société

La vidéo du jour

“Chili, La Peur au ventre”: le combat des femmes pour le droit à l'avortement

Si vous ne deviez voir qu’une seule vidéo aujourd’hui, ce serait celle-ci. 


“Le Chili est l’un des six pays au monde où l’avortement est interdit en toutes circonstances. Même en cas de viol ou de risque vital pour la mère. L’avortement est puni d’une peine de 3 à 5 ans de prison.”  Le documentaire Chili, la peur au ventre, diffusé sur la chaîne Web Spicee, montre le combat des femmes chiliennes pour le droit à disposer de leur corps. 

Dans le pays, l’avortement est strictement prohibé depuis 1989 et de nombreuses femmes sont contraintes de le pratiquer illégalement à domicile, au péril de leur vie. “Au Chili, 100 000 avortements clandestins sont pratiqués chaque année, très souvent en absorbant une forte dose de misoprostol, un médicament contre les ulcères”, indique ce documentaire alarmant, à regarder de toute urgence dans son intégralité


1. Elle a plaqué sa vie parisienne pour devenir agricultrice

Stéphanie Maubé était graphiste, elle est désormais éleveuse d’agneaux, de brebis et de moutons en Normandie. Passionnée par son métier et agricultrice engagée, elle cosigne le livre Il était une bergère et donne ainsi un visage à celles et ceux qui luttent au quotidien pour nourrir la population française. Interview.
Elle a plaqué sa vie parisienne pour devenir agricultrice - Cheek Magazine

2. “Une dernière fois”, le premier long métrage porno et engagé d'Olympe de G

Olympe de G réalise son premier long métrage porno-érotique, Une Dernière fois, qui sera diffusé sur Canal+ ce samedi 6 juin, et met en scène la sexualité d’une sexagénaire, incarnée par Brigitte Lahaie, qui souhaite organiser la dernière fois qu’elle fait l’amour. 
“Une dernière fois”, le premier long métrage porno et engagé d'Olympe de G - Cheek Magazine

7. Comment le confinement a romantisé la campagne

Le confinement a provoqué un véritable exode urbain qui semble parti pour durer: de plus en plus de citadin·e·s se mettent à rêver d’emménager à la campagne. Mais une fois passée l’image de carte postale, la déception peut être très forte. 
Comment le confinement a romantisé la campagne - Cheek Magazine