société

Le Cheek Point

Viol: la victime parfaite n'existe pas

On a lu pour vous cet article du Harper’s Bazaar, qui déconstruit le mythe de la victime parfaite, si souvent invoquée lors des affaires de viols ou d’agressions sexuelles, et on vous le conseille fortement.    
“Je suis ordinaire”, court-métrage de Chloé Fontaine sur le viol conjual
“Je suis ordinaire”, court-métrage de Chloé Fontaine sur le viol conjual

“Je suis ordinaire”, court-métrage de Chloé Fontaine sur le viol conjual


En 2014, dans un comic intitulé Trigger Warning: Breakfast, une autrice anonyme raconte comment l’une de ses connaissances l’a violée. Cette autrice a dit non, mais le violeur ne l’a pas écoutée. Elle a fini par le laisser passer la nuit chez elle et, le lendemain matin, elle lui a préparé un petit déjeuner. Pourquoi a-t-elle fait ça? Cette question la hante. Elle est hantée par le mythe de la victime parfaite.

La victime parfaite est un mirage auquel sont opposées toutes les autres victimes (normales, imparfaites, humaines), et croyez-moi, nous ne sortons jamais gagnantes d’une telle comparaison. La victime parfaite dit ‘non’ distinctement et régulièrement, se bat comme une lionne contre son agresseur et, si elle ne peut pas s’échapper, elle continue de proférer son non-consentement tout au long de l’agression, idéalement en hurlant ‘non’ à tout bout de champ, tout en continuant à se débattre du mieux qu’elle peut. La victime parfaite a le courage d’une équipe de quaterbacks amateurs. La victime parfaite griffe et mord. La victime parfaite crache et pleure. La victime parfaite n’abandonne pas. La victime parfaite ne mouille pas. La victime parfaite ne prépare pas le petit déjeuner à son violeur.

Je connais des femmes qui ont demandé à leur violeur de mettre un préservatif, proposant même de lui en donner un. Je connais des femmes qui, après une nuit d’avances incessantes, ont fini par dire oui, usées. On ne peut pas repousser un homme éternellement. On ne peut pas dire ‘pas maintenant, non merci, je n’ai pas envie’ indéfiniment. Moi aussi j’ai eu des relations sexuelles non consenties car cela me semblait être l’option la moins pire. Le sexe est une variable connue. Voyez ça comme une stratégie de réduction des risques. Se débattre, crier, frapper et hurler face à un homme? Conséquences ignorées, variable inconnue. Me frappera-t-il aussi? Me laissera-t-il partir? Vais-je me battre et perdre? Si je perds, va-t-il redoubler de violence en abusant de moi?

Dans un long article, publié sur le site d’Harper’s Bazaar US, intitulé Sometimes You Make Your Rapist Breakfast, la chroniqueuse américaine Marissa Korbel, déconstruit le mythe de la victime parfaite, cette femme imaginaire qui lors d’un viol ou d’une agression sexuelle réagirait comme il le faut, sous-entendu comme la société l’exige. Avocate bénévole pour le Victim Rights Law Center, une association américaine qui aide les victimes de crimes sexuels à mener une action en justice, Marissa Korbel revient sur le concept de zone grise, les viols conjugaux, ou les agressions à domicile pour passer en revue les multiples raisons, toutes valables, qui peuvent pousser des femmes à ne pas se débattre, à céder face à un violeur, voire à lui préparer le petit déjeuner. Une piqûre de rappel toujours nécessaire pour que tout le monde accepte enfin l’idée qu’un violeur n’est que rarement un inconnu planqué dans un parking, et qu’une femme n’est jamais responsable des violences qu’elle subit.

À lire le plus vite possible sur le site de Harper’s Bazaar


2. Comment le confinement a romantisé la campagne

Le confinement a provoqué un véritable exode urbain qui semble parti pour durer: de plus en plus de citadin·e·s se mettent à rêver d’emménager à la campagne. Mais une fois passée l’image de carte postale, la déception peut être très forte. 
“Je suis ordinaire”, court-métrage de Chloé Fontaine sur le viol conjual - Cheek Magazine
“Je suis ordinaire”, court-métrage de Chloé Fontaine sur le viol conjual

4. Ces deux jeunes femmes cherchent à financer “¡Basta ya!”, un docu sur la lutte pour le droit à l'avortement en Amérique Latine

Julia Heres Garcia et Marion Lambert, deux vingtenaires féministes, lancent une campagne de crowdfunding pour financer leur projet de web-documentaire militant sur la lutte pour le droit à l’avortement en Amérique Latine. 
“Je suis ordinaire”, court-métrage de Chloé Fontaine sur le viol conjual - Cheek Magazine
“Je suis ordinaire”, court-métrage de Chloé Fontaine sur le viol conjual

5. Confinement: ce que l’abstinence sexuelle leur a appris

Avec le confinement, des femmes confinées seules ou en couple n’ont pas eu de rapport sexuel pendant plusieurs semaines. Qu’est-ce que cette abstinence leur a appris sur leur rapport à la sexualité, à leur corps et au désir? Réponses. 
“Je suis ordinaire”, court-métrage de Chloé Fontaine sur le viol conjual - Cheek Magazine
“Je suis ordinaire”, court-métrage de Chloé Fontaine sur le viol conjual

7. Entre espoirs et inquiétudes, les militantes écolo face au “monde d’après”

Privées de manifs pendant la crise sanitaire, les militantes ne se laissent pas abattre. La perspective d’un monde post-Covid-19 plus vert a même renforcé leurs engagements.
“Je suis ordinaire”, court-métrage de Chloé Fontaine sur le viol conjual - Cheek Magazine
“Je suis ordinaire”, court-métrage de Chloé Fontaine sur le viol conjual