Dr Hervé Fernandez, membre du comité scientifique d’EndoFrance et gynécologue. Depuis plusieurs mois, Fanny en parle autour d’elle, et a inspiré d’autres personnes à essayer cette hormone. Plusieurs amies endométriosiques ont rejoint leurs “apéros testo”. Inspirée par cette idée, Louna, atteinte d’un Syndrome des Ovaires Polykystiques (SOPK), a même commencé à l’expérimenter de son côté. La jeune femme a un taux de testostérone plus élevé que la moyenne à cause de son syndrome et, grâce à l’aide de sa sage-femme qui l’a aidé à traquer son cycle hormonal, elle s’est rendu compte que la chute de cette hormone dans son corps correspondait à des périodes de forte dépression et de fatigue. “Un ami me fait une injection de micro-dose de testo juste avant ce creux, et cela permet de contrer mon manque, et donc la dépression”, explique-t-elle. Depuis qu’elle en prend, comme Fanny, elle va beaucoup mieux.

 

Une piste déjà connue

Fanny, Juliet et Louna ne sont pas les premières personnes à avoir pensé à utiliser la testostérone en gynécologie. Dans les années 70 et 80, un traitement à base de l’un de ses dérivés était prescrit contre l’endométriose, le Danazol. Et il marchait bien: dans les études sur le sujet, comme celle réalisée en 1984 par les professeurs Barbieri, Evans et Kristner , 94% des sujets ont remarqué une amélioration considérable de leurs symptômes. “J’aimais beaucoup le prescrire à mes patientes, car il était efficace, explique le Dr Fernandez. Quel dommage qu’il ne soit plus recommandé.” La raison? Le “virilisme” est ce que l’on retrouve en tête de toutes les listes d’effets secondaires indésirables. Le propre de la testostérone est en effet de faire apparaître des caractéristiques considérées “masculines”, c’est-à-dire plus de poils sur les bras, les jambes, le visage… Mais aussi de l’acné, une voix plus grave et une augmentation de la masse musculaire. “Vous comprenez, quand une patiente vient vous voir et vous explique qu’elle est mal dans sa peau à cause de son traitement, il est difficile de la convaincre de ne pas en changer”, déplore Hervé Fernandez. Malgré son efficacité, la piste du Danazol est donc graduellement abandonnée en France, où il n’est plus prescrit qu’en ovules et de façon très ponctuelle. Au Japon par contre, des stérilets imbibés de ce médicament sont très populaires dans le traitement de l’endométriose. Fanny ne comprend pas ce désintérêt: “Trois poils en plus, c’était peu cher payé pour voir mes douleurs disparaître”, assure-t-elle. Elle milite aujourd’hui pour que la réflexion autour de l’usage de la testostérone et de ses dérivés se démocratise. Selon Laurène Bernard, il faudra encore du temps pour que cela se fasse. “En France, nous sommes très précautionneux quant à l’usage de nouveaux traitements. Les seules personnes qui ont accès à la testostérone sont les hommes trans, et c’est seulement car il s’agit d’une question de survie, car nous ne connaissons pas ses effets sur le long terme. Même si la piste de l’usage de testostérone en gynécologie est intéressante, je pense que les laboratoires français attendront des études d’autres pays pour se lancer.

Eva-Luna Tholance 


1. Entre solitude et difficultés financières, Cyrine raconte son confinement à Tunis

Depuis plusieurs semaines, de nombreux pays ont décrété le confinement de leurs populations, avec plus ou moins de restrictions dans les sorties et les activités. Alors que la Chine se relève tout doucement, c’est désormais l’Europe, les Etats-Unis ou encore l’Iran qui sont frappés de plein fouet par l’épidémie. Depuis quelques jours, la Tunisie est à l’arrêt. Un coup dur pour Cyrine, entrepreneure hyperactive, qui a dû planifier de quoi s’occuper pendant le confinement.  
DR - Cheek Magazine
DR

3. Dans un podcast, elle raconte son quotidien d'infirmière sous le Covid-19

Si vous ne deviez écouter qu’un seul podcast aujourd’hui, ce serait ce Journal d’une infirmière sous le Covid-19, qui raconte le quotidien d’une infirmière de 28 ans en médecine intensive et réanimatoire. 
DR - Cheek Magazine
DR

4. Accoucher au temps du Coronavirus, un stress supplémentaire pour les femmes

Pour les femmes sur le point d’accoucher, point de report possible malgré l’épidémie de Covid-19. Elles seront des centaines à donner la vie dans les prochaines semaines, et elles devront le faire dans des conditions inédites. 
DR - Cheek Magazine
DR

5. les wraps aux légumes rôtis et chèvre frais de Beena Paradin 

Ce n’est pas parce qu’on est confinées qu’on arrête de bien manger. Beena Paradin, créatrice de la marque de préparations bios et végétariennes Beendhi, nous propose une recette équilibrée et ludique. 
DR - Cheek Magazine
DR

6. Pourquoi le Covid-19 menace le droit à l'IVG

Consultations annulées, personnel de santé réquisitionné… L’un des dommages collatéraux de la crise sanitaire provoquée par le Covid-19 pourrait-il être une entrave au droit à l’IVG? C’est en tous cas la question que se posent certain·e·s professionnel·le·s de santé ainsi que des associations militantes pour les droits des femmes. 
DR - Cheek Magazine
DR

7. Pompes funèbres dépassées, hôpitaux de fortune: Sara, Madrilène, raconte son confinement en Espagne

Depuis plusieurs semaines, de nombreux pays ont décrété le confinement de leurs populations, avec plus ou moins de restrictions dans les sorties et les activités. Alors que la Chine se relève tout doucement, c’est désormais l’Europe, les Etats-Unis ou encore l’Iran qui sont frappé·e·s de plein fouet par l’épidémie. En Espagne, le nombre de morts du Covid-19 a dépassé  celui de la Chine. Pour Cheek, Sara, 22 ans, étudiante en philologie et habitante de Madrid, raconte le quotidien entre quatre murs. La capitale comptabilise plus de la moitié des décès du pays.      
DR - Cheek Magazine
DR