#wtf

Pour éviter le viol, le Conseil départemental de Seine-Saint-Denis en appelle “à la responsabilité et au civisme de chacun” (mais surtout des femmes)

DR
DR

DR


Mercredi 22 avril, une femme de 45 ans a été frappée et violée par un inconnu dans un parc à Aulnay-sous-Bois en Seine-Saint-Denis. Dans un article de Ouest France relatant ce crime sexuel -qui reprend d’ailleurs les informations du Parisien-, on apprend que le Conseil départemental de Seine-Saint-Denis s’est fendu d’un communiqué pour condamner cet “acte barbare” -jusque là, tout va bien-, avant d’en appeler “clairement à la responsabilité et au civisme de chacun” -c’est là que ça devient carrément problématique- car, confinement oblige, “l’information de la fermeture des parcs est bien visible sur les portes”.

Donc, en 2020, on baigne visiblement encore dans la culture du viol: on préconise aux femmes de s’en tenir aux interdictions de se balader dans les parcs publics pour ne pas être violées. Quid des agresseurs? On conseille aux membres du Conseil départemental de Seine-Saint-Denis d’étudier de près ce graphique qui éclaire sur les raisons des viols en France:

 

 
 
 
 
 
Voir cette publication sur Instagram
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Chaque année, au moins 94 000 femmes sont victimes de viol ou de tentative de viol en France*. En voici les raisons. noustoutes.org * Source : ONDRP – INSEE

Une publication partagée par NousToutes (@noustoutesorg) le

 

Mise à jour: Sur Twitter, le Conseil départemental de Seine-Saint-Denis a présenté ses excuses et précisé que les propos rapportés dans le quotidien Le Parisien, puis dans Ouest France, étaient liés à une “confusion faite par le journaliste”. 

 

J.T.