société

Vulvodynie: pourquoi cette maladie de la vulve reste méconnue

Douleurs ou inconfort de la vulve peuvent être les symptômes d’une maladie taboue et très douloureuse nommée vulvodynie.
Instagram / @thevulvagallery
Instagram / @thevulvagallery

Instagram / @thevulvagallery


À l’image de l’endométriose mieux diagnostiquée depuis quelques années, de plus en plus de femmes sont désormais reconnues atteintes de vulvodynie. Entre 8 et 20% des femmes* cisgenres connaissent des douleurs ou un inconfort de la vulve. Et pour environ 10% d’entre elles, il s’agit de symptômes de vulvodynie. Cette maladie de la vulve encore peu connue, différente du vaginisme, se caractérise par de vives douleurs inexpliquées au cours des rapports sexuels ou de façon spontanée. “Madame, c’est dans votre tête” est la sentence prononcée par de nombreux·ses soignant·e·s peu ou pas formé·e·s à cette pathologie encore méconnue.

Pour certaines malades, la sensation est proche de celle d’une coupure d’une feuille de papier sur la pulpe du doigt ou pour d’autres d’une sensation de peau brûlée. Pour Louisa**, la douleur pendant la pénétration est telle “un couteau qui déchire le bas du vagin”. Lorsqu’elle cherche à comprendre l’origine de sa souffrance, la jeune femme de 26 ans vogue de diagnostics en diagnostics. Son errance médicale dure 4 ans, de gynécologue en dermatologue, mais à force d’insister pour être crue dans sa douleur, le verdict tombe, et “en 10 minutes c’était diagnostiqué”.

 

Un diagnostic laborieux

Maladie chronique, la vulvodynie est une pathologie physique, bien réelle. À la fois maladie dermatologique (car elle touche les tissus de la vulve), gynécologique, musculaire et psychologique, il est possible de la soigner. Marion Pollono, kinésithérapeute et formée en sexothérapie à Paris explique les bases de cette pathologie: “Ce sont 3 M: la muqueuse, le muscle et le mental, tous ces facteurs s’entretiennent entre eux et chaque élément peut être la conséquence ou l’origine du trouble”. Il s’agit donc d’une chaîne à briser, pour aller vers la guérison, un processus long consacré à la rééducation du périnée avec des exercices et des crèmes adaptées.

Louisa est loin d’être la seule à parvenir tardivement à connaître l’origine de son mal. Alexandra Arfi, l’une des rares gynécologues spécialisées dans les pathologies de la vulve estime que ses patientes vivent environ 5 ans d’errance médicale avant d’être reconnues atteintes de vulvodynie. Ce retard au diagnostic s’explique aussi par un manque de connaissance des patientes de leur propre anatomie qui fait qu’elles n’arrivent pas à nommer avec précision la zone douloureuse. La gynécologue poursuit: “À chaque nouvelle consultation, je leur montre avec un miroir leur anatomie, il y a une grosse méconnaissance de la zone douloureuse et elles ont souvent du mal à savoir si cela vient des petites lèvres, du vagin ou du clitoris”.

“Poser un nom sur la pathologie, c’est déjà la moitié du chemin parcouru.”

Marie, 28 ans, a découvert qu’elle était sujette à des vulvodynies à la suite de cystites à répétition. “Je ne me sortais pas de ces infections urinaires et j’enchaînais souvent avec des mycoses qui me provoquaient des douleurs à l’urètre et à la vulve. À cette époque, j’avais des douleurs même assise.” Marie et Louisa, comme beaucoup d’autres femmes, ont vécu un véritable chemin de croix. Face à une totale incompréhension des soignant·e·s, elles ont commencé à chercher des réponses par elles-mêmes. Elles les ont en partie trouvées sur les réseaux sociaux ou sur un site devenu une référence: Les clés de Vénus.

Créé en 2009 par Aurélie Botte, le site qui se voulait être un espace d’échange et de recueil de témoignages pour “réduire l’errance thérapeuthique” est, en un peu plus de dix ans, devenu une association à destination des femmes souffrant de douleurs gynécologiques. Fort de 25 000 visiteur·se·s par mois, qui font aussi vivre le forum et les discussions, il héberge également un précieux guide et un annuaire redirigeant vers des soignant·e·s formé·e·s. 

 

Une approche transversale nécessaire

Pour soigner la vulvodynie, on s’adapte à la patiente, c’est un traitement à la carte, il n’y a pas de protocole car il n’y a pas encore de consensus” explique Marion Pollono. La kinésithérapeute s’intéresse depuis quelques années aux troubles sexuels. Consciente de la nécessité d’une approche transversale de cette maladie, la soignante s’est rapprochée d’autres spécialistes (dermatologue, psychologue, gynécologue et sexologue) pour constituer un réseau spécialisé dans les pathologies de la vulve. Clarence de Belilovsky, dermatologue qui travaille de concert avec Marion Pollono, estime que les personnes atteintes de vulvodynie représentent un quart de sa patientèle. “C’est un système de la douleur qui s’est réveillé, on a plein de nerfs à cet endroit, on a l’impression d’avoir mal dans la peau.

Dernier point et pas des moindres, l’impact psychologique d’une telle maladie. Louisa évoque les incompréhensions que de telles douleurs au moment de la pénétration ont déclenchées dans son couple. Mais aussi un manque d’empathie qu’elle a subi de la part de certains médecins. “Arrêtez de vous regarder le nombril Mademoiselle”, s’est-elle entendu dire. Clarence de Belilovsky l’atteste: “Ce sont des femmes qui ont tout entendu, elles se sont interdit plein de choses et ce diagnostic leur rend leur liberté.” Alexandra Arfi, gynécologue, le confirme: “Poser un nom sur la pathologie, c’est déjà la moitié du chemin parcouru.” Elle dénonce certains discours “odieux” et “misogynes” tenus par des gynécologues pourtant réputés.

“Certaines patientes se sont construites sur un mode sexuel douloureux.

Ces patientes ne sont pas des personnes dépressives à la base mais cela peut entraîner un syndrome dépressif,  poursuit la gynécologue, certaines ont inhibé leur sexualité pendant des années tandis que d’autres se sont construites sur un mode sexuel douloureux.” Marie, elle, a développé une anxiété extrême due à la douleur et à l’appréhension –“j’ai mal donc j’ai peur”- qu’elle tente depuis quelques séances de gérer avec de l’hypnose. “Je compte beaucoup sur ces consultations qui sont faites par un médecin généraliste. Mais la conséquence est que je suis sur le qui-vive, très à l’écoute de mes douleurs et de mes sensations.” Si cela ne fonctionne pas, elle repartira à la recherche d’autres spécialistes. Les deux femmes continuent d’en parler à leur entourage aussi souvent que possible. Louisa conclut: “Si je tombe sur quelqu’un qui a ces mêmes symptômes, elle saura plus rapidement que moi qu’il y a des solutions.”

Caroline Ernesty et Agathe Moreaux

*Source: In “Prevalence and predictors of chronic lower genital tract discomfort”, Bernard L. Harlow, PhD, Lauren A. Wise, MSc, and Elizabeth G. Stewart, MD

**Le prénom a été changé.

 


1. Avec “Féminisme washing”, Léa Lejeune dénonce la récupération du combat féministe par les marques

Dans son premier essai, Léa Lejeune analyse les ressorts et objectifs du féminisme washing. La journaliste dévoile la réalité cachée derrière les publicités séduisantes, les discours antisexistes de certaines entreprises et la vente d’objets associés à la lutte pour l’égalité femmes-hommes. Interview.
Instagram / @thevulvagallery - Cheek Magazine
Instagram / @thevulvagallery

2. Les Colombiennes s’inspirent des Argentines pour légaliser le droit à l'IVG

Alors que l’Argentine vient enfin de voter la légalisation de l’avortement, les militantes des autres pays latino-américains restent plus mobilisées que jamais pour acquérir ce droit à leur tour, notamment en Colombie.
Instagram / @thevulvagallery - Cheek Magazine
Instagram / @thevulvagallery

3. “Balance ta start-up”, le compte Insta qui libère la parole au travail

Harcèlement moral, horaires à rallonge, propos sexistes ou racistes… Lancé fin décembre, le compte @balancetastartup dénonce des pratiques managériales abusives dans un secteur souvent présenté comme innovant et “cool”. On a échangé avec sa créatrice, qui préfère rester anonyme.
Instagram / @thevulvagallery - Cheek Magazine
Instagram / @thevulvagallery

4. Avec Matergouinité, elles veulent politiser l’image des maternités lesbiennes

Le compte Instagram Matergouinité montre des familles homoparentales et/ou monoparentales, peu visibles dans les médias et souvent sujettes aux stéréotypes. Une initiative destinée à nourrir la pensée militante autour du féminisme et de la maternité.
Instagram / @thevulvagallery - Cheek Magazine
Instagram / @thevulvagallery

5. Une trentenaire donne naissance à un bébé après une greffe d'utérus, une première en France

Née sans utérus, Déborah, 36 ans, a donné naissance à une petite fille le 12 février dernier à Suresnes (Hauts-de-Seine) après avoir été greffée avec l’utérus de sa mère en mars 2019. Un reportage consacré à son histoire et produit par Nova Production sera diffusé dans l’émission Zone Interdite ce dimanche 21 février.
Instagram / @thevulvagallery - Cheek Magazine
Instagram / @thevulvagallery

6. Avec Respire, Justine Hutteau s’impose dans le secteur de la “clean beauty”

Cofondatrice de la marque Respire, qui va fêter ses deux ans cette année, Justine Hutteau revient sur la création de cette enseigne précurseure dans le domaine de la “clean beauty” en France, avec ses produits d’hygiène naturels et vegans. 
Instagram / @thevulvagallery - Cheek Magazine
Instagram / @thevulvagallery

7. En couple et féministes, ces jeunes femmes adhèrent malgré elles à des clichés sexistes

Vouloir un mec plus grand que soi, aimer les taiseux ou encore laisser son compagnon gérer les situations de conflits, pour certaines jeunes femmes hétérosexuelles qui se revendiquent féministes, certains stéréotypes de genre sont difficiles à évacuer. 
Instagram / @thevulvagallery - Cheek Magazine
Instagram / @thevulvagallery