société

La vidéo du jour

#MeToo: Quand des femmes agressées témoignent face caméra

Si vous ne deviez voir qu’une seule vidéo aujourd’hui, ce seraient ces témoignages et réflexions de femmes victimes de harcèlement et de violences sexuelles suite au hashtag #MeToo.
#MeToo: Quand des femmes agressées témoignent face caméra

J’avais 16 ans, je sortais d’un cours de danse, il m’a dit ‘il faut montrer aux gouines dans ton genre ce que c’est qu’un homme’ et il m’a violée.” C’est l’un des témoignages recueillis par Léa Bordier, réalisatrice (on lui doit la série Chers Corps ou le documentaire Elles prennent la parole), pour sa vidéo mise en ligne dimanche, intitulée #MeToo et repérée par RTL Girls. 41 femmes apparaissent à l’écran, graves ou souriantes, seules ou en bande, fixant l’objectif sans dire un mot. Alors que leurs visages défilent, on entend leurs voix nous raconter le harcèlement ou les agressions sexuelles dont elles ont été victimes, puis leurs réflexions sur cette parole des femmes qui se libère. “Il ne faut surtout pas que ce soit interprété comme ‘contre les hommes’ parce que ce n’est pas l’idée”, explique l’une d’elles. “Il y a eu un gros effet de buzz avec l’affaire Weinstein et les hashtags, et je pense qu’il est impératif maintenant de diriger le débat vers l’éducation à la tolérance et au respect, parce qu’agresser quelqu’un c’est nier son individualité, c’est nier son droit au respect”, complète une seconde femme, elle aussi victime de violences.

En proposant une vidéo pop, positive, appelant au débat entre hommes et femmes, Léa Bordier tape juste. Et on ne peut que saluer son choix judicieux d’utiliser en fond sonore Nina Simone et son morceau Ain’t got no, I got life, aux paroles porteuses d’espoir: “J’ai ma vie, j’ai ma liberté, et je vais la garder”.

Margot Cherrid


2. Comment le confinement a romantisé la campagne

Le confinement a provoqué un véritable exode urbain qui semble parti pour durer: de plus en plus de citadin·e·s se mettent à rêver d’emménager à la campagne. Mais une fois passée l’image de carte postale, la déception peut être très forte. 
Comment le confinement a romantisé la campagne - Cheek Magazine

4. Ces deux jeunes femmes cherchent à financer “¡Basta ya!”, un docu sur la lutte pour le droit à l'avortement en Amérique Latine

Julia Heres Garcia et Marion Lambert, deux vingtenaires féministes, lancent une campagne de crowdfunding pour financer leur projet de web-documentaire militant sur la lutte pour le droit à l’avortement en Amérique Latine. 
Ces deux jeunes femmes cherchent à financer “¡Basta ya!”, un docu sur la lutte pour le droit à l'avortement en Amérique Latine - Cheek Magazine

5. Confinement: ce que l’abstinence sexuelle leur a appris

Avec le confinement, des femmes confinées seules ou en couple n’ont pas eu de rapport sexuel pendant plusieurs semaines. Qu’est-ce que cette abstinence leur a appris sur leur rapport à la sexualité, à leur corps et au désir? Réponses. 
Confinement: ce que l’abstinence sexuelle leur a appris - Cheek Magazine